décembre 09, 2018
Ad Top Header


Togo : declaration / Le mouvement "Les Sentinelles de la République" et ses partenaires Featured

DECLARATION LIMINAIRE



Depuis le 05 octobre 1990, le Togo, notre pays, contre vents et marrées, a amorcé le processus de démocratisation et de la construction de l'Etat de droit, grâce à la capacité d'audace de la jeunesse. C'était l'âge des grands espoirs et le rêve d'inscrire notre pays dans le cénacle des pays émergents en termes de renforcement des fondamentaux démocratiques et de l'Etat de droit, d'économie prospère, de renforcement de la justice sociale, et de garantie d'une formation adaptée et adéquate aux jeunes ainsi que de création conséquente d'emplois.

Mais très vite et contre toute attente, tous ses espoirs et le rêve de toute une génération seront éventrés et sacrifiés sur l'autel des crises politiques et institutionnelles devenues sempiternelles.

Toute une génération s'est vu renier le droit de jouir de la condition de citoyens libres et dignes, pouvant efficacement constituer un important capital de développement.

Aujourd'hui encore, la situation reste la même.
Une majorité écrasante de jeunes vit dans une précarité quotidienne, où ses besoins sans cesse croissants en matière de santé, d'éducation, de formation, d'emploi, etc., sont très loin d'être pris en charge en toute équité et en intégralité.

Il est suffisamment clair qu'une grande désolation s'est emparée de nous, jeunes Togolais, sans distinction aucune, devant le spectre d'une crise politique qui s'éternise à cause du manque de volonté de la part de la classe politique.

En effet, depuis l'Accord Politique Global qui préconisait des réformes institutionnelles et constitutionnelles pour ainsi créer des conditions favorisant le renforcement de la démocratie et de l'Etat de droit dans notre pays, jusqu'à la feuille de route de la CEDEAO qui réitère quasiment les mêmes recommandations, le classe politique togolaise ne fait qu'entretenir, pour une raison ou pour une autre, le statu quo à tous les niveaux, exacerbant ainsi les craintes et les inquiétudes de toute la jeunesse qui ne sait plus à quel avenir s'attendre.

Un proverbe africain dit : « Quand deux éléphants se battent, l'herbe en est écrasée. Quand ils font l'amour, elle ne l'est pas moins ». Oui, la jeunesse togolaise est l'herbe écrasée aujourd'hui, en termes de perte de vies humaines, de blessures graves, d'emprisonnements, de persécutions, et de toutes formes de violences policières liées à la longue crise dans le pays. Maintenant ça suffit, il faut que ça s'arrête !

C'est pourquoi le mouvement Les Sentinelles de la République et ses partenaires notamment le mouvement Nouveau Citoyen, le mouvement Génération Togo, le MAET et la Notation internationale, appellent toute la classe politique togolaise à un véritable sursaut patriotique pour se mettre ensemble et ainsi en découdre définitivement avec la crise politique qui n'a fait que trop durer.

Nous restons convaincus que pour une sortie définitive et durable de crise, la feuille de route proposée par la CEDEAO doit être mise en œuvre dans un cadre consensuel et inclusif.

C'est fort de cela que nous condamnons l'attitude du président de la CENI, qui, en engageant unilatéralement les travaux relatifs aux élections, défie toutes les possibilités de règlement pacifique du contentieux actuel.

Nous espérons encore que les facilitateurs impliqués dans la résolution de la crise politique, les Chefs d'Etat du Ghana et de la Guinée, à qui reviendrait le devoir de se prononcer sur la nécessité de recomposer la CENI, agiront vite pour éviter que le pire n'advienne.

Nous souhaitons par ailleurs que dans l'optique des réformes, la question sur la décentralisation soit reposée parce que c'est l'un des aspects des réformes qui intéresse, en dehors de tout, les jeunes. Car, de toute évidence, la jeunesse togolaise n'entend plus rester sur le banc de touche.

Pour ce faire, la jeunesse ici présente, à travers les organisations affiliées, prend sur elle la responsabilité de la bataille des réformes à travers une grande mobilisation. Ce combat de la jeunesse par la jeunesse et pour la jeunesse doit rassembler tous les jeunes sans considération aucune d'appartenance politique.

Il est aujourd'hui question de sauver notre génération et de laisser des acquis démocratiques inaliénables à ceux qui viendront après nous.

Plus de nouvelles élections au Togo sans la réalisation des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Cela doit être maintenant et plus que jamais le vrai combat de la jeunesse et tout jeune Togolais digne de ce nom doit pouvoir s'y retrouver.

Le mouvement les Sentinelles de la République et ses partenaires lancent un appel pressant à toute la classe politique togolaise, tout bord confondu, que leur patience et celle de toutes les populations togolaises commencent par être entamées, et les exhortent faire preuve de bonne volonté politique et patriotique pour que les jours sombres s'éloignent de nous.

Nous appelons par cette même occasion toute la jeunesse togolaise à rester prête et vigilante pour prendre ses responsabilités citoyennes en temps opportun et montrer, qu'elle constitue, par sa majorité, la solution durable à la crise togolaise.

Fait à Lomé le 15 septembre 2018

Les Sentinelles de la République

Rate this item
(0 votes)
Last modified on mardi, 18 septembre 2018 19:54

Latest Tweets

Goodluck Jonathan: "Obama a interféré dans la présidentielle nigériane de 2015" https://t.co/pGuSy5aiX1 via @tripplesworld
BURKINA FASO : "Il n'y a pas eu d'accord avec le gouvernement" Souleymane Badiel https://t.co/X5pLIwmyS2 via @tripplesworld
Bénin : Boni Yayi teste (avec succès) sa popularité dans le nord du pays https://t.co/I8xG7laHRs via @tripplesworld
Follow Togosite on Twitter

Post Gallery

Togo: "La voiture pick-up qui aurait assassiné les deux jeunes mécaniciens"

Togo : Répression meurtière des manifestations de la C14 / Fabre dénonce le silence coupable de la communauté internationale

Togo  Répression des manifestations de la C14 dans plusieurs villes du Togo Au moins un mort

Ce que l’Amérique a dit sur Faure Gnassingbé et Joseph Kabila

Togo / Campagne électorale et manifs de l’Opposition  Boukpessi interdit le programme de la C14

Togo:La « guerre » des briques entre prof Kokoroko et la SEET

Awa Nana Daboya a payé les ex-agents togolais d’Air Afrique

Bénin : Boni Yayi teste (avec succès) sa popularité dans le nord du pays

Togo: MESSAGE PASTORAL DE L’EGLISE EVANGELIQUE PRESBYTERIENNE DU TOGO ET DE L’EGLISE METHODISTE DU TOGO

Togosite.com - All Rights Reserved