Togo: Entités togolaises identifiées comme « alignée sur Faure Gnassingbé »et/ou considérée comme un agent satellite d’UNIR



LES FAUX OPPOSANTS AU TOGO
A LIRE
FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise



L’échiquier politique togolais est fortement bipolarisé. D’un côté, les tenants du pouvoir en place et de l’autre, l’opposition. Chaque courant politique défend une position tranchée qui à la limite est de l’extrémisme difficilement réconciliable.


Faire comprendre un certain nombre de choses qui se passent au sein du ministère de la Fonction publique, du travail et de la réforme administrative,


Dr Jean Emmanuel Gnagnon, Coordonnateur général adjoint chargé de la communication du mouvement Les Sentinelles de la République dans cet entretien exclusif à la rédaction de Le Correcteur, est revenu sur les raisons de la mise en place dudit mouvement, les approches pour faire aboutir une proposition de loi sur le statut de l’ancien président de la République.


Le Togo souffre sérieusement du problème de gouvernance. Le pouvoir choisit délibérément d’ignorer les questions qui fondent la gestion d’une république : le bien-être du peuple.


Mercredi dernier, 1er jour des manifestations de la Coalition des 14, loin des échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre dans la capitale, une expédition punitive s’opérait dans une ferme située entre Djagblé et Adétikopé.

""Le SYNPHOT est membre de la STT (Synergie des Travailleurs du Togo) et tout problème qui concerne la STT, le SYNPHOT va répondre présent"". Ce sont là des mots qui plantent le décor de la position prise par


Dans sa parution N° 298 du 8 au 14 avril 2018 l’hebdomadaire panafricain ‘’Jeune Afrique’’ a rappelé au bon souvenir des Togolais ce qu’est devenu François Boko depuis son départ en exil en 2005. Dans la rubrique « Comme le temps passe,


Les ennemis du peuple togolais recourent à toutes sortes de ruses pour le mystifier. A l’heure où il est question de remobilisation après l’intermède des pseudo-négociations entre le pouvoir et l’opposition démocratique,


« La paix n’est pas un mot ; c’est un comportement », (Félix Houphouët Boigny)

Une nouvelle épreuve de force s’engage entre la Coalition des14 partis de l’opposition qui, manifestement,

Réglée jusque-là en sourdine, la crise qui secoue le diocèse de Kpalime est aujourd’hui connue de tous. S’insurgeant contre leurs affectations qu’ils jugent «punitives», trois prêtres dudit diocèse à savoir le Révérend Père Yves Paul Azaglo de la paroisse St Joseph de Koudjravi, le R. Père Gerson Gale de la paroisse St Joseph de Assahoun Fiagbe et le Rev Père Daniel Gbadji sans Paroisse, s’en prennent frontalement à leur Père Évêque


La Coalition de l’opposition se prépare à reprendre les manifestations de rue cette semaine. Seulement le pouvoir, toujours réfractaire aux mouvements de contestation, fait feu de tout bois les pour interdire.


« La dictature, c’est « ferme ta gueule » », (Jean-Louis Barrault)

C’était suffisamment prévisible. La montée de la tension consécutive à l’interdiction des manifestations annoncées pacifiques les 11, 12 et 14 avril 2018 n’était que le présage des scènes d’affrontements et de violences dont nous avons eu la démonstration hier à Lomé et dans les villes de l’intérieur.

C’est la grande interrogation, à la lecture d’un communiqué de ce dernier ; communiqué rendu publique hier par nos confrères de Togomedia.



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is a Joomla Security extension!