Togo : Les évenements de la répression barbare sur le Campus de Lomé

FAURE GNASSINGBE , IL FAUT LAISSER LES ETUDIANTS TOGOLAIS EN PAIX

En fin de tournée dans la préfecture de la Kozah où il a déposé ses balises depuis le 16 décembre dernier, Alberto Olympio, candidat déclaré à la présidentielle de 2015 estime dans une interview accordée à l’Agence de presse Afreepress que le mythe  de Kara est définitivement tombé.

Surprenante comme cela pouvait l'être la réaction des juges de la plus haute juridiction togolaise qui viennent une fois encore de commettre une forfaiture judiciaire dans l'affaire, au départ qualifiée d'«escroquerie internationale » mais qui au fil des jours, s'est révélée comme étant un scénario monté de toutes pièces pour régler des comptes à un collaborateur dont l'aura prend de plus en plus de popularité surtout au sein de la classe politique togolaise. L'histoire retiendra une fois encore qu'à la suite de l'audience qui s'est tenue le jeudi 18 décembre 2014 à la Cour Suprême du Togo, les juges siégeant à cet effet, ont encore tordu le cou au droit brimant ainsi les droits du justiciable Pascal Akoussoulèlou BODJONA.

L’on aura vraiment tout vu au Togo sous Faure Gnassingbé. En effet, comme il est de coutume à chaque fin d’année, le Président de la République a reçu la semaine écoulée, la traditionnelle cérémonie de présentation de vœux.

 Qui était réellement Etienne EYADEMA

On ne peut pas éternellement continuer à tromper tout un peuple jusqu’à l’infinie. Car un peuple sans histoire vraie, est un peuple sans lumière. Raison pour laquelle nous cherchons à éclairer le peuple togolais. Il est temps de connaître la vérité. Ici, la bande dessinée « Histoire du TOGO, il était une fois… EYADEMA. » Nous a servir de source d’inspiration.

TOGO : A qui profitent les crimes ?

Depuis le temps du père feu Président de la République, le Général Etienne Gnassingbé Eyadéma, au fils Faure Gnassingbé, chef de l’Etat les crimes (les tortures, les bavures, les empoisonnements, les arrestations arbitraires, les assassinats, les incendies des marchés et autres) sont de règles pour ce régime RPT/UNIR et son clan au pouvoir depuis plus de 50 déjà.

Si les actes que posent ces hommes, ne profitent pas aux Gnassingbé et son clan, ces derniers seront arrêtés depuis.
Cette fois-ci les pyromanes et les braqueurs avec des armes de l’armée togolaise sont connus de tous. Et se sont les mêmes de ce régime RPT/UNIR depuis belle lurette.

 Alors si l’enfant de père n’en profite pas de ces crimes, il urge, qu’il arrête ces Hommes pyromanes, criminels et sataniques cette fois ci.

Ils sont connus de tous les voici :

- Ingrid Awadé, intime du Faure Gnassingbé

- Général Félix Kadanga, Chef d’Etat major général des FAT. Beau frère du Chef de l’Etat.

- Colonel Yotroféi Alex Massina,  ancien directeur de l’ANR et directeur de la gendarmerie nationale.

- Raoul Kptcha BASSAYI, DG de l’entreprise CENTRO. Homme de main de Ingrid Awadé.

- Général Mohamed Atcha Titikpina, ancien  Chef d’Etat major général des FAT.

- Colonel Bawoubadi Didier Bakali, préfet de la Kozah, ancien aide de camp de Faure Gnassingbé, Président de la République, intime de Ingrid Awadé (ce qui veut dire que l’ancien aide de camp partage la même femme avec son Chef). C’est ça le Togo avec des bordèles au sommet de l’Etat.

- Kogoé Sylvère Akrima, DG de la SALT.

- Officier de police Kpémissi, chargé des audiences du Président de la République, Faure Gnassingbé à Kara.

Au lieu d’arrêter des innocents et les foutres dans les prisons, nous demandons à la justice de faire  vraiment son travail dans le bon sens.

Au Togo la justice et les institutions de la République sont aux ordres d’un homme et son clan. On ne dit jamais le droit au « royaume » des Gnassingbé.

Il est grand temps que Les juges et les magistrats du Togo ne doivent plus avoir peur. Il grand temps de dire non aux donneurs des ordres et des consignes pour faire entorse la justice togolaise. 

La Nouvelle.

Depuis le temps du père feu Président de la République, le Général Etienne Gnassingbé Eyadéma, au fils Faure Gnassingbé, chef de l’Etat les crimes (les tortures, les bavures, les empoisonnements, les arrestations arbitraires, les assassinats, les incendies des marchés et autres) sont de règles pour ce régime RPT/UNIR et son clan au pouvoir depuis plus de 50 déjà.

Cette photo a tout dit sur AGBEYOME KODJO, un opposant recto-verso

TOGO : LA BELLE LEÇON DE ME TCHITCHAO TCHALIM A AGBEYOME KODJO 

Il ne suffit pas d’avoir compilé de hautes charges de la République pour devenir de facto une personnalité incontournable ou charismatique. Pour paraphraser l’ancien dirigeant ivoirien, le charisme, ce n’est pas un vain mot, c’est un comportement. Et certains de nos dirigeants doivent toiletter leur comportement s’ils veulent mériter le respect de leurs concitoyens. Cette semaine, nos articles ont suscité la réaction de deux personnalités du pays, la preuve que nous sommes suivis de près dans le travail que nous faisons. Et c’est tout à notre honneur.

 
D’abord celle de l’ancien Premier ministre et ancien président de l’Assemblée nationale comme lui-même aime à se présenter, Agbéyomé Kodjo qui a publié une sorte de droit de réponse sur sa page Facebook puis celle de l’ancien ministre de la Justice, Me Tchitchao Tchalim. Deux réactions qui reflètent bien la personnalité des deux commis de l’Etat. 

Celui qui a été plusieurs fois ministre, ancien député, ancien président de l’Assemblée nationale, ancien Premier ministre et peut-être futur Président de la République (futur impossible), Agbéyomé Kodjo est tombé très bas, avec son caractère sanguin et subversif en versant dans des propos grossièrement indignes de son rang. On dirait un monsieur tout le monde. Tout le contraire de l’ancien Garde des Sceaux qui a été très respectueux et très courtois.
 
«Tino Kossi l’auteur d’un infâme « dazibao » paru dans le Quotidien Liberté Hebdo dans sa parution du 8 Décembre 2014 a cru pouvoir intituler son galimatias : « Agbéyomé KODJO l’autre pourfendeur de l’alternance et ennemi officiel du peuple togolais » », introduit le président de l’OBUTS dans son droit de réponse. Avant de dégainer : «Se répandant en écumes blablateuses et en piètres approximations, dont le contenu est sur la forme, confus en diable et sur le fond, dépourvu de sens ; cet ensemble étant constitutif d’un exercice d’intoxication de l’opinion publique ».
 Et il conclut : «Droit dans mes bottes, je n’ai nulle intention de me laisser distraire par des histoires de corneculs (…) Les onomatopées déversées à longueur de semaines dans la bulle médiatique togolaise ne sont pas de nature à ébranler les convictions républicaines d’un homme politique doté de capacités de résilience ». Voilà un extrait de la réaction de l’ancien Premier ministre qui a décidé de faire diversion au lieu d’opposer des arguments à ce qui lui est reproché. 

Un contenu « vide » comme l’ont relevé la plupart des internautes qui ont commenté sa réaction. 

A l’opposé, le droit de réponse de Me Tchitchao Tchalim à propos d’un article paru le 15 décembre 2014 dans « Liberté » et intitulé : « Présidentielle de 2015 : La ligne dure qui s’oppose aux réformes au sein de l’UNIR », a été posé, poli, sans aucun manque d’égard. « Monsieur le directeur de publication et monsieur le rédacteur de l’article, merci pour l’honneur que vous me faites en me sollicitant pour dire ma position sur le grand débat des réformes dans notre pays », écrit l’ancien ministre.

 Après avoir précisé qu’il est parfaitement pour les réformes politiques, contrairement à ce que nous avons écrit, il conclut avec un peu d’ironie sans méchanceté : «Monsieur le directeur de publication, monsieur le rédacteur, merci d’avoir pensé à moi ; et si quelqu’un vous a suggéré mon nom, transmettez-lui, l’expression de ma profonde gratitude et à vous tous, merci de m’avoir fait hommage. Je suis disponible pour toute contribution et vous présente mes meilleurs vœux à vous-même et à tout le journal. Avec mes meilleurs égards ». 

Comme quoi, on peut faire passer un message sans forcément verser dans des avanies. Une belle leçon que l’ancien ministre de la Justice Me Tchitchao Tchalim donne à l’ancien Premier ministre Agbéyomé Kodjo. On dirait que les rôles ont été inversés. C’est bien pour le natif de Tokpli d’avoir assuré de hautes responsabilités de l’Etat. 
Mais ça ne suffit pas pour faire de lui un grand homme. Il faut qu’il apprenne à prendre de la hauteur, à être au-dessus de la mêlée. Et surtout la bienséance et les bonnes manières…Sans rancune !
Source : Liberté

Il ne suffit pas d’avoir compilé de hautes charges de la République pour devenir de facto une personnalité incontournable ou charismatique. Pour paraphraser l’ancien dirigeant ivoirien, le charisme, ce n’est pas un vain mot, c’est un comportement. Et certains de nos dirigeants doivent toiletter leur comportement s’ils veulent mériter le respect de leurs concitoyens. Cette semaine, nos articles ont suscité la réaction de deux personnalités du pays, la preuve que nous sommes suivis de près dans le travail que nous faisons. Et c’est tout à notre honneur.

L’équipe de la rédaction du journal “La Nouvelle“, tient à adresser aux gouvernants, dirigeants pilleurs et voleurs du Togo, les déclarations de l’ancien Président des USA, John Kennedy, pour qu’ils prennent conscience des situations qui sévis dans le pays depuis plus de 50 ans. Car s’ils continuent d’étouffer le peuple, le pire arrivera à eux et à leurs progénitures.

Le premier a déjà oublié qu’il a signé un accord de cohabitation au terme duquel les réformes en questions auraient dû être faites depuis la fin 2010 au moins, le second joue les éclairés après avoir crié sur tous les toits que Faure Gnassingbé ne mérite pas de diriger le Togo. Tous tant qu’ils sont, ils ne voient pas de problème que Faure Gnassingbé se soustraie à ses promesses et remette les réformes à plus tard, une énième fois, pour ne jamais les faire en fait.

Mercredi 10 décembre dernier en début d’après-midi, une scène que nous qualifions d’opération commando s’est déroulée au quartier Avédji. Un homme a été interpellé par un commando composé d’hommes en tenue civil et policière. Mais les suites de ce qui au départ, n’apparaissait que comme un fait divers, s’apparentent à un polar dans lequel des éléments de la Brigade d’intervention rapide (BRI) se mettent à la poursuite d’un Gardien de la Paix qui aurait eu vent d’un braquage qui se préparerait dans un hôtel et qui aurait « commis le crime » d’en avertir son supérieur, le Directeur de la Police nationale.


TOGO : « Il était une fois Eyadéma »  Le livre des mensonges au sommet de l’Etat</p>
<p>Le livre histoire du Togo « Il étai une fois Eyadéma », était un livre de gros mensonges et des affabulations sur un homme au sommet de l’Etat, juste pour abroutir le peuple, brouiller le parcours et l’origine tchadienne de Etienne.</p>
<p>Le soldat Etienne Eyadéma ne sachant pas lire ni écrire et marmiton de son état d’armée était devenu Président de la République.<br />
Eh oui ! Du fourneau au pouvoir du 14 avril 1967 au (05) février 2005.</p>
<p>Etienne Eyadéma de son vrai nom, sa famille (Gnassingbé) inventée, son pouvoir volé, et son régime, dictatorial et sanguinaire, sont basé rien que sur des mensonges depuis la nuit du 12 au 13 janvier 1963  au (05) février 2005.</p>
<p>Mais a l’arrivé en mars- avril 2005 du fils au pouvoir comme dans un royaume, les mensonges au sommet de l’Etat, les tortures, les oppressions, les faux montages, les enlèvements, les arrestations arbitraires, les assassinats, les trafics de drogues etc.., continuent bel et bien comme si c’est héréditaire. Tel père, tel fils.</p>
<p>C’est triste et honteux de bâtir un Etat sur la dictateur, des mensonges, des terreurs, des assassinats, des tortures, des tueries etc….<br />
Le peuple togolais doit dépasser sa peur et dire ça suffit. </p>
<p>Où son les historiens et les intellectuels togolais ?</p>
<p>Etienne Gnassingbé Eyadéma, sa famille et leur clan ont trop menti et ont causé trop de torts aux citoyens. Le peuple togolais a le droit de connaître et de savoir sont vraies Histoires.<br />
Le moment est venu<br />
La Nouvelle » width= »489″ height= »206″ /></span></div>
</div>
</div>
</div>
</div>
</div>
<div>
<div class=
Le livre histoire du Togo « Il étai une fois Eyadéma », était un livre de gros mensonges et des affabulations sur un homme au sommet de l’Etat, juste pour abroutir le peuple, brouiller le parcours et l’origine tchadienne de Etienne.



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd