FLASH : COMMUNIQUE DU HCRRUN

Le HCRRUN porte à la connaissance du monde universitaire, des populations et des professionnels des médias que la séance d’informations et d’échanges prévue ce vendredi 26 mai sur le campus universitaire de Lomé est reportée à une date ultérieure.
Faure Gnassingbe

C’est l’une des rares fois que les autorités togolaises consacrent du temps à un rapport. Simplement parce que les conclusions semblent les caresser. Mais lorsqu’un autre rapport plus social, celui de l’Indice de développement humain (IDH) du PNUD était sorti deux semaines plus tôt, pas un seul mot n’a filtré là-dessus. Et pourtant, les conclusions qui y figurent devraient indiquer les voies à suivre pour redresser la barre sociale qui n’est pas rose, loin s’en faut. Puisque le Togo, entre 2012 et 2014, a reculé de 7 rangs pour être classé 166è sur 187 pays selon le dernier classement paru en juillet 2014 et rendu public en octobre dernier.

S’il y a aujourd’hui un point commun sur lequel tous les acteurs s’accordent, c’est bien évidemment celui des réformes politiques souscrites dans les 22 engagements signés le 20 août 2006 à Bruxelles. Même si chacun y va de sa manière, tous expriment de son côté le besoin pressant de parvenir à cet idéal avant la prochaine présidentielle qui se profile déjà à l’horizon.

Ce 31 Octobre 2014 au Burkina Faso, une insurrection populaire démocratique d’une ampleur exceptionnelle en Afrique subsaharienne, a balayé le président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis vingt-sept (27) ans et qui voulait changer la Constitution afin de s’y maintenir indéfiniment. Ces événements doivent faire réfléchir les chefs d’Etat africains tentés de manipuler à leur guise les textes de loi ainsi que les scrutins électoraux et d’une manière générale d’outrepasser la volonté du peuple, comme c’est le cas au Togo.

C’est un peu l’histoire du peuple juif qui a passé 430 années de vie serve en Egypte qui semble se reproduire dans le contexte actuel du Togo.

 En effet, après tant années de vie serve où le pharaon faisait des juifs ce qu’il voulait, Dieu a décidé d’agir pour libérer son peuple. Il a multiplié des signes pour amener le pharaon à la raison en vain.

Tel père, tel fils, tout passe par la force, par la méchanceté, par la dramaturgie du politique, le fils Eyadema, un chef ubuesque, confirme par sa gestion mafieuse, cynique, cruelle, mesquine, vulgaire, et arbitraire, son incapacité à se défaire des gênes du papa Eyadema. Aucune légitimité politique, aucun amour du peuple, tout par la force des baïonnettes, le colt de cow boy, la rackette commerciale, l’utilisation de l’armée pour des basses manœuvres politiques.

Premier Noir d’origine africaine à devenir maire d’une commune française, en 1983, Kofi Yamgnane a été mis en examen pour trafic d’influence. L’affaire, qui porte sur la somme de 3.000 euros, compromet la candidature de l’ancien élu finistérien à la présidence du Togo.

Les huit (8) partis politiques membres du Combat pour l’alternance en 2015 (CAP 2015) vont engager dès ce lundi des discussions avec le Comité d’action pour le renouveau (CAR) et l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), sur la base de la proposition de loi de réformes constitutionnelles et institutionnelles initiée par les deux (2) partis.

Depuis quelques temps déjà, les langues se délient en privé par bons nombres de caciques du régime dictatorial et sanguinaire RPT/UNIR au pouvoir depuis plus de 50 ans. Ils ont la peur au vendre et tentent de se justifier et de se dédouaner des actes diaboliques et sataniques qu’ils posent. Leurs objectifs est de faire porter tous à Faure Gnassingbé, chef de l’Etat.


« Personne ne peut danser du matin au soir sans jamais se reposer ».

Ces propos sont du Moro Naba, le roi des Mossi au Burkina Faso qui actait ainsi le départ de Blaise Compaoré du pouvoir. Pour le vieux, ce départ s’imposait de fait car la nature elle-même donne des limites à toute chose dans cet univers.

Le choix de Jean-Pierre Fabre, le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), comme candidat unique du Collectif Sauvons le Togo (CST) et de la Coalition Arc-en-ciel fait toujours couler d’encre. Doit-on parler de candidat unique de l’opposition ou de candidat du Combat pour l’alternance en 2015 (CAP 2015) ?

Tous ceux qui réclamaient le retour au-devant de la scène médiatique de l’ancien Premier ministre Messan Agbéyomé Kodjo peuvent se réjouir des dernières sorties médiatiques de leur champion. Le président national de l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS) n’hésite plus à donner son avis sur l’actualité sociopolitique du pays. La dernière sortie en date est le communiqué de presse rendu public vendredi 7 novembre par le parti de l’ancien DG du Port Autonome de Lomé, communiqué intitulé : «redonnons force a l’action politique ! ».



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is a Joomla Security extension!