Si Faure Gnassingbé avait une prière à faire ces dernières semaines, c’était de voir le Burkina Faso basculer dans la violence et l’instabilité politique. Pourquoi ?

Lire la suite : Togo est dans la tourmente après la stabilisation politique au Burkina

Nicolas Lawson, après quelques mois d’absence au pays, est revenu en pleine forme. Il a été reçu sur une radio de la capitale ce vendredi. Il a appelé ses militants à boycotter la présidentielle de l’année prochaine si le gouvernement ne fait pas les reformes.

Lire la suite : TOGO : Election presidentielle de 2015 / Nicolas Lawson appelle ses militants au boycott

Jonas Siliadin, le Directeur de campagne d’Agbéyomé Kodjo à la présidentielle de 2010, a estimé vendredi sur les ondes d’une radio locale que les réformes politiques ne peuvent être faites au Togo que lorsqu’opposition et pouvoir se laissent aller à des concessions.

Lire la suite : TOGO : Réformes politiques : Opposition et pouvoir doivent accepter de faire des « concessions »,...

Selon le député Djimon Oré invité dimanche dans l’émission « 12-13 » de la radio Nana FM, le projet de proposition de loi initié par le Comité d’action pour le renouveau (CAR) et l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI) va aboutir à des réformes d’étape.

Lire la suite : TOGO : Djimon Oré : « Cette fois-ci, le pouvoir va céder »

TOGO : Faure a trouvé un job après le pouvoir</p>
<p>Coup d’essai, coup de maître ! Faure Gnassingbé emboîte fort bien le pas à son parrain dictateur déchu Blaise Compaoré, et même à son géniteur dictateur Gnassingbé Eyadema. En matière de médiation bien sûr ! Les deux anciens chefs d’Etat étaient connus comme des pyromanes-pompiers, pardon, des médiateurs hors-pairs dans la sous-région et même sur le continent. Comme le dirait l’autre, ils étaient comme des cubes Maggi et étaient dans toutes les sauces en Afrique. Ceux-ci ont certainement inspiré leur fiston Faure Gnassingbé qui se révèle comme un brillant « médiateur en devenir ».</p>
<p>Faure Gnassingbé vient de faire ses premiers pas en médiation dans la crise ou la révolution qui a emporté Blaise Compaoré. Il a été désigné concomitamment avec le président sénégalais Macky Sall par la CEDEAO pour faciliter la transition au Burkina Faso. Le résultat serait effarant. En tout cas, à en croire le site de propagande du régime, republicoftogo.com,  sous la houlette de Faure Gnassingbé « le dialogue progresse au Burkina Faso ». Sauf que sur Rfi hier, c’est seulement Macky Sall qui a été interviewé. Mais Faure Gnassingbé serait donc en train de réussir là où d’autres ont échoué. Peut-il en être autrement ? N’est-il pas le fils du père ? Depuis qu’il a capté le pouvoir il y a 9 ans, tous ses faits et gestes quotidiens ressemblent « faure » étrangement à celui de son géniteur. Il n’a de cesse de jouer à l’apprenti dictateur et maintenant il se lance dans la médiation. A père médiateur, fils « médiatin » ! </p>
<p>Le reproche régulièrement fait aux satrapes africains qui s’accrochent au pouvoir comme des chauves-souris est qu’ils ne savent pas où aller ou quoi faire après avoir quitté le pouvoir. La seule solution qui s’offre à eux est de s’y incruster.  On sait que Faure Gnassingbé, lui, ne chômera pas quand il viendra à raccrocher. Le métier de « médiateur » s’ouvre grandement à lui. Tout laisse à penser qu’il a un avenir très prometteur dans son nouveau job. Alors, on a une proposition lumineuse à lui faire. Pourquoi ne quitterait-il pas démocratiquement le pouvoir au terme de ses deux mandats pour se consacrer à la résolution des crises sur le continent ? Il aura la reconnaissance de la communauté internationale au lieu de vouloir jouer au dictateur impénitent pour finalement finir à la Gbagbo. Il a le choix.<br />
Source : Liberté N° 1824 du 13 novembre 2014″ width= »341″ height= »395″ /></span></div>
</div>
</div>
</div>
</div>
<div>
<div class=

Coup d’essai, coup de maître ! Faure Gnassingbé emboîte fort bien le pas à son parrain dictateur déchu Blaise Compaoré, et même à son géniteur dictateur Gnassingbé Eyadema. En matière de médiation bien sûr ! Les deux anciens chefs d’Etat étaient connus comme des pyromanes-pompiers, pardon, des médiateurs hors-pairs dans la sous-région et même sur le continent. Comme le dirait l’autre, ils étaient comme des cubes Maggi et étaient d…ans toutes les sauces en Afrique. Ceux-ci ont certainement inspiré leur fiston Faure Gnassingbé qui se révèle comme un brillant « médiateur en devenir ».

Lire la suite : TOGO : Faure Gnassingbé a trouvé un job après le pouvoir

Le Présient togolais Faure Gnassingbé

C’est avec colère et une profonde indignation que le Parti des travailleurs a été informé par les médias nationaux et internationaux que, ce mardi 11 novembre 2014, à la suite de nombreux dictateurs africains, Faure Essozimna EYADEMA-GNASSINGBE a entrepris un voyage officiel au Burkina Faso pour une médiation visant à imposer au peuple burkinabè des dirigeants qu’il n’a pas choisi, suite à l’insurrection populaire qui a chassé du pouvoir le dictateur Blaise COMPAORE.

Lire la suite : TOGO : Nous dénonçons, condamnons et protestons contre la « médiation » du génocidaire Faure...

L’article 4 de la Constitution togolaise dispose : « La souveraineté appartient au peuple. Il l’exerce par ses représentants et par voie de référendum. Aucune section du peuple, aucun corps de l’État ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. L’initiative du référendum appartient, concurremment, au peuple et au Président de la République.
Un référendum d’initiative populaire peut être organisé sur la demande d’au moins cinq cent mille (500.000) électeurs représentant plus de la moitié des préfectures. Plus de cinquante mille (50.000) d’entre eux ne doivent pas être inscrits sur les listes électorales d’une même préfecture. La demande devra porter sur un même texte. Sa régularité sera appréciée par la Cour constitutionnelle. »

Lire la suite : TOGO : Appel aux organisations de la diaspora pour soutenir le plaidoyer de la CNSC en faveur les...

Photo : TOGO : « J’ai 48 ans, vous me demandez de laisser le pouvoir. Qu’est-ce que je vais devenir ? »</p>
<p>Arrivé au pouvoir en mars-avril 2005, dans un bain de sang de 1114 togolais tués, Faure Gnassingbé pense et croire s’éterniser au pouvoir comme son feu père le Général Etienne Gnassingbé Eyadema, le dictateur et sanguinaire.<br />
Les Gnassingbé croient toujours que le Togo est leur propriété privée et héritage laissé par leur défunt père venu du Tchad.<br />
Ils ont pillé et détruit le pays sur tous les plans depuis plus de 50 ans.</p>
<p>Le fils qui dit, qu’il a fréquenté et qui a fait de “grandes études “, est pire que son feu père qui n’a jamais mit pied dans une classe d’école dans sa vie. On a trompé le peuple en lui disant qu’Eyadema a été un écolier brillant. Brillant dans quelle école et dans quel établissement !!!<br />
 Rien que des mensonges d’Etat orchestré par des soi-disant intellectuels du Togo. Ce dernier marmiton de l’armée de son vrai état avait règné 38 ans au pouvoir avec des mensonges. Le fils du père veut aussi faire comme son géniteur.</p>
<p>Faure Kodjo Gnassingbé, né le 06 juin 196…., n’a pas du tout fait des études comme on le dit. A Paris ni aux USA, il avait passé tout son temps à faire le java et dans les jambes des nanas.</p>
<p>Aux USA, le couple Pascal Bodjona en sait bien quelques choses sur les supposés études du prince. Puis qu’il avait vécu avec eu. Faure Gnassingbé n’a pas du tout fréquenté aux USA, c’est du n’importe quoi qu’on serre au peuple. Les témoins de son passage aux USA, sont encore vivants et même l’un des chauffeurs qui l’avait conduit là bas est rentré à Lomé depuis quelques années déjà. L’équipe de notre journal a eu l’occasion de le rencontrer et échanger avec lui il y a quelques temps.</p>
<p>Sur les centaines de progénitures laissées par leur père feu Général président, Etienne EYADEMA de son vrai nom, seul sa fille Simonne Gnassingbé, très sage et consciente, qui a bien fréquenté et nanti d’un diplôme de Maitrise en Administration Economique et Sociale (AES) à l’université Lille 3 de Villeneuve-d’Ascq, métro pont de bois en France. Nous l’avons connu à l’époque dans cette ville du Nord de la France.</p>
<p>Tous les autres enfants de EYADEMA, sont des zéros pointés et des ignares. Leur seule école fréquenté est : “Ecole pour devenir Président “ où “Ecole de Directeur“. Ils sont tous filles comme garçons  président où directeur de quelques choses dans le pays. C’est triste et ahurissant. Pour tant il y a des gens bien formé et diplômé qui sont à la traine en conduisant des taxi-motos (Zémidjan) où carrément au chômage.</p>
<p>Eh oui ! Si le prince héritier du “Trône“ des Gnassingbé, avait fréquenté normalement où avait apprit un métier, il ne dira pas ceci à un baron du régime, que je cite : « J’ai 48 ans, vous me demandez de laisser le pouvoir. Qu’est-ce que je vais devenir ? ».</p>
<p>Il se pose la question lui-même de ce qu’il va devenir, s’il quitte le pouvoir. Quand ton père t’as mit à l’école pour étudier et devenir quelque chose dans la vie, tu as passé tout ton temps à faire la bamboula. Si tu ne sais pas vraiment ce qu’il faut faire après quand tu quitte le pouvoir, nous on te conseil d’aller conduire taxi-moto (Zémidjan) où d’aller à Agou le village de ta grand-mère maternelle pour cultiver le champ d’ignames, de tomates, de gombos, de piments et faire aussi des élevages des moutons, des porcs, des poules etc..   </p>
<p>Eh bien ! Faure Gnassingbé à tout dit à travers cette phrase. Son intention et son désir est de rester à vie au pouvoir comme une chauve-souris s’accroche à un arbre. Il veut faire comme son père. Nous lui disons qu’il se trompe d’époque.</p>
<p>Peuple togolais, en 2015, le prince de Pya ne veut pas quitter le pouvoir. Il est prêt et compte sur l’armée pour massacrer et tuer la population comme ils ont fait en 2005.</p>
<p>Maintenant que c’est clair, c’est au peuple lui-même d’arracher le pouvoir à Faure Gnassingbé et sa bande.</p>
<p>Nous interpelons et attirons l’attention de la communauté internationale (UA, CEDEAO, UE, ONU, USA) et les organisations des droits de l’Homme ainsi que la Cour Pénale Internationale (CPI), que le régime RPT/UNIR et son clan, sont des récidivistes.</p>
<p>Journal La Nouvelle » width= »503″ height= »219″ /></p></div>
</div>
</div>
<div class=

Arrivé au pouvoir en mars-avril 2005, dans un bain de sang de 1114 togolais tués, Faure Gnassingbé pense et croire s’éterniser au pouvoir comme son feu père le Général Etienne Gnassingbé Eyadema, le dictateur et sanguinaire.
Les Gnassingbé croient toujours que le Togo est leur propriété privée et héritage laissé par leur défunt père venu du Tchad.

Lire la suite : TOGO : « J’ai 48 ans, vous me demandez de laisser le pouvoir. Qu’est-ce que je vais devenir ? »

L’ironie veut que notre pays, hier seulement maître incontesté dans l’art de la médiation, soit aujourd’hui objet de médiation. Comme pour nous rappeler douloureusement, du moins à l’ex-président Compaoré, que « le malheur n’arrive pas qu’aux autres » selon un adage bien connu.

Lire la suite : TOGO - BURKINA FASO : Transition politique au Burkina / Une visite riche en enseignements pour...

arbitraire

L’affaire d’atteinte contre la sûreté intérieure de l’état n’a toujours pas connu son épilogue malgré l’arrêt de la cour de la CEDEAO du 03 juillet 2013 demandant que les violations sur les détenus qui n’ont pas eu droit à un procès équitable puissent cesser. L’état du  Togo est condamné à dédommager  les requérants, victimes des actes de tortures dans ce dossier. En attendant que la cour de la CEDEAO qui est  de nouveau saisie pour clarifier son arrêt ne se prononce, le groupe de travail contre la détention arbitraire va statuer dans quelques jours sur le cas Kpatcha Gnassingbé et Co accusés.

Lire la suite : TOGO: le dossier Kpatcha Gnassingbé débattu à Genève devant le groupe de travail sur la détention...

officiers

En stage dans les différents centres du pays, les élèves officiers et sous-officiers sont ramenés manu militari à Lomé dans le cadre des manifestions que l’opposition réunie au sein du CAP 2015 organise.

Sont concernés par ce voyage forcé, les élèves de l’Ecole des Sous-Officiers des Forces Armées Togolaises (ESFOFAT) de  Témédja,  ceux de l’Ecole des Officiers des Forces Armées Togolaises (EFOFAT) de  Pya  et ceux du Centre National d’Instruction (CNI) de  Kara. Ces  officiers et sous-officiers en stage  ont regagné Lomé depuis ce mercredi et attendent des instructions.

Lire la suite : TOGO : Les élèves officiers et sous-officiers en stage débarqués à Lomé dans la perspective de la...


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Our website is protected by DMC Firewall!