octobre 16, 2018
Ad Top Header

L’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Togo a remis à la marine nationale, une vedette rapide de classe “defender” ce vendredi 12 octobre 2018. Ceci, dit-on, est motivé par l’envie des Etats-Unis, d’aider le Togo à devenir une nation prospère et sûre,

« Le pouvoir sert souvent à nous montrer combien sont médiocres ceux qui y sont » – Anne Baratin


Pour Gilbert Bawara, devenu l’homme du président à la faveur de la crise sociopolitique, la perspective de voir s’opérer certaines réformes en profondeur avant les législatives prévues fin 2018 relève d’une illusion. L’essentiel des réformes prescrites par la feuille de route de la Cedeao vont être passées par pertes et profits. Le plus grave, ce n’est pas sa flagornerie consistant à jurer par Faure Gnassingbé, même au-delà de 2020. Faure Gnassingbé est au pouvoir depuis 2005 ; il est judicieux qu’il y reste au-delà de 2020. C’est l’intérêt du pays qui me dicte cette conviction, prétend-il dans une interview accordée à Afrikastrategies. fr. Mais le plus grave, ce sont les attributs messianiques qu’il colle à son « champion ».

Le Togo est plus que jamais dans une zone électorale. Le bon sens voudrait que tous les protagonistes tirent leçon de la crise politique et s’impliquent de bonne foi pour la réussite des élections en vue. Mais le processus se déroule au pas de charge, ce qui n’annonce déjà rien de bon. Bien plus, pendant que la Coalition de l’opposition réclame la transparence et l’équité, le pouvoir Faure Gnassingbé promeut l’obscurantisme total. Tout le processus est rythmé par le vice du pouvoir en place.

Recensement unilatéral, énormes anomalies techniques, fichier électoral tronqué en perspective… Devant la presse lundi, la Coalition des 14 formations politiques (C14) a, à nouveau, dénoncé la démarche cavalière du pouvoir de Lomé qui, visiblement, rame à contre courant de la feuille de route de la Cedeao. En réponse, le gouvernement martèle que le processus électoral démarré, depuis peu, est irréversible. Dans ce duel à distance, il convient de se questionner sur la pertinence de la date du 20 décembre prochain annoncée pour la tenue des législatives.

ll est malheureusement donné de constater aujourd’hui que la sortie de Gilchrist Olympio, président de l’Union des forces de changement (UFC), en novembre 2017, où il a critiqué la gouvernance du régime de Faure Gnassingbé et demandé à ce dernier de ne plus se présenter en 2020 pour un quatrième mandat, était une comédie organisée sous les tropiques.

Page 1 sur 18
Pub

Latest Tweets

Monaco : Thierry Henry revient au bercail ! (officiel) https://t.co/NiWm9FoG3O via @tripplesworld
Can 2019 : Match retour Togo - Gambie / la FTF confirme l'absence du capitaine Emmanuel Adébayor https://t.co/o1VfYao6JT via @tripplesworld
Togo : ELECTION, le pouvoir Faure Gnassingbé promeut l’obscurantisme total https://t.co/cij9jn5tPA via @tripplesworld
Follow Togosite on Twitter
Togosite.com - All Rights Reserved