Togo: Entités togolaises identifiées comme « alignée sur Faure Gnassingbé »et/ou considérée comme un agent satellite d’UNIR



LES FAUX OPPOSANTS AU TOGO
A LIRE
FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise
Manifestations des 25, 26 et 28 avril 2018 au Togo



Par un message de son premier responsable, l’ASVITTO (Association des Victimes de Torture au Togo) insiste sur la participation de l’armée au dialogue. Une position déjà affirmée par le président de OBUTS (Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire), et ancien Premier ministre togolais, Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo.

Si à sa suite, un ancien membre de cette armée, aujourd’hui converti aux affaires et à la politique, Gerry Taama, est monté au créneau pour sa part pour appeler à « laisser l’armée en dehors de nos affaires », parce qu’étant apolitique, Kao Atcholi remet au goût du jour cette évidence que les FAT soient présentes autour de la table des discussions.

« Il est important que le haut commandement militaire soit présent à ce dialogue », écrit M. Atcholi mais avec la seule différence que celui-ci suive « les débats en tant qu’observateur ». Pour justifier une telle position, cette association qui milite en faveur des personnes victimes de torture au Togo, souligne que « c’est le moment ou jamais, d’orienter notre armée vers la défense de l’intérêt général et c’est en assistant aux discussions que les réformes qui seront engagées ne trouveront pas d’obstacle dans la mise en œuvre ».

Autre précision de Kao Atcholi, il faut « faire de l’armée un témoin et non un participant aux discussions serait salutaire ».
T228


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd