Togo: Entités togolaises identifiées comme « alignée sur Faure Gnassingbé »et/ou considérée comme un agent satellite d’UNIR



LES FAUX OPPOSANTS AU TOGO
A LIRE
FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


La nouvelle semaine qui commence ne sera pas des plus agréables pour les Togolais et pour le régime de Faure Gnassingbé. Et pour cause, elle sera l’une des semaines les plus mouvementées sur le front politico-social.

Pour cette semaine, les enseignants, après l’expiration des deux semaines d’arrêt marquées dans leurs mouvements de revendication de meilleures conditions de vie et de travail renouent avec les grèves. Les 30, 31 Janvier et 1er Février 2018, à l’appel de la CSET (Coordination des Syndicats de l’Education du Togo), le corps enseignant observera une nouvelle grève. Ne risque-t-on pas de revoir les scènes des élèves dans les rues pour réclamer leurs enseignants et de désolation qui ont conduit quelques années plus tôt au décès de deux jeunes élèves dans la ville de Dapaong ? Ceci vu que la CSET accompagne son appel de la possibilité d’une reconduction automatique jusqu’à satisfaction des revendications.

Outre le secteur de l’éducation, c’est un autre secteur qui s’invite dans les grèves sur le front social. C’est le secteur de la santé. Là, c’est deux jours de grève qui sont prévues pour les 31 Janvier et 1er Février prochains. Et comme on pouvait s’y attendre, le SYNPHOT qui appelle à ces mouvements compte aussi reconduire cette grève, parce que, juge un de ses responsables, en la personne de Professeur Ati Walla, « le secteur de la santé ne peut pas être plus sinistré qu’il l’est aujourd’hui ». Mais déjà des plaintes se font entendre de la part de ceux qui bénéficient des soins dans ces hôpitaux. « Ça va nous pénaliser encore plus », s’est alarmée en fin de semaine dernière une auditrice chez nos confrères de Nana Fm.

En tout cas, si sur le front social, le gouvernement sera sous pression, ce n’est pas celui politique en ébullition depuis 5 mois qui en sera du reste. La Coalition des 14 partis de l’opposition maintient également pour sa part la pression en vue d’obtenir le retour à la Constitution de 1992 et le droit de vote de la diaspora. Vu que le dialogue annoncé tarde à s’ouvrir, et que les préalables réclamés ne sont toujours pas entièrement obtenus, les militants de ces partis sont conviés à une série de trois nouveaux jours de manifestation publique à Lomé et dans d’autres villes du pays. Ce sera les 31 Janvier, 1er et 3 Février prochains.

Pour informations, outre ces mouvements, la pression n’est pas visiblement de nature à vite tombée puisque, les 5, 6, 7, 8 Février 2018, soit la semaine prochaine, ce sont les agents du Ministère de la Fonction Publique qui seront également en grève pour réclamer eux aussi de meilleures conditions de vie et de travail, et que les étudiants de l’Université de Lomé et de ceux de Kara ne décolèrent pas quant aux conditions qui leurs sont faites pour leurs études. Bon à suivre !
T228



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd