Togo: Entités togolaises identifiées comme « alignée sur Faure Gnassingbé »et/ou considérée comme un agent satellite d’UNIR



LES FAUX OPPOSANTS AU TOGO
A LIRE
FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise

C’est un avertissement que le responsable du SYNPHOT, Ati Walla dit avoir formulé au ministre en charge du Travail depuis le mois de juillet sur le fait que « le secteur de la Santé ne veut pas en rajouter aux problèmes que connaisse le pays », pour amener l’autorité à prendre des dispositions pour apporter des solutions aux revendications posées sur sa table. Mais visiblement les choses n’ont pas évolué, obligeant déjà les praticiens hospitaliers réunis dans le SYNPHOT (Syndicat National des Praticiens Hospitaliers du Togo) à observer depuis le début de ce mois de Janvier trois sit-in. Des sit-in qui font déjà craindre au cas où sans solutions, ces praticiens hospitaliers se décidaient à observer carrément une cessation de travail (aller en grève).

Soumis ce jour à l’interrogation de savoir si après trois sit-in, faut-il aller à une grève avant que les autorités ne trouvent une solution aux problèmes du secteur de la santé ?, par nos confrères de Nana Fm, Professeur Walla s’est offusqué de ce qu’ils soient « tournés en bourrique » par les autorités qui leur font aller de « séance de travail en séance de travail », sans pour autant apporter de solutions concrètes à leurs revendications.

Ces revendications à entendre ce responsable du SYNPHOT, sont entre autres, « la réintégration des neuf agents du personnel de santé du centre hospitalier de Bè Kpota abusivement licenciés, le rééquipement des centres de santé et l’adoption d’un statut particulier ».

Il a relevé avec amertume le fait que lors d’une tournée du SYNPHOT à l’intérieur du pays, qu’ils en soient arrivés à constater qu’au Centre Hospitalier Préfectoral de Danyi Apéyémé, le personnel de santé n’ait même pas d’eau, ne serait-ce que pour se laver les mains, après des opérations ou interventions, et qu’il en soit obligé de disposer de bidons pour aller chercher de l’eau potable hors du centre. Et qu’ailleurs, « ce soit à moto que les femmes en travail soient transférées d’un centre de santé à un autre plus équipé… ».

Et pour ce qui est du statut particulier, il juge que c’est indispensable pour que « afin que l’on sache quels sont ses droits, quels sont ses devoirs ».

Si ça craint que l’on en arrive à des grèves et à une paralysie du secteur de la santé avec les conséquences que nous savons, puisque ce fut le cas déjà il y a quelques années, Ati Walla assure sans exclure la possibilité de grève, « nous resterons dans le cadre légal ». Comprenne qui voudra.
T228



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd