Togo: Entités togolaises identifiées comme « alignée sur Faure Gnassingbé »et/ou considérée comme un agent satellite d’UNIR



LES FAUX OPPOSANTS AU TOGO
A LIRE
FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


Alors que le dialogue politique entre pouvoir et opposition peine à s’ouvrir au Togo, les organisations de la société civile continuent de s’en inquiéter pour le Togo au cas où la situation actuelle de crise perdurait. C’est le cas une nouvelle fois de cinq OSC, à savoir l’ACAT-Togo, l’ATDPDH, le GRAD, SADD et le SYNPHOT. Ces organisations qui ont déjà plus d’une fois tiré sur la sonnette d’alarme depuis que les violentes manifestations ont été déclenchées depuis le 19 Août 2017, constatent avec amertume que, malgré les missions de bons offices, proposées par plusieurs chefs d’Etats de la région Ouest africaine, les lignes n’ont pas bougé. « Depuis, pouvoir et opposition campent sur leurs positions, chacun de son côté, et jusque là, l’intransigeance des protagonistes semble prendre le dessus », écrivent ces OSC dans un communiqué rendu public ce 17 Janvier 2018 et signé du coordonnateur, Yves Komla Dossou.

Et donc, face à une telle situation préoccupante « qui perdure et qui augure un embrasement du pays aux conséquences imprévisibles », elles « invitent les protagonistes de la crise à prendre de la hauteur et à œuvrer dans l’intérêt général du peuple togolais dans la trilogie du Voir-Juger- Agir pour une paix civile et sociale tant attendue ». Elles se souviennent encore que précédemment, « conscientes du climat sociopolitique délétère qui a prévalu la veille de l’élection présidentielle de 2015 sur les questions des réformes constitutionnelles et institutionnelles », elles avaient déjà « anticipé dans un plaidoyer en direction des candidats à l’élection présidentielle de prendre des engagements sur 10 points des enjeux majeurs pour la paix civile et sociale au Togo  », inscrits « dans le rapport décennal des 06 organisations de la société civile intitulé : ’’démocratie à double vitesse, ambivalence d’un pouvoir qui tergiverse’’ ».

Mais leurs prescriptions n’ayant en aucun moment amené les différents acteurs politiques à parvenir aux réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’Accord Politique Global et reprises dans les recommandations de la CVJR, telles « la limitation du nombre de mandat présidentiel à deux, le scrutin présidentiel à (02) tours, la recomposition de la Cour constitutionnelle, le découpage électoral prévu par l’APG et repris dans les recommandations n°06 de la CVJR, qui doit s’appuyer sur les critères géographique et démographique tout en tenant compte de l’histoire du peuplement de notre pays et l’audit du fichier électoral pour garantir des élections équitables et transparentes », l’ACAT-Togo, l’ATDPDH, le GRAD, SADD et le SYNPHOT convient «  les acteurs politiques de tout bord à entendre l’appel suprême d’un peuple en détresse, meurtri par 27 ans de crise sociopolitique sans fin, et à aller instamment au dialogue dans les plus brefs délais ». Par la même occasion, le gouvernement est appelé « à ouvrir le dialogue et l’opposition à poser ses préalables à l’ordre du jour pour discussion et consensus ».

Pour rappel, c’est depuis 5 mois qu’a éclaté la crise politique actuelle avec une vague de manifestations publiques pour réclamer le retour à la Constitution de 1992. Et suite à l’appel lancé le 19 août 2017 par le Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Salifou Atchadam, 13 autres partis politiques de l’opposition y ont marqué leur adhésion à ces manifestations qui, au passage, ont fait plusieurs morts, des blessés graves, des déplacés, des exilés et des dégâts matériels importants.

T228

L’intégralité du communiqué

(ACAT –TOGO, ATDPDH, GRAD, SADD, SYNPHOT)
Communiqué de presse

Depuis 5 mois, notre pays le Togo est en proie à une vague de manifestations publiques pour réclamer le retour à la Constitution de 1992. L’appel lancé le 19 août 2017 par le parti national panafricain (PNP), a connu l’adhésion de 13 autres partis politiques de l’opposition. Ces manifestations ont déjà fait plusieurs morts, des blessés graves, des déplacés, des exilés et des dégâts matériels importants.
Dans la foulée de ces violentes manifestations, plusieurs chefs d’Etats de la région Ouest africaine ont tenté de proposer leurs bons offices. Depuis, pouvoir et opposition campent sur leurs positions, chacun de son côté, et jusque là, l’intransigeance des protagonistes semble prendre le dessus.

Face à cette situation préoccupante qui perdure et qui augure un embrasement du pays aux conséquences imprévisibles, 05 organisations de la société civile, ACAT –TOGO, ATDPDH, GRAD, SADD et SYNPHOT invitent les protagonistes de la crise à prendre de la hauteur et à œuvrer dans l’intérêt général du peuple togolais dans la trilogie du Voir-Juger- Agir pour une paix civile et sociale tant attendue.

Les 05 Organisations de la société civile, conscientes du climat sociopolitique délétère qui a prévalu la veille de l’élection présidentielle de 2015 sur les questions des réformes constitutionnelles et institutionnelles, ont anticipé dans un plaidoyer en direction des candidats à l’élection présidentielle de prendre des engagements sur 10 points des enjeux majeurs pour la paix civile et sociale au Togo. Cette plate-forme est inscrite dans le rapport décennal des O6 organisations de la société civile intitulé : « démocratie à double vitesse, ambivalence d’un pouvoir qui tergiverse » En point de mire de ces enjeux majeurs, la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’Accord Politique Global et reprises dans les recommandations de la CVJR. Entre autres :

- La limitation du nombre de mandat présidentiel à deux

- Un scrutin présidentiel à (02) tours

- La recomposition de la Cour constitutionnelle

- le découpage électoral prévu par l’APG et repris dans les recommandations n°06 de la CVJR, qui doit s’appuyer sur les critères géographique et démographique tout en tenant compte de l’histoire du peuplement de notre pays

- l’audit du fichier électoral pour garantir des élections équitables et transparentes.

Fort de ce qui précède, les 05 Organisations invitent les acteurs politiques de tout bord à entendre l’appel suprême d’un peuple en détresse, meurtri par 27 ans de crise sociopolitique sans fin, et à aller instamment au dialogue dans les plus brefs délais
Les 05 Organisations invitent le gouvernement à ouvrir le dialogue et l’opposition à poser ses préalables à l’ordre du jour pour discussion et consensus.
Fait à Lomé le 17 janvier 2018
Le Coordonnateur

Yves K. DOSSOU



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd