Togo: Entités togolaises identifiées comme « alignée sur Faure Gnassingbé »et/ou considérée comme un agent satellite d’UNIR



LES FAUX OPPOSANTS AU TOGO
A LIRE
FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


C’est le sentiment l’homme à l’annonce de la marche de UNIR, prévue pour ce samedi. Intervenant hier jeudi chez nos confrères de Nana Fm, l’ancien ministre togolais des Sports, et président du parti de l’opposition UDS Togo (Union des Démocrates Socialistes), également membre de CAP 2015 et de la Coalition des 14 Partis de l’opposition togolaise, s’est dit se sentir interpellé par « la marche qu’organise UNIR le Samedi 13 Janvier 2018 ».

Si ce membre de l’opposition qui conteste depuis déjà cinq mois dans la rue et avec véhémence le pouvoir de Faure Gnassingbé, trouve qu’ « il n’y a rien d’anormal » dans le fait que le parti au pouvoir organise une marche, il se sent toutefois interpellé par le fait « lorsqu’on se dit élu, avoir la majorité de députés, main basse sur les institutions de la République, c’est que l’on se pose des questions sur sa propre légitimité ». En tout cas, constate-t-il à travers l’organisation de cette marche par UNIR de Faure Gnassingbé que « le pouvoir n’a aucune volonté politique d’aller au dialogue ».

Si aujourd’hui rien ne laisse voir pointer à l’horizon, le dialogue tant souhaité par plus d’un et sous une médiation étrangère pour trouver des solutions à la crise politique actuelle, Antoine Folly se refuse comme ceux qui sont acquis au pouvoir de Lomé et qui croient que ce dernier a repris la main. « S’il y avait eu un dialogue et pouvoir et opposition sont parvenus à un accord politique, on peut dire que le pouvoir a repris la main, mais là ce qu’il y a, c’est une fuite en avant du pouvoir », informe-t-il.

Sans comité préparatoire, sans dialogue, sans suite sur la médiation ghanéenne, le pouvoir qui fonce droit vers des élections au cours de cette année 2018, voilà autant d’éléments qui interpellent également Antoine Folly, qui, au nom de la Coalition a indiqué que, « officiellement, nous ne sommes pas informés. Notre dernier contact avec le médiateur ghanéen remonte au 28 décembre dernier. Et donc, le Ghana est toujours dans le coup pour accompagner le Togo à sortir de cette crise ».

En attendant, le leader de l’UDS Togo n’a qu’une seule alternative, « la mobilisation des populations, c’est la seule alternative pour dire non à cette anomalie que nous vivons depuis 50 ans ».
T228



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is a Joomla Security extension!