Togo: Entités togolaises identifiées comme « alignée sur Faure Gnassingbé »et/ou considérée comme un agent satellite d’UNIR



LES FAUX OPPOSANTS AU TOGO
A LIRE
FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise

Il n’est pas question pour le leader des FDR (Forces Démocratiques pour la République), Me Dodji Apévon de faire dos aux difficultés politiques et dans les différents secteurs (Santé, éducation,…) de la vie sociale au Togo et de se mettre à « danser du tcha tcha tcha ». C’est ce qu’il a fait savoir ce jour pour exprimer sa désapprobation de la façon dont le gouvernement togolais est en train de gérer la crise actuelle au pays. Il y voit donc un grand danger dans la tête baissée faite par le gouvernement togolais et fonçant droit vers les élections prévues en 2018.

Pour ce responsable politique dont le parti est membre de la Coalition des 14 partis de l’opposition qui mobilisent dans les rues de Lomé depuis déjà 5 mois contre le régime de Faure Gnassingbé, la mise en place de 38 CELI comme décidé hier en Conseil des ministres en vue des élections législatives et locale et si possible le référendum sur la modification de la Constitution, est bien « une fuite en avant », car à l’instant actuel, « le Togo a besoin d’une solution. Et les solutions dont on a besoin, ce n’est pas l’organisation d’un référendum, des législatives… ».

En tout cas, Me Dodji Apévon, s’il est à la place du Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 12 ans à la suite de son père, Eyadéma Gnassingbé, qui a dirigé le pays pendant 38 ans, il pense qu’il ne choisirait jamais cette fuite en avant comme solution. « Mais je ferai tout pour que même si c’est difficile, que le dialogue que nous prônons tous soit instauré. Qu’est-ce que ça leur coûte d’accepter la médiation Ghanéenne et Guinéenne ? », s’est-il interrogé, chez nos confrères de Victoire Fm.

Et pour le dialogue pour lequel certaines rumeurs estiment que la médiation ghanéenne n’est plus de mise, Dodji Apévon, se refuse de croire en ces rumeurs et appelle à ce que « les autres pairs de la CEDEAO réagissent pour nous dire quelle est la position exacte de cette instance… On ne peut pas demeurer dans cette situation de flou, de confusion totale de ni paix ni guerre. Que les chefs d’Etat qui ont pris l’engagement de ne pas voir le Togo brûler s’investissent réellement ».

Autre rumeur qui a fait le tour du Togo cette semaine, c’est celle qui voit l’ANC et le CAR s’accorder à l’insu des autres membres de la Coalition des 14 pour envoyer des noms à la CENI. « C’est saugrenu, trop bizarre, ce sont des manœuvres de division », assène Me Apévon, avant de poursuivre, « c’est unanimement et de façon collégiale qu’on a refusé d’envoyer les noms et donc il ne saurait y avoir de discussion entre deux partis pour envoyer des noms à la CENI ». Et pour ce qui évoquent le mandat des députés qui devrait arriver à sa fin en juillet prochain pour dire que le temps est à se focaliser sur les élections législatives, ce député, ex membre et président du CAR, informe que « ce n’est pas la première fois qu’on arrive à la fin d’une législature et que les élections ne soient pas faites à date échue pour renouveler l’Assemblée nationale ». Il en appelle à une réflexion pour les solutions à la crise et après, on pourra s’enfoncer dans la préparation des élections, et ceci, parce que, « ce que nous avons déjà est trop lourd et il ne faut pas en rajouter ».
T228



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd