Togo: Entités togolaises identifiées comme « alignée sur Faure Gnassingbé »et/ou considérée comme un agent satellite d’UNIR



LES FAUX OPPOSANTS AU TOGO
A LIRE
FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


Des leaders de la coalition de l'opposition togolaise sont au Ghana pour rencontrer le président Nana Akufo-Addo ce vendredi 29 décembre alors que de nouvelles manifestations ont eu lieu jeudi à Lomé et dans plusieurs villes du pays. Malgré les incidents survenus dans la capitale, l'opposition maintient son programme : concert de casseroles ce vendredi à la mi-journée et une nouvelle manifestation de rue samedi prochain pendant que le dialogue annoncé peine à s'ouvrir.

Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson a appris que la manifestation de jeudi avait été dispersée à Dékon alors qu'elle était en route pour Accra.

Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, Tikpi Salifou Atchadam et Jean-Pierre Fabre sont attendus ce vendredi à Accra. Ils doivent être reçus par Nana Akufo-Addo, le président ghanéen.

Selon une source proche de l'opposition, les trois leaders de la coalition sont dans la capitale ghanéenne pour avoir la version officielle de la décision prise par le dernier sommet des chefs d'Etat de la Cédéao sur la question de la médiation du dialogue de sortie de crise au Togo.

Le pouvoir de Lomé et la coalition de l'opposition n'arrivent toujours pas à s'accorder sur la médiation, le cadre et l'organisation de ce dialogue. Le gouvernement voudrait un dialogue inclusif entre Togolais ; l'opposition souhaiterait la présence d'un médiateur pour la sérénité du dialogue.

Le dialogue était annoncé pour la fin de l'année. Mais au dernier jour ouvrable de l'année 2017, rien ne pointe à l'horizon. C'est plutôt un flou qui règne sur cette question depuis le dernier sommet des chefs d'Etat de la Cédéao à Abuja.

Manifestation dispersée

En attendant, les manifestations se poursuivent depuis le mois de septembre pour demander le départ du président Faure Gnassingbé. Jeudi, la coalition de l'opposition qui rassemble 14 partis avait encore appelé à manifester. Mais les forces de l'ordre auraient dispersé le cortège avec violence, selon Nathaniel Olimpio, coordonnateur de la coalition.
rfi


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
Our website is protected by DMC Firewall!