Togo: Entités togolaises identifiées comme « alignée sur Faure Gnassingbé »et/ou considérée comme un agent satellite d’UNIR



LES FAUX OPPOSANTS AU TOGO
A LIRE
FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


Surpris de ce que, suite à leur dernière grève les 04, 05 et 06 Octobre derniers, ""qu’aucune discussion n’a été faite dans le sens de trouver une solution à la situation qui prévaut au sein du ministère, obligeant à observer plusieurs sit-in au cabinet plage et au cabinet ex-OPAT"", les fonctionnaires du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Réforme administrative, réunis au sein du SYNAMFOP ont décidé mardi dernier (05 Décembre 2017) de retourner en mouvement de ""suspension des prestations... jusqu’à satisfaction"" de leurs doléances. Des doléances finalement réduites à ""l’amélioration des conditions de travail (construction d’un immeuble pouvant abriter tous les services du ministère) et des conditions de vie (prime de rendement et gratification du 13ème mois)"".

Et, à lire le courrier adressé au ministre Gilbert Bawara et signé du responsable de ce syndicat, Komlan Aményiho Houménou, la suspension des prestations qui démarre dès ce lundi 11 Décembre, seront concernées, la satisfaction des nominations liées au concours de recrutement, des prises en compte, des avancements automatiques d’échellon, des avancements de grade (promotion), l’envoi de la solde, la délivrance des relevés de service des retraités et l’élaboration des contrats.

Outre la non satisfaction de leurs doléances, ce qui fâche encore plus les membres du SYNAMFOP, ce sont les précomptes opérés sur leurs salaires suite aux différentes grèves. S’ils sont d’avis que ceux du mois d’Octobre ""respectent les standards en la matière à l’exception de quelques agents"", à leur entendement, ceux du mois de Novembre sont ""simplement abusifs"" et créent un préjudice aux personnels, violant les droits humains et ceux des travailleurs. Les syndicalistes disent avoir constaté qu’au lieu de 6 jours, les précomptes sont allés jusqu’à 9 jours pour certains et 12 pour d’autres. Ils réclament dès lors des éclaircissements et le remboursement dans les brefs délais de ces fonds indûment prélevés.

Le SYNAMFOP et ses membres assurent de ce que leur volonté est d’oeuvrer ""pour la bonne marche du département"" et souhaitent ""que des dispositions idoines soient prises très rapidement pour éviter des situations malencontreuses"".



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
Our website is protected by DMC Firewall!