Togo : Manifestations de l'opposition les 13, 14 et 16 décembre 2017



FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


Le gouvernement s’est montré jeudi, disponible à rechercher des solutions viables et durables à la crise sociopolitique que le Togo traverse depuis le 19 août dernier. Cette annonce a été faite ce jeudi 07 décembre 2017 au cours d’une conférence de presse tenue au siège du gouvernement à Lomé.

Plusieurs mesures de décrispation de la situation sociopolitique ont été annoncée à l’issue de cette rencontre et rendue publiques par le ministre Gilbert Bawara. Selon le ministre de la Fonction publique, le gouvernement confirme la levée des « restrictions temporaires » qui avaient été décidées pour limiter les marches et les manifestations publiques en semaine au Togo et de la mise en place d’un dispositif concerté à l’issue d’échanges avec les 14 partis politiques composant la coalition de l’opposition pour mieux encadrer les manifestations publiques et éviter les risques d’accidents et de débordements.

Plusieurs d’autres mesures ont été rendues publiques notamment la « possible » remise en liberté des personnes interpelées à Sokodé et Bafilo et dont les dossiers sont en cours d’instruction. Ces mesures pourraient concerner les deux imams arrêtés à Sokodé et à Bafilo. « Des mesures sont envisagées en leur faveur et ceci dans le respect des règles de la procédure pénale », a fait savoir le ministre Gilbert Bawara.

Ces dispositions prendront aussi en compte les personnes en détention provisoire dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et Kara. « La procédure d’instruction est quasiment bouclée et des mesures d’indulgence pourraient être décidées à leur endroit à l’issue d’un procès », a indiqué le ministre.

Il a également annoncé l’autorisation prochaine des manifestations à Sokodé, Bafilo et Mango et a insisté sur la disponibilité du gouvernement à étudier avec les partis politiques de l’opposition, les conditions pouvant permettre une reprise des manifestations publiques dans ces villes en tenant compte des défis sécuritaires liés à la circulation des armes et munitions dérobées.

Le gouvernement lie la reprise des manifestations dans ces trois villes au comportement qu’adopteront les responsables politiques qu’il invite à s’abstenir des appels à la haine et à la violence.

Il est également annoncé le déploiement à Lomé d’un plan sentinelle destiné à renforcer la sécurisation des lieux et des édifices publics et la décision de prendre en charge les personnes blessées lors de manifestations publiques de l’opposition.

Afreepress


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
Our website is protected by DMC Firewall!