Togo : Manifestations de l'opposition les 13, 14 et 16 décembre 2017



FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


Alors que certaines informations font état d’élèves dans les rues dans certains quartiers de Lomé, au premier des quatre jours de grève des enseignants, c’est en président de la Commission Education à l’Assemblée nationale , les mains liées que le député UFC, Dr Jimongou Sambiani, qui intervenait ce mardi matin chez nos confrères de Victoire Fm. À l’entendre toutes initiatives pour apporter une contribution à la recherche de solution à la crise du secteur de l’éducation nationale sont sans issues et confrontées à un blocage dans la procédure de l’Assemblée nationale.

""Je suis triste. Depuis la rentrée, le nombre de cours c’est à peine deux semaines. Va-t-on rester dans ce schéma de prolongation de l’année scolaire, ne pas finir les programmes, et donner des diplômes à des enfants qui n’ont pas le niveau ?"", s’est-il interrogé.

Revisitant les revendications des enseignants, il croit savoir que la question des enseignants volontaires, dont il y a certains qui ont fait 17 ans de service sans être intégrés, aurait pu être résorbée en 5 si le schéma qu’ils avaient précédemment tracé avait été mis à exécution par le gouvernement. Il a fustigé le fait que ces volontaires soient là et qu’au cours des concours, on les laisse pour intégrer d’autres plus jeunes qu’eux déjà en service. Il assimile un tel comportement au phénomène du ""mindèfrèrisme"".

Pour ce qui est du statut particulier, il comprend les enseignants qui ne veulent pas se faire gruger et veulent avoir copie du document final transmis au PM.

Il n’a pas tracé autre piste pour solder la question des enseignants.
T228



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
Our website is protected by DMC Firewall!