Togo : Manifestations de l'opposition les 13, 14 et 16 décembre 2017



FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise

« La fin justifie les moyens », (Machiavel)

Ailleurs, l’évocation des termes comme salafisme, djihadisme, islamisme, terrorisme et autres inspire une peur panique, mieux, crée un état de psychose générale. Chez nous, il est devenu si banal d’en entendre parler que l’esprit averti se demande légitimement si dans les laboratoires du parti RPT/UNIR, le souci de conservation du pouvoir dans le giron « gnassingbéen » n’a pas réveillé des instincts diaboliques. « Et si un certain terrorisme frappait le Togo demain ? », cette analyse fouillée à l’actif de Me Jean Yawovi Degli se veut une sorte de prédiction apocalyptique sur notre pays et, en même temps une alerte de niveau 6 sur la probabilité d’une conspiration en cours contre le peuple togolais, au nom du pouvoir d’Etat. Plus qu’une vue de l’esprit, tout porte à croire que ce fléau redouté ailleurs pourrait être dirigé vers notre pays par les tenants du pouvoir eux-mêmes.

Dans ce qu’il convient dorénavant de qualifier de « Discours de Témédja », le tyranneau est revenu là-dessus avec force détails, notamment lorsqu’il chauffe à blanc les militaires et les invite à se comporter toujours en soldats responsables face aux provocations et menaces de toutes sortes. De quelles menaces pourrait-il bien parler ? Devinette…devinette. C’est la menace terroriste que le Chef de l’Etat instrumentalise à souhait. « Je sais pouvoir compter sur votre courage et votre sens du devoir pour relever tous les défis qui vous seront lancés et que sans faiblesse, nous saurons ensemble répondre à toute menace ou action terroriste qui pourrait toucher notre pays le Togo ». Menace ou action terroriste sur notre pays?

Ce discours colle sans doute mieux à la réalité contemporaine et présente pour Faure Gnassingbé cet avantage d’attirer l’attention des services secrets du monde entier sur les mouvements de Tikpi Atchadam et ses différents flux financiers. Tikpi Atchadam= terroriste ? C’est la démonstration que tentent de faire depuis le début de cette crise Faure Gnassingbé et ses collabos sans jamais convaincre. Même si peu de nos concitoyens semblent emballés par cette thèse dont l’argumentaire brille au pis-aller, par une vacuité totale et au mieux, par une indigence à nulle autre pareille, sa reprise par Faure Gnassingbé laisse entrevoir une conspiration au sommet de l’Etat en ce sens.  Ainsi donc, sans rendre plus crédible cette thèse, le discours de Faure Gnassingbé invite plutôt les esprits avertis à tirer la sonnette d’alarme sur le plan machiavélique que le pouvoir serait en train de concocter et à prendre à témoin l’opinion internationale.

Car pour résoudre ce crime terroriste que curieusement et cyniquement nos gouvernants appellent de tous leurs vœux, il suffira de répondre, comme Cicéron à son époque à la question: quid bono ? « A qui profite le crime » ? A Tikpi Atchadam ? Avec un peu de jugeote, il est clair que c’est la négative qui l’emportera. Un tel attentat ne profitera qu’à Gnassingbé II, dans sa recherche effrénée d’un prétexte pour boucler le leader du PNP, diaboliser la noble lutte qu’il mène et reprendre le contrôle de la situation. Il aurait donc tout à gagner, à organiser l’innommable dans notre pays. Si un acte terroriste s’abat sur notre pays, ne cherchez donc pas trop loin. Le pouvoir pourrait ne pas être bien loin de ses auteurs ou commanditaires. C’est bien ce que l’on appelle une théorie complotiste. Et elle est infaillible ! Enfin presque. Que la divine Providence veille sur notre nation et nous préserve des esprits aussi obscurs.

Meursault A.« La fin justifie les moyens », (Machiavel)

Ailleurs, l’évocation des termes comme salafisme, djihadisme, islamisme, terrorisme et autres inspire une peur panique, mieux, crée un état de psychose générale. Chez nous, il est devenu si banal d’en entendre parler que l’esprit averti se demande légitimement si dans les laboratoires du parti RPT/UNIR, le souci de conservation du pouvoir dans le giron « gnassingbéen » n’a pas réveillé des instincts diaboliques. « Et si un certain terrorisme frappait le Togo demain ? », cette analyse fouillée à l’actif de Me Jean Yawovi Degli se veut une sorte de prédiction apocalyptique sur notre pays et, en même temps une alerte de niveau 6 sur la probabilité d’une conspiration en cours contre le peuple togolais, au nom du pouvoir d’Etat. Plus qu’une vue de l’esprit, tout porte à croire que ce fléau redouté ailleurs pourrait être dirigé vers notre pays par les tenants du pouvoir eux-mêmes.

Dans ce qu’il convient dorénavant de qualifier de « Discours de Témédja », le tyranneau est revenu là-dessus avec force détails, notamment lorsqu’il chauffe à blanc les militaires et les invite à se comporter toujours en soldats responsables face aux provocations et menaces de toutes sortes. De quelles menaces pourrait-il bien parler ? Devinette…devinette. C’est la menace terroriste que le Chef de l’Etat instrumentalise à souhait. « Je sais pouvoir compter sur votre courage et votre sens du devoir pour relever tous les défis qui vous seront lancés et que sans faiblesse, nous saurons ensemble répondre à toute menace ou action terroriste qui pourrait toucher notre pays le Togo ». Menace ou action terroriste sur notre pays?

Ce discours colle sans doute mieux à la réalité contemporaine et présente pour Faure Gnassingbé cet avantage d’attirer l’attention des services secrets du monde entier sur les mouvements de Tikpi Atchadam et ses différents flux financiers. Tikpi Atchadam= terroriste ? C’est la démonstration que tentent de faire depuis le début de cette crise Faure Gnassingbé et ses collabos sans jamais convaincre. Même si peu de nos concitoyens semblent emballés par cette thèse dont l’argumentaire brille au pis-aller, par une vacuité totale et au mieux, par une indigence à nulle autre pareille, sa reprise par Faure Gnassingbé laisse entrevoir une conspiration au sommet de l’Etat en ce sens.  Ainsi donc, sans rendre plus crédible cette thèse, le discours de Faure Gnassingbé invite plutôt les esprits avertis à tirer la sonnette d’alarme sur le plan machiavélique que le pouvoir serait en train de concocter et à prendre à témoin l’opinion internationale.

Car pour résoudre ce crime terroriste que curieusement et cyniquement nos gouvernants appellent de tous leurs vœux, il suffira de répondre, comme Cicéron à son époque à la question: quid bono ? « A qui profite le crime » ? A Tikpi Atchadam ? Avec un peu de jugeote, il est clair que c’est la négative qui l’emportera. Un tel attentat ne profitera qu’à Gnassingbé II, dans sa recherche effrénée d’un prétexte pour boucler le leader du PNP, diaboliser la noble lutte qu’il mène et reprendre le contrôle de la situation. Il aurait donc tout à gagner, à organiser l’innommable dans notre pays. Si un acte terroriste s’abat sur notre pays, ne cherchez donc pas trop loin. Le pouvoir pourrait ne pas être bien loin de ses auteurs ou commanditaires. C’est bien ce que l’on appelle une théorie complotiste. Et elle est infaillible ! Enfin presque. Que la divine Providence veille sur notre nation et nous préserve des esprits aussi obscurs.

Meursault A.
Liberte



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is a Joomla Security extension!