FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


L'opposition togolaise n'a que les manifestations pour se faire attendre par le pouvoir

Si les partis de l’opposition, surtout les 14 qui battent le pavé depuis deux mois pour un retour à la Constitution de 1992, ont rejeté cette décision du gouvernement et projettent des marches sur les mercredi 18 et jeudi 19 Octobre prochains, au REJADD Togo (Regroupement des Jeunes Africains pour la Démocratie et le Développement, section Togo (REJADD-TOGO), c’est la stupéfaction totale face à une telle décision du gouvernement.

""Les marches sont interdites les jours ouvrables, seuls les meetings y sont autorisés"", c’est en substance la reformulation que l’on peut faire de la décision rendue publique le 10 Octobre dernier au cours d’une conférence de presse conjointe, les ministres de l’Administration territoriale,Payadowa Boukpessi et celui de la Sécurité et de la Protection civile, Yark Damehame.

Dans un communiqué et signé du Secrétaire général de cette organisation membre de la société civile togolaise, Djodji Klutsè, l’on dit déplorer ""cette décision inique, qui, non seulement, viole l’article 30 de notre Constitution, qui dispose que : L’Etat reconnaît et garantit l’exercice des libertés d’association, de réunion et de manifestation pacifique et sans instruments de violence"" mais aussi la loi ""N° 2011-010 du 16 mai 2011 fixant les conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestation sur la voie publique ou dans les lieux publics"".

Et en opposition aux deux ministres qui confiaient à l’annonce de cette décision que la loi dite Bodjona, du nom de l’ancien ministre de l’Administration territoriale, le mouvement dirigé par Assiba Johnson, relève que ""cette loi ne donne aucune compétence à l’autorité administrative pour interdire les manifestations les jours ouvrables"", et que se laisser aller à cette tentation n’est ni plus ni moins qu’une ""restriction flagrante des libertés publiques"" et aussi, ""une violation des dispositions de l’article 20 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui stipule que : Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques"".

Dès, le REJADD Togo, regardant dans son rétroviseur, se dit conscient de ce ""que les événements qui se sont enchainés dans notre pays depuis le 19 août dernier ont favorisé la montée des tensions sociopolitiques"" et dit craindre ""que cette interdiction ne provoque une escalade de la violence"".

Il demande ""aux pouvoirs publics de sursoir purement et simplement à cette décision inique, interdisant les manifestations les jours ouvrables"", exige ""donc le respect strict de la loi fixant les conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestations sur la voie publique ou dans les lieux publics par les autorités administratives et les organisateurs des manifestations"" et invite Faure Gnassigbé ""dans un souci d’apaisement, à sortir de son silence afin d’éviter que le Togo ne bascule dans une crise plus profonde"".



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is a Joomla Security extension!