Togo



FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


L'opposition est mobilisée depuis près de deux mois, pour demander que le nombre de mandats présidentiels soit limité à deux et la démission du président Faure Gnassinbgé, au pouvoir depuis 2005 et héritier d'une famille à la tête du Togo depuis 50 ans.

Mardi soir, le ministre de l'Administration territoriale, Payadowa Boukpessi, avait décrété que désormais, "les marches seront interdites en semaine" mais que les gens pouvaient tenir des meetings sur un lieu fixe.

M. Dupuy a également fait savoir que l'opposition avait agi dans les règles en informant de la tenue des marches, dans les délais légaux. "Si le pouvoir décide de violer la loi, le peuple ne la respectera pas non plus", conclut-il.

Quatorze partis politiques ont appelé leurs partisans à marcher contre le pouvoir du président Faure Gnassingbé, "le mercredi 18 et jeudi 19 octobre", a expliqué à l'AFP Eric Dupuy, porte-parole de l'Alliance nationale pour le changement (ANC).

Celle-ci avait annoncé peu auparavant l'organisation d'une nouvelle marche le mercredi 18 octobre dans le cadre d'une réforme constitutionnelle controversée.

Les manifestations engagées par l'opposition depuis la mi-août ont fait au moins quatre morts et des dizaines de blessés, notamment dans le nord du pays, nouveau foyer de la contestation populaire.

Des centaines de personnes se sont également réfugiées au Ghana le mois dernier, dénonçant des arrestations arbitraires et des violences de la part des forces de sécurité,


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
Our website is protected by DMC Firewall!