FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


Doit-on s’attendre à des concessions de l’opposition pour les réformes ou non ? C’est la grande interrogation qui traverse ce jour notre tête et qui est pour l’instant sans réponse adéquate, suite aux propos du chef de file de l’opposition togolaise et président de l’ANC, Jean-Pierre Fabre, qui réagissait ce lundi matin chez nos confrères de Nana Fm.
A la question d’un auditeur de savour si, aujourd’hui que les réformes ne sont toujours pas faites et que l’on a constaté au niveau de cette opposition que le pouvoir incarné par Faure Gnassingbé est en train toujours de gagner du temps, est-ce qu’en refusant de faire des concessions, on ne l’aide pas à continuer dans cette voie, M. Fabre s’est voulu catégorique. ""Non, il n’a pas fait ce qu’il doit faire, il faut qu’il paye le prix. C’est lui qui a refusé. Nous n’avons cessé de réclamer la mise en oeuvre des réformes"", avait-il assèné. Et en payer le prix de quelle manière ? Difficile pour nous d’y répondre à la place de Jean-Pierre Fabre.

Mais dans la suite de ses propos, on peut comprendre qu’il fait allusion à la question de l’immédiateté ou non de la mise en application de la loi sur les réformes, au cas où elle venait à être adoptée par l’Assemblée nationale.

Ayant déjà passé deux mandats au pouvoir et en plein dans son 3ème mandat, est ce qu’une réforme actant les deux mandats frappe Faure Gnassingbé ou non ? Le candidat malheureux de l’opposition aux présidentielles de 2010 et de 2015, selon les résultats de la CENI, entérinnés par la Cour Constitutionnelle, a simplement indiqué que c’est Faure Gnassingbé ""lui même qui est victime de sa propre ruse"" et que, ""nulle ne peut se prévaloir de sa propre turpitude"", dans la mesure où, ""c’est le pouvoir en place qui a la responsabilité de réaliser les réformes. mais il a gagné du temps à tout refuser"".

En tout cas, c’est des analyses de situation qui doivent donner à nouveau des idées au camp d’en face quant à l’opérationnalisation de ces réformes ou encore du retour à la Constitution de 1992. Intervenant le week-end écoulé sur le sujet, au JT Afrique de TV5 Monde, le Conseiller spécial à la Présidence Togolaise, Pacôme Adjourouvi, a simplement promis que les conclusions des travaux de la Commission de réflexion sur les réformes, présidée par Awa Nana-Daboya, qui était entre temps en tournée à travers le pays, seront remises dans quelques semaines et que ceci ouvrira à nouveau la voie pour un débat à l’Assemblée nationale sur la question des réformes politiques.

On attendant de voir si pour cette fois l’opposition accèdera à la demande de concession et de consensus tant brandis par les députés du parti au pouvoir UNIR. Bon à suivre !
T228



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd