FAURE GNASSINGBE REFUSE D'ACCEPTER LE RETOUR DE LA CONSTITUTION DE 1992 ET NE VEUT PAS LAISSER LE POUVOIR - PEUPLE TOGOLAIS, IL FAUT PRENDRE VOTRE DESTIN EN MAIN - FAURE DOIT PARTIR

Grandes manifestations nationales des mercredi 20 et jeudi 21 Septembre 2017:
Ça suffit, rendez nous notre constitution.

FAURE DOIT PARTIR MAINTENANT - FAURE MUST GO NOW

50 ans de pouvoir ça suffit!


Le parti Union pour la République (UNIR, parti au pouvoir), sera en démonstration de force dans les rues de Lomé les 29, 30 et 31 août prochains. Une manifestation destinée, selon les premiers responsables de cette formation politique, à « soutenir les institutions de la République et à dénoncer les actes de violence commis contre les forces de l’ordre et de sécurité dans leurs missions ». Cette annonce a été  solennellement faite jeudi 24 août 2017 au sortir d’une rencontre des cadres de cette formation politique, venus de tout le pays et réunis à Lomé pour discuter des récents événements sociopolitiques que le pays a connus.

Gilbert Bawara, à qui l’honneur est revenu d’annoncer l’événement aux médias, a mis l’accent sur les objectifs qui sont ceux de ces manifestations de trois jours. « Ces marches ne sont pas destinées à s’opposer à qui que ce soit parce que nous cultivons l’esprit de fraternité, nous n’avons pas au-delà des combats politiques, à nous considérer comme des ennemis car nous sommes tous des Togolais », a-t-il insisté.

Ces manifestations, a-t-il tenu à faire savoir, sont plutôt destinées à réaffirmer l’attachement du parti UNIR et de ses militants à la « démocratie et à l’état de droit ».  « UNIR veut soutenir fermement les institutions démocratiques et faire en sorte que les Togolaises et Togolais, partout où ils sont sur le territoire national, cultivent l’unité et la fraternité entre eux. C’est beaucoup plus une marche citoyenne et républicaine », a-t-il martelé.

Pour le militant Bawara, le parti au pouvoir ne pourrait ne pas être sensible lorsque les valeurs d’unité et de fraternité sont mises à mal dans le pays par une frange de la classe politique.

À cette occasion, le natif de Doufelgou a réaffirmé l’engagement de sa formation politique à réaliser les réformes exigées de façon global et dans un esprit consensuel.

Il faut rappeler que le Parti national panafricain (PNP) de Me Tikpi Atchdam, le Combat pour une alternance politique en 2015 et le Groupe des 6 avaient eux aussi, appelé mardi leurs militants à une démonstration de force dans les rues de Lomé les 30 et 31 août prochains pour disent-ils, exiger la libération « immédiate et sans condition » des personnes arrêtées lors des manifestations du 19 août dernier, la mise en place d’une commission d’enquête chargée de situer les responsabilités et de traduire en justice les auteurs et les commanditaires des violences des 19 et 20 août 2017, l’arrêt « immédiat » des persécutions, des arrestations, des poursuites et des violences à l’encontre des militants et des responsables du PNP, l’arrêt « immédiat » à l’entrave à l’exercice du droit constitutionnel de manifestation, le retour à la constitution originelle du  14 octobre 1992 et la révision du cadre électoral et l’instauration du droit de vote pour les étrangers.

A.Y.



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is a Joomla Security extension!