FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise

La création de l’Office Togolais des Recettes (OTR) est une bonne chose. Elle a répondu à un impératif majeur.

En effet, cette structure stratégique doit permettre de résorber les aspérités entre les deux régies que sont la douane et les impôts. Et cela pour faciliter et favoriser une meilleure gestion des recettes de l’Etat et, par ricochet, de l’économie de notre pays.

En réalité, l’idée qui avait sous-tendu la création de l’OTR était d’accélérer le développement du Togo. Elle est donc noble.

Mais, puisque nous sommes des Togolais, avec notre spécificité, que nous nous faisons rarement confiance et ne faisons pas les choses comme les autres, on a trouvé qu’il fallait mettre à la tête de cette structure hautement stratégique et sensible un petit nazi rwandais, un véritable cerbère entièrement anglophone et complètement atone ; un véritable prédateur de  notre économie. M. GAPERI, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’avait rien compris à la mission qui lui a été assignée. Il se croyait investi de pouvoir illimité pour redresser les Togolais alors que lui-même n’a intrinsèquement ni la compétence ni la capacité pour ce faire. Pour GAPERI, l’enjeu était ailleurs. Et cet ailleurs, c’est les termes de son contrat, c’est-à-dire la performance financière en matière de fiscalité. Le hic, c’est que s’agissant de la fiscalité, il faut agir sur deux pôles à savoir : l’économie et la finance. Car si l’économie va mal, la fiscalité doit péricliter.

La preuve, pendant les trois années qu’il a passées à la tête de l’office, l’économie togolaise a enregistré une chute vertigineuse des grandes sociétés togolaises qui ont régressé dans leur cheminement.

Nous avons donc été aux nouvelles et ce que nous avons recueilli en guise d’informations est stupéfiant. Mais, nous avons en même temps compris que la nouvelle direction de l’OTR a voulu relever le défi.

Ainsi, le Commissaire Général p.i. M. ADEDJE, a décidé de rétablir l’équilibre entre  l’économie et la finance. Et il a clairement explicite que la fiscalité doit être au service de l’économie. En d’autre terme, selon sa nouvelle vision, la fiscalité est le retour au fondement de la mission de l’OTR. En effet, selon les explications qui nous ont été fournies, l’Office, en tant que administration de recettes, a une double fonction.

Une fonction financière consistant à la collecte des ressources et une fonction économique et sociale totalement occultée par M. GAPERI. Il s’agit donc, au-delà de la collecte des recettes fiscales et douanières, d’œuvrer à assurer l’avenir, en créant un environnement économique et social favorable à la pérennisation de la matière taxable. C’est dire que dorénavant, les nouveaux responsables de l’OTR ont choisi de mettre l’homme togolais au centre de leur préoccupation. Il faut comprendre par cette nouvelle dynamique que l’OTR ne sera plus le monstre qui asphyxiait les opérateurs économiques togolais en les acculant.

Nous avons le devoir d’expliquer, mais la presse ne peut servir que de relais. Des voix plus autorisées viendront bientôt apporter la bonne nouvelle aux Togolais afin que les uns et les autres aient une vision plus saine de notre économie et, par ricochet, des perspectives d’avenir.

Nous y reviendrons incessamment pour éclairer l’opinion avec des prévisions appropriées pour dissiper les inquiétudes. D’ores et déjà, il sera permis de parler de renouveau et de nouveau départ.

 

Rodrigue



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is a Joomla Security extension!