FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


La Ligue togolaise des droits de l’Homme (LTDH) est indignée par la répression des manifestations pacifiques organisées par le PNP samedi 19 août dernier. Dans une rencontre avec les médias dimanche, elle a indiqué que les morts enregistrées au cours de ces manifestations sont de trop et appelle les populations togolaises à rester mobilisées. Lire la déclaration !

Conférence de presse de la Ligue Togolaise des droits de l’Homme (LTDH) sur la répression policière barbare des marches du PNP sur la situation actuelle que traverse notre pays le Togo

Déclaration liminaire

La Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) suit avec une profonde indignation, consternation et amertume la répression primitive, barbare et sauvage orchestrée par les forces de l’ordre, de sécurité et de défense sur les manifestants et les populations lors des marches organisées par le Parti National Panafricain (PNP), le 19 Août 2017, dans les villes de Kara, de Bafilo, de Sokodé, d’Anié et de Lomé en vue d’amener le gouvernement togolais à mettre en œuvre les réformes institutionnelles et constitutionnelles prévues par l’Accord Politique Global (APG) signé le 20 Août 2006, et en toile de fond, le retour à la Constitution de 1992 et le droit de vote des Togolais de la diaspora.

Dans une déclaration rendue publique le vendredi, 18 Août 2017, la veille même desdites manifestations, la LTDH avait déjà attiré l’attention de l’opinion nationale et internationale sur les conséquences dangereuses que pourront engendrer les sorties médiatiques de deux (02) Ministres du gouvernement togolais, en l’occurrence les Ministres YARK Damehane de la Sécurité et de la Protection Civile et PAYADOWA Boukpéssi de l’Administration Territoriale, des Collectivités Locales et de la Décentralisation, qui sur des tons violents et menaçants, ont presque prédit l’apocalypse pour les éventuels participants à ces manifestations.

Malgré les nombreux appels à la retenue, force est de constater que les deux ministres ont cruellement mis à exécution leurs menaces en joignant l’acte à la parole ; le bilan est lourd et atroce : au moins deux (02) morts à Sokodé, plusieurs blessés, des arrestations et de nombreux dégâts de biens matériels tant privés que publics. De plus, depuis hier jusqu’à aujourd’hui, des courses poursuites et des expéditions punitives qui sont le faits des agents de sécurité sont légions dans les villes où ont lieu lesdites manifestations.

Pour la LTDH, ces morts sont de trop pour notre pays et leurs auteurs ne doivent pas rester impunis.

Il y a tout lieu de rappeler que lesdites manifestations n’ont fait l’objet d’aucune interdiction légale conformément à la lettre et à l’esprit de la Loi du 16 mai 2011 portant Liberté de réunion et de manifestation pacifiques publiques.

Ce comportement prémédité, primitif et rétrograde dont ont fait montre les agents de sécurité, en exécution des ordres de leur hiérarchie, sur des populations venues manifester pacifiquement, dénote une fois encore de la volonté très affichée et manifeste du gouvernement de restreindre les espaces de libertés, notamment la liberté d’expression et d’étouffer la liberté de manifestation pacifique publique telles que prévues par la Loi du 16 mai 2011.

Il dénote également de la part du gouvernement une désinvolture totale et un refus obstiné de mettre en œuvre les réformes institutionnelles et constitutionnelles, sinon comment comprendre que onze (11) ans jour pour jour, après la signature de l’APG, lesdites réformes, voulues à corps et à cris par la majorité des Togolais, n’ont toujours pas pris corps.

La soif des Togolais à voir ces réformes devenir réalité n’est plus à démontrer ; en témoignent les mobilisations massives des populations à cet effet, suivies de leurs réactions lors de la tournée encore en cours de la Commission sur les réformes que préside Madame AWA NANA DABOYA.

La LTDH condamne avec la dernière rigueur cette répression aveugle, violente et barbare dont ont fait l’objet les paisibles manifestants et populations de la part des forces de l’ordre et de sécurité. Une telle répression vient une fois encore jeter de l’opprobre sur notre pays et le fait régresser en matière des acquis démocratiques et de bonne gouvernance, quant aux libertés politiques, universelles et constitutionnelles.

La LTDH voudrait respectueusement et humblement s’incliner devant la mémoire des martyrs du 19 août et présenter ses vives condoléances aux familles éplorées et à tout le peuple togolais. Elle souhaite un prompt rétablissement aux nombreux blessés.

La LTDH exige la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes interpellées lors de ces manifestations et demande au gouvernement d’assurer, sans distinction aucune, la couverture sanitaire de tous les blessés.

Au regard de ce qui précède, la LTDH invite et demande instamment au Chef de l’Etat, Président de la République Togolaise, son Excellence Faure Essosimna GNASSINGBE, à prendre personnellement la mesure de la situation, à tenir particulièrement compte de la levée de boucliers contre la barbarie policière et à savoir anticiper, en vue d’éviter à notre peuple des lendemains sombres et incertains comme il en a connu dans les années 1990 et 2005 ; cette anticipation clairvoyante ne peut être autre que l’arrêt du dilatoire et la manifestation de sa volonté claire et non équivoque à réaliser les réformes institutionnelles et constitutionnelles, qui sont les seules garanties de non répétition et ce, dans un très bref délai.

Pour ce qui la concerne et au regard de la situation qui prévaut, la LTDH invite :

- Toutes les populations togolaises à rester mobilisées et à s’associer à toute manifestation publique régulièrement organisée par les partisans acquis à la cause des réformes ;

- Toutes les forces démocratiques animées du désir de voir les réformes se réaliser, à rassembler leurs énergies en vue de rendre la lutte plus efficace ;

- Toutes les organisations de la Société Civile désireuses de voir s’instaurer au Togo la démocratie, la bonne gouvernance, l’Etat de droit, le respect des Droits de l’Homme et le développement dans toute leur plénitude, à soutenir toute initiative tendant à la mise en œuvre effective des réformes.

La LTDH lance un appel pressant à la communauté internationale, aux missions diplomatiques et consulaires accréditées au Togo à suivre la situation actuelle de près et à peser de tout leur poids pour voir se traduire dans la réalité et dans un plus bref délai, les aspirations profondes du peuples togolais, et notamment la question des réformes qui n’a que trop duré et continue de faire des victimes.

Fait à Lomé, le 20 août 2017,

En la commémoration du 11ème anniversaire de l’APG,

Pour la LTDH,
Le Président,
Me Raphaël N. KPANDE-ADZARE



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd