FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


C’est en tout cas le regret qui se lit au sein de la classe politique togolaise à la suite des douloureux évènements de samedi dernier, avec morts d’hommes lors d’une répression sanglante des marchhes synchronisées du PNP, par les gents des forces de l’ordre et de sécurité. Si le parti au pouvoir UNIR accuse les responsables du PNP, pour n’avoir pas accepté s’accorder avec l’autorité sur l’itinéraire des marches, le parti par la voix de son chef de groupe parlementaire, Christophe Tchao, ne reste pas pour autant indifférent quand aux morts d’hommes.""On déplore ce qui s’est passé, a fait savoir M. Tchao chez nos confrères de Victoire Fm.

Toutefois, l’ancien ministre aujourd’hui député de la majorité présidentielle a indiqué ne pas croire que ce soit des supérieurs qui ont donné ou qui donnent les instructions de tirer sur des manifestants. Et en.opposition à ceux qui parlent de l’utilisation d’armes de guerre pour reprimer des maniffestants aux mains nues, il se refuse de comparer les armes utilisées à ceux qu’on a vu sur des théâtresss de guerre comme en Irak, en Syrie et autres.

On sait que le PNP avait convié ses militants à manifester pour réclamer le retour à la Constitution de 1992. Sur le sujet, le parti au pouvoir reste dans son schéma, les réformes constitutionnellles et institutionnelles. Il n’y a donc pas de mépris de la part du Chef de l’Etat ou encore du Premier ministre qui ne se sont pas exprimés sur les derniers évènements, dans la mesure où ""les choses sont en marche"". Il a donné pour exemple des actions de la Commission de réflexion sur les réformes que dirige Awa Nana, qui est une manière pour legouvernement de reprendre la main, faute de consensus à l’Assemblée nationaale, pour opérer ces réformes. ""L’essentiel, peu importe la la démarche, qu’on puisse nous proposer quelque chose"" qui puisse recueillir l’adhésion de tous.

UNIR a-t-il peur de quitter le pouvoir ?
Tchao affiche une certaine sérénité. ""Si nous avons un candidat qui est battu dans les urnes, il n’y a aucun problème. Le jour où nous aurons un candidat battu dans les urnes, le vainqueur, on le félicitera et on l’accompagnera dans sa mission"", a assuré le responsable du groupe parlementaire UNIR. Avant de poursuivre, ""ce pays nous l’aimons et nous voulons que ce pays avance"".

Le report de la marche de UNIR le 19 Août dernier relèverait d’une option pour un plan B de la part du bureau politique du parti, a-t-il indiqué, avant d’annoncer que le parti pose ses fondations lentement et sûrement.

T228



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is a Joomla Security extension!