FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


Je suis d'accord avec Michel , personne n'a parlé de chasse aux sorcières.
Bien sûr que nous combattons un système qui est comme du chiendent: tant qu'on ne l'a pas déraciné proprement, il se régénère et surtout se multiplie surtout si pas malheur un coupe-coupe ou un motoculteur en fait de multiples boutures en pensant l'avoir coupé.
Un système est la somme des être humains qui le composent et des actes que ceux-ci posent. Membres actifs ou alliés objectifs, ceux-ci, chacun est ou a le libre arbitre qui fait de nous des êtres humains.
Pour revenir sur le cas précis de Awa Nana, en 1998 elle pouvait encore dire qu'elle n'a pas eu les moyens remplir ses missions. Mais forte de cette expérience et connaissant le système, rien ne l'obligeait à faire fe qu'elle a fait à la Cour de Justice de la CEDEAO, et encore moins de rempiler à son retour en acceptant cette mission de médiatrice de la République puis de direction du HCRRUN.
Bien d'autres femmes ou hommes de droit autour de nous ont pris des décisions courageuses qui ont changé le cours de l'histoire de leur pays. C'est tout ce que Michel veut nous rappeller et je l'en remercie.

A l'adresse de Sena, je voudrais dire que la constance dans une vie militante et en politique est une qualité extraordinaire et tellement rare sous nos cieux.
Mais il ne faut pas oublier de tenir compte du contexte politique du moment.
Une transition au Togo ? Tout à fait d'accord (cf parabole de chiendent supra). Mais une constituante à la Nicolas Maduro (Venezuela) prenons garde.
Certes, comparaison n'est pas raison, je ne peux m'empêcher de constater que là aussi, une femme, juriste, qui plus est du système a eu le courage de tenir tête au nouveau système et a accepté de jeter l'éponge lorsque le système l'a balayée.
En union de prière, de réflexion et d'action avec vous tous, pour notre pays.

Brigitte Ameganvi.


Bonjour Michel
Votre texte pose bien la nature des enjeux. du moment.
Que faire d'Awa Nana...après le samedi rouge?
A vrai dire pas grand chose dans le contexte actuel.
Lui donner l'occasion de se racheter serait une injure aux milliers de morts, combattants pour la justice, pour la dignité, pour la liberté, pour la vérité des urnes, dont est responsable le régime auquel elle appartient et qui se perpétue désormais de génération en génération depuis plus de quarante ans.
Au tribunal de l'histoire le verdict qui frappera tous les tenants de ce pouvoir et de leurs thuriféraires, est scellé par avance, au regard des règles de l'Humanité et de la démocratie.
Aucune grâce - fut-elle divine - ne pourra jamais effacer tant de souillures.
Tout au plus le pardon qui est la marque des gens civilisés et des démocrates.
Mais hélas en ces jours de deuil et de tristesse pour les victimes de Sokodé et d'ailleurs, rien ne permet de déceler que la clique au pouvoir soit animée d'une quelconque intention de venir à résipiscence.
Amitiés et salutations démocrates.

François Fabregat Directeur de la Communication CVU - TOGO - Diaspora


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is a Joomla Security extension!