Comme pour donner du crédit aux folles rumeurs qui courent sur une imminence nomination à la primature, le patron d’OBUTS aurait été aperçu parmi les invités de prestige à la cérémonie de commémoration du 10è anniversaire de la mort du Timonier national à Kara. De fait, depuis un temps, l’ancien Premier ministre affiche une visibilité trop écrasante aux manifestations du parti au pouvoir. Il passe son temps à gambader dans la cour du roi. Combien de fois ne l’a-t-on pas surpris en conciliabule avec les caciques du pouvoir ou trainant sa bosse de manifestation en manifestation ? Pour cet ancien Premier ministre d’Eyadema, cette cérémonie ne constitue pas moins une occasion pour manifester son zèle, histoire de se rappeler à la mémoire de qui on sait. Il s’est déplacé à Pya pour les beaux yeux de Faure Gnassingbé, et surtout pour lui serrer la main.


L’occasion faisant le larron, il en a profité pour lancer des appels de pied au clan dans l’espoir d’une suite favorable. Pour rentrer dans les bonnes grâces du fils du père, l’opposant recto-verso s’est laissé aller à quelques appréciations sur l’ancien dictateur du Togo en tentant de ripoliner son image. « Eyadema est un homme courageux et visionnaire », a-t-il dit. Les 38 années de Gnass père passées à la tête du Togo, estime-t-il, n’ont pas été médiocres. Au contraire, Eyadema aurait d’après lui fait d’éminentes réalisations au Togo et dans la sous-région.

 

Des propos qui contrastent avec le brûlot « il est temps d’espérer » qu’il avait publié en juin 2002 et dans lequel il s’en est vertement pris à son ancien mentor et sa gestion calamiteuse, ce qui lui a valu l’exil. A titre d’exemple, voici ce que Agbey avait écrit sur le racket scandaleux que faisait Gnass père des sociétés d’Etat : « Pour célébrer le début du troisième millénaire, 2 milliards de FCFA ont été dépensés par la Direction de l’OTP pour acheter des boissons; 250 millions de FCFA soustraits de la caisse pour acheter au Chef de l’Etat un buste à son image et 40 millions pour lui offrir une canne sans compter le bradage du patrimoine de l’OTP à Paris sous le couvert de prête-noms alors que l’entreprise connaît d’intenses difficultés financières et que notre pays rechigne pendant ce temps à acheter un appareil de dialyse pour le CHU de Tokoin pour la somme modique de 12 millions de FCFA. Au Port Autonome de Lomé, les malversations sont aussi monnaie courante. Le Directeur général prélève par semaine au profit de Lomé II 25 millions de FCFA soit 100 millions par mois ou 1,2 milliard par an. Les marchés publics sont truqués au profit de parents et amis… »

 

Aujourd’hui que le même Agbéyomé Kodjo tente de vendre cher le cadavre d’Eyadema aux Togolais en disant de lui qu’il était un homme soucieux et attaché à l’avenir de son peuple, n’étonne guère. Agbey n’a jamais été conséquent avec lui-même.

 Liberté  Togo


Togosite.com ----- Contactez-Nous