La crise profonde qui secoue le secteur de l’enseignement a atteint des proportions plus qu’inquiétantes. Les pauvres élèves sont devenus les victimes d’un incompréhensible bras de fer entre le gouvernement et les syndicats. La descente permanente des élèves dans les rues sur l’ensemble du territoire et les actes de violences qui s’en suivent échappent à tout contrôle.

Face au désordre qui s’installe dans la durée, avec des menaces réelles sur la validité de l’année, l’ensemble des acteurs notamment les élèves, les enseignants et les parents ont tourné leurs regards vers le gouvernement dont la responsabilité est de trouver des solutions.

C’est dans ce sens le mercredi soir, la plupart des Togolais se sont tournés vers le JT de 20h sur la TVT, dans l’espoir d’entendre des mesures fortes visant à mettre fin à la crise, surtout que quelques jours avant, le relevé des conclusions des discussions entamées avec les syndicats a été formellement transmis au Premier ministre à la Primature. Quelle ne fût leur déception de constater que Faure Gnassingbé et son gouvernement n’ont pas trouvé utile d’inscrire à l’ordre du jour la préoccupante question de la crise dans l’éducation qui voit les élèves dans les rues que dans les classes !

Ce sujet de l’heure sur lequel on entendait le gouvernement a été occulté au profit des sujets comme la métrologie, les ordres nationaux etc. La question de l’éducation n’a même pas trouvé une petite place dans le divers. Comment peut-on passer le sujet de l’éducation sous silence lorsqu’on voit le désordre qui s’empare de tout le pays et le désarroi des parents?

Les Togolais se posent alors des questions sur cette curieuse attitude du gouvernement de Faure Gnassingbé. Est-ce un mépris, une indifférence ou carrément un autisme du système en place qui régente le pays depuis un demi-siècle et qui se retrouve totalement anachronique, ankylosé? Quoiqu’il en soit, il est clair dans l’esprit de tout le monde que le gouvernement joue à la pourriture, avec l’objectif à la fin d’opposer les populations aux enseignants.

Mais à ce jeu dangereux, le pouvoir risque de se faire prendre dans son propre piège pour la simple raison que les Togolais du Sud au Nord, savent mieux que quiconque que la clé du déblocage de la situation se trouve dans les mains du pouvoir et non des enseignants.

Source : Mensah K., L’Alternative


Togosite.com ----- Contactez-Nous
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd