Gilchrist Olympio, président de l’Union des Forces de Changement (Ufc) a reçu mercredi plusieurs organes de la presse nationale et internationale à son domicile de Lomé. Pour cette première sortie médiatique de l’année, l’opposant historique a fait le tour d’horizon de l’actualité sociopolitique et présenté l’analyse de son parti sur les grands sujets de l’heure dans le pays.

Les heurts du 28 février consécutifs à la hausse des prix des produits pétroliers sont des « événements malheureux qui auraient pu être évités avec plus de communication », a laissé entendre le président de l’UFC. « Il est de la responsabilité des gouvernants de savoir faire preuve de pédagogie dans les temps difficiles pour les populations », a regretté l’homme qui a laissé entendre que sa formation politique avait entrepris des « démarches au haut niveau » pour favoriser un dialogue. « Les temps actuels ne sont plus aux polémiques stériles et aux querelles de clochers », a-t-il martelé. Le parti a déploré le fait que les forces de l’ordre aient fait usage de balles dans la gestion de ces manifestations  occasionnant un mort et des blessés. L’UFC n’a pas manqué de présenter ses condoléances à la famille éplorée et souhaiter prompt rétablissement à tous les blessés. «Nous appelons les uns et les autres au calme et à la retenue afin que des tractations et les négociations avec les autorités aboutissent à trouver une solution juste et équitable », a-t-il souhaité.

Les questions relatives aux réformes politiques, institutionnelles et institutionnelles ont également intéressé Gilchrist Olympio. Pour lui, « Les réformes constitutionnelles et institutionnelles doivent transcender les « clivages et intérêts personnels et partisans pour une vision plus globale pour le Togo ». Contrairement à certaines formations politiques de l’opposition, l’UFC estime que l’’Accord politique global (APG) ne doit pas être un accord figé dans le temps. Il doit être situé comme tout accord, dans un « contexte bien déterminé », a indiqué son président qui est favorable à un appel au peuple pour départager les acteurs politiques sur la question des réformes envisagées.

L’homme a regretté la fermeture des organes  du groupe de presse Sud Média appelant les autorités à plus d’ouverture et de flexibilité.

A.Y.
Afreepress


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Our website is protected by DMC Firewall!