Dans notre précédente édition, CP N° 907 du 06 au 10 Février courant, nous avons publié, avec titre à la une, un article intitulé : Décryptage : Dans le vif du sujet – La CEET, parlons-en, à charge et à décharge.

Il est notoire que la CEET intéresse tous les Togolais parce que l’énergie électrique est la source du développement dans tous les pays puisqu’elle en est la clé de voûte.

Actuellement, un débat de clarification est ouvert et deux cas d’école s’opposent. D’un côté ceux qui pensent que la nouvelle direction de cette société se livre à un règlement de compte et de l’autre, ceux qui ont à cœur d’élucider la situation pour éclairer l’opinion.

D’ores et déjà, une chose est incontestable. La nouvelle direction de la CEET a réussi un redressement financier auquel personne ne s’attendait. Tous les éléments d’appréciation l’attestent et il serait fastidieux de revenir sur ce volet satisfaisant.

Il reste le fameux dossier des licenciements qui suscite des polémiques. La controverse dans cette affaire vient du fait que l’équipe sortante dirigé par Gnande DJETELI a posé des actes sujets à caution et pour se prémunir contre l’effet boomerang, une note d’information en date du 22 juillet 2016 portant sur les ressources humaines, a été publiée (voir fac similé N°1 ci-dessous).

Il va sans dire que cette note d’information révèle au grand jour des actes de favoritisme, de népotisme et d’ethnicisme, toutes choses susceptibles de miner le développement performant futur d’une société aussi stratégique et sensible qui a connu, ces derniers temps, trop de soubresauts.

Dans le même registre, la direction générale a rendu publique une autre note d’information en date du 06 octobre 2016 portant appel à candidature (lire fac similé N°2).

Il s’agit de prendre les dispositions idoines pour prévenir la persistance de la situation délétère laissée par la Direction sortante et ce, pour sortir la société de l’enlisement et d’un plongeon suicidaire synonyme de catastrophe.

On s’étonne aujourd’hui que certaines informations font état d’un règlement de compte et de la chasse aux sorcières. Il n’en est pourtant rien.

La CEET est une société qui a trainé trop longtemps beaucoup de casseroles. Il était nécessaire de mettre un terme à la chienlit. Et ce n’était pas évident au demeurant. Il a fallu prendre le taureau par les cornes et c’est ce qui est fait.

Les accusations portées contre M. DAOU, le PCA et M. KAKATSI le DG, ne reposent sur aucune analyse sérieuse. Au contraire, à moins que le nouveau Directeur Général ne se laisse tirer vers le bas et ce, contre les recommandations pertinentes du Conseil d’Administration, le choix est clair et justifié. En réalité, il s’agit d’un réajustement nécessaire. Nous ne voulons pas rentrer dans les détails puisqu’on dit souvent que le diable se trouve dans les détails.

La situation laissée par M. DJETELI et son équipe risque, à terme, si rien n’est fait, de plomber durablement la CEET. Mais soucieux d’éviter une levée de boucliers, la nouvelle direction a choisi de laisser la chance à tous ceux dont le cas laisse à désirer et attendre jusqu’au terme des contrats à durée déterminée pour opérer des choix nouveaux à partir des tests organisés par un cabinet externe approprié retenu après appel à candidature.

Dans notre dernière édition, nous avons publié tous les détails pour éclairer l’opinion. Il ressort donc de tous ces éléments d’appréciations que rien n’a été fait en catimini et que personne n’a été spécifiquement visé pour son appartenance ethnique ou ses accointances passées.

On parle d’un chiffre de 1000 licenciés. C’est du n’importe quoi parce que ce chiffre ne correspond à aucune réalité. Il n’est même pas indiqué de revenir sur cet aspect qui est le fruit de l’imagination fertile de celui qui l’a annoncé.

Il faut cependant noter pour mémoire que l’équipe sortante a recruté 300 agents en trois jours en signant des décisions les 28, 29, 30 dans un seul et même mois sans aucun test. Comment, dans ces conditions, peut-on concevoir que la performance sera au rendez-vous ?

Nous n’avons pas vocation à noircir l’image de ceux qui ont échoué dans la gestion de cette société en en faisant leur vache à lait au détriment des clients. Nous ne tuons pas les cadavres.

Aujourd’hui, comme pour corroborer nos affirmations, la CEET a reçu les félicitations du Premier Ministre pour avoir remporté le Prix d’Engagement dans la Qualité. Nous publions en fac similé la lettre de M. le Premier Ministre. Ce prix d’engagement qualité a été remis le vendredi 10 Février 2017 à M. Le Directeur Général de la CEET dans le cadre d’une cérémonie organisée à l’Hôtel Radisson Blu 2 Février au cours de laquelle quatre autres lauréats ont également reçu leur trophée. Il s’agit de la Compagnie Electrique du Bénin (CEB), la Brasserie du Benin BB de Lomé, le Cabinet d’Audit et d’Expertise Comptable (AEC) et l’Institut FORMATEC.

Ainsi donc, la cérémonie de remise officielle des trophées aux lauréats a eu lieu le vendredi 10 février courant à Lomé en présence des membres du Gouvernement, des membres des missions diplomatiques et organisations internationales, des Députés, des partenaires, des opérateurs économiques et des Directeurs des entreprises de la place.

Ce concours national organisé en 2016 sur la base d’un référentiel harmonisé de l’UEMOA est axé sur l’évaluation de la performance des entreprises selon les normes ISO 9001 et 9004.

L’objectif, selon les organisateurs de cette 4e édition, est non seulement d’amener le maximum d’entreprises de la sous-région à s’engager dans la démarche qualité et de les guider vers les certifications, mais aussi à assurer un meilleur positionnement des produits et services des pays de l’UEMOA sur le marché international par leur mise en conformité aux normes et aux réglementations techniques internationales.

Le Prix Qualité vise plus spécifiquement à inciter les organismes publics et privés à s’engager dans la démarche qualité pour une satisfaction croissante de leurs clients.

Aujourd’hui, la CEET qui a reçu le Prix de l’Engagement dans la qualité apporte la preuve de sa détermination à évoluer vers la performance. Nous autres clients ne pouvons que nous en féliciter.

Le Prix togolais de la QUALITE ne se donne pas par hasard. Pour concourir, il faut suivre un processus rigoureux démarche qualité qui s’étend sur toute l’année concernée.

La CEET a reçu ce prix d’Engagement dans la Qualité parce que la nouvelle direction a fait preuve de rigueur et a montré sa détermination à mener la société vers la performance. Il s’agit, en définitive, d’un défi à relever. Ce prix est un encouragement à persévérer dans la voie de l’excellence. Les clients ont donc des raisons d’espérer.

Au jour d’aujourd’hui, toute la cabale déclenchée par les détracteurs de la nouvelle Direction Générale et le Conseil d’Administration est battue en brèche par la réalité des faits. On ne récompense pas ceux qui ne le méritent pas. La CEET a prouvé qu’elle s’investit pour sortir des sentiers battus.

Nous ne pouvons qu’encourager les responsables pour avoir pris ce tournant et les inciter à aller de l’avant pour le plus grand bien des clients et pour booster le développement de notre pays grâce à l’énergie à bon prix et disponible à tout moment.



Rodrigue
LE COMBAT DU PEUPE

Togosite.com ----- Contactez-Nous
Our website is protected by DMC Firewall!