Togo: Entités togolaises identifiées comme « alignée sur Faure Gnassingbé »et/ou considérée comme un agent satellite d’UNIR



LES FAUX OPPOSANTS AU TOGO
A LIRE
FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


Du 25 avril au 09 mai 2018, Nouakchott, Mauritanie

Situation des droits de l’Homme au Togo

Intervention de la FIDH

Madame la Présidente,

Mesdames et messieurs les Commissaires,

 

La 62ème Session de la CADHP se tient dans le contexte des réformes des Institutions de l’Union Africaine (UA) et nous permet de souligner le rôle et l’importance de la Commission Africaine parmi ces organes. Elle présente aujourd’hui l’un des mécanismes les plus aboutis et a su au fil des temps, faire valoir sa vision d’un continent toujours plus porteur de droits, en adoptant des positions progressistes sur des sujets d’intérêt majeur. Malgré de nombreux défis et enjeux, elle reste aux yeux des acteurs de la Société civile, l’une des garanties du rapprochement recherché entre l’Union Africaine et les populations du continent. Pour le demeurer, il est indispensable que ses décisions et recommandations prises en toute indépendance soient respectées et mises en œuvre par les Etats partis à la Charte.

La FIDH est particulièrement préoccupée par la situation au Togo. Cette situation en effet ; est marquée par une profonde crise sociopolitique avec en toile de fonds,  le problème de l’alternance et de la gouvernance démocratique avec son corollaire de violations des droits civils et politiques, mais aussi une ébullition du front social notamment dans le domaine de la santé et de l’éducation.

Le Togo, pays qui n’a jamais connu d’alternance démocratique, reste le seul pays de la sous-région qui se refuse de faire le pas pour marquer sa volonté d’adhérer aux principes énoncés dans la déclaration de vision 2020 de la CEDEAO, notamment celui relatif à la gouvernance démocratique ;

Qu’il vous souvienne que lors du 47ème Sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO à Accra au Ghana en 2015 sur la sécurité et la bonne gouvernance,  seuls les dirigeants du Togo et ceux de la Gambie avaient refusé d’approuver le texte portant protocole sur la bonne gouvernance et la démocratie, et qui exige que tous les Etats membres harmonisent leur législation afin de prévoir un maximum de deux mandats présidentiels ;

Mais à ce jour et après l’alternance survenue en Gambie, avec l’impulsion de la communauté CEDEAO et de l’Union Africaine, seul le Togo se met en marge de la vision 2020 et la crise que ce pays traverse actuellement  en est la conséquence directe.

Malheureusement, les revendications des populations dans ce sens sont, le plus souvent, sévèrement réprimés par le pouvoir en place qui utile la police, la gendarmerie et surtout l’armée pour massacrer des citoyens par des coups de matraques, des tirs à bout portant de grenades lacrymogènes, de balles en caoutchouc et même quelques fois de balles réelles.

La liberté de manifestation est en proie à de sérieuses violations au Togo et des manifestations de protestations projetées sont désorientées par l’autorité administrative ou à défaut, systématiquement interdites et les organisateurs interpellés et poursuivis pénalement.

De plus, la plupart des personnes interpellées ne sont pas épargnés des traitements cruels, inhumains ou dégradants : La torture demeure malheureusement d’actuallité au Togo.

Le gouvernement togolais se sert même de la justice pour couvrir de multiples cas d’arrestations et de détentions  arbitraires.

Les prisons togolaises renferment une centaine de détenus politiques dont trois (3) activistes de la Société civile, défenseurs des droits de l’homme.

Par ailleurs depuis août 2017 le pouvoir a mis sur pied une bande de miliciens , munis d’armes blanches et parfois d’armes à feu et qui sont déversés dans les quartiers de Lomé et de certaines autres villes de l’intérieur du pays et dont la plupart opèrent à visages cagoulés, s’attaquent aux militants de l’oppositions et à toute personnes manifestant contre le régime, exerçant sur ceux-ci, des actes de vandalisme de tous genres. On note depuis le 19 août 2017, des centaines de blessés occasionnés par ces miliciens ainsi que les forces de sécurité et de défense.

Le dialogue amorcé depuis plus de deux (2) mois déjà, sous la facilitation du Chef de l’Etat Ghanéen, semble constituer pour le pouvoir, une occasion pour gagner du temps en vue d’organiser en solo, des élections frauduleuses.

CONCLUSIONS : La FIDH exhorte l’Union Africaine à œuvrer aux côtés du Peuple Togolais, envie de l’alternance et du respect des principes démocratiques. Elle compte particulièrement sur l’expertise de la CADHP pour organiser notamment au Togo ;

1-            Une Visite Etat en vue de rencontrer les protagonistes de la crise sociopolitique et donner un souffle au dialogue en cours ;

2-            Mener une enquête impartiale sur les multiples cas de violations des droits humains soulevées et décriés ;

3-            Lancer un appel pressant au gouvernement togolais en vue de la libération de tous les prisonniers politiques et des défenseurs des droits humains encore en détention.

Merci pour votre attention !



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd