Togo: Entités togolaises identifiées comme « alignée sur Faure Gnassingbé »et/ou considérée comme un agent satellite d’UNIR



LES FAUX OPPOSANTS AU TOGO
A LIRE
FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise
Manifestations des 25, 26 et 28 avril 2018 au Togo


Déclaration.

L’ANC condamne l’attentat ourdi par le régime RPT/ UNIR contre le Chef de file de l’opposition

 

Lors de la manifestation pacifique du mercredi 11 avril 2018, organisée par le regroupement des 14 partis politiques de l’opposition, manifestation une fois encore sauvagement réprimée par les forces de défense et de sécurité, le chef de file de l’opposition (CFO), M. Jean-Pierre FABRE, a été l’objet d’un lâche attentat perpétré par le régime RPT/UNIR. Le CFO est sorti indemne de cet attentat mais d’importants dégâts matériels sont à déplorer tant sur son véhicule que sur les véhicules des autres leaders des 14 partis, qui composaient le cortège.

L’ANC dénonce et condamne avec vigueur cet acte odieux et barbare et met en garde le gouvernement contre tout ce qui pourrait arriver aux leaders des 14 partis politiques de l’opposition, notamment le Chef de file de l’opposition.

L’ANC demande au gouvernement de diligenter très rapidement une enquête indépendante pour retrouver les auteurs et les commanditaires de cet attentat, afin qu’ils soient traduits devant les tribunaux et soumis aux rigueurs de la loi. Elle se réserve le droit de porter plainte devant les juridictions compétentes sur les faits ci-après.

Très tôt le matin de ce mercredi 11 avril 2018, le gouvernement déploie un impressionnant dispositif d’intervention comprenant des centaines de soldats puissamment armés et stationnés sur chacun des 3 sites de départ des manifestations ou circulant à bord de véhicules militaires, notamment, des blindés et des automitrailleuses qui quadrillent la ville de Lomé et ses environs. Un dispositif similaire est observé dans les autres villes et localités du pays.

Les forces d’intervention pré-positionnées dispersent tout rassemblement à coups de grenades lacrymogènes et de tirs à balles en caoutchouc, et tabassent systématiquement les militants et même les passants, occasionnant de nombreux blessés. Des chassés-croisés et des courses-poursuites s’ensuivent avec des arrestations. Cette violence injustifiée sur de paisibles populations entraine l’érection de barricades et des jets de pierres.

L’ANC exprime sa solidarité et sa compassion à toutes les personnes blessées ou dont les véhicules ont été endommagés. Elle exige la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées.

A la mi-journée, les leaders de la coalition des 14 partis de l’opposition décident d’évaluer la situation qui prévaut en faisant le tour des points de départ des manifestations, à savoir, l’Hôtel Sancta Maria, Totsi et la mission catholique d’Adidogomé.

Sur les 3 sites, le cortège des leaders des 14 est repoussé sans ménagement par des soldats qui, en violation des dispositions du règlement intérieur du dialogue, relatives à la sécurité des membres du dialogue, prennent en chasse les véhicules des leaders, dans un concert de tirs nourris de grenades lacrymogènes et de balles en caoutchouc, ciblant essentiellement la voiture du Chef de file de l’opposition, dont la lunette arrière vole en éclats sous les impacts des projectiles tirés d’un véhicule USIG, immatriculé 0151-A. Les véhicules des autres leaders de la coalition ainsi que ceux d’autres usagers de la route sont également atteints par ces tirs intempestifs.

Au départ du site de la mission catholique d’Adidogomé, c’est une véritable embuscade qui est tendue par les forces de défense et de sécurité avec une volonté manifeste d’éliminer physiquement le Chef de file de l’opposition, M. Jean-Pierre FABRE.

En effet, peu avant les nouveaux feux tricolores de la route de Kpalimé, deux véhicules militaires de type Jeep foncent en trombe sur le cortège et s’immobilisent en travers de la chaussée pour barrer la route à la voiture du CFO tandis que deux autres véhicules militaires prennent le cortège en étau par l’arrière. Les soldats descendent en cascade et prennent d’assaut la voiture du CFO. Tout le trafic est bloqué dans un embouteillage hermétique.

L’un des soldats tente de forcer l’ouverture de la portière du siège passager occupé par le CFO. Il agrippe le poignet qui cède sous la puissance de la prise. Il met alors le CFO en joue, visiblement prêt à faire feu. Pendant ce temps, un autre soldat fracasse la fenêtre arrière du même côté non chauffeur et s’apprête à agresser les occupants.

Dans la panique générale, un taxi qui tentait désespérément de se frayer un chemin pour se sortir de ce guêpier, bouscule au passage le soldat qui tenait le CFO en joue. Le chauffeur de ce dernier en profite pour se faufiler également à travers les brèches. Dans une série de manœuvres désespérées entre le trottoir exigu et les tranchées béantes creusées sur le bas côté de la voie, il réussit avec une dextérité magistrale, à soustraire de cette embuche machiavélique, le Chef de file de l’opposition tout serein, qui échappe ainsi à ses agresseurs et à leurs desseins criminels.

L’ANC s’étonne et s’indigne qu’après cet attentat odieux, le gouvernement togolais, dans un communiqué lu dans la soirée de ce mercredi 11 avril 2018, au journal télévisé de 20h00, par le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, félicite les forces de défense et de sécurité pour leur professionnalisme !

Il apparait donc clairement, une fois encore, après les attentats du 28 décembre 2017, visant l’élimination physique des dirigeants des partis politiques, notamment le CFO et le Conseiller chargé de la Communication de l’ANC, que les forces de défense et de sécurité déployées par le gouvernement, non contentes de réprimer une manifestation légale, se sont livrées à une implacable chasse à l’homme dans le dessein manifeste, délibéré et prémédité d’assassiner M. Jean-Pierre FABRE, Président national de l’ANC et Chef de file de l’opposition.

En exprimant sa gratitude à toutes les bonnes volontés qui ont bien voulu adresser des messages de compassion, de soutien, de solidarité et d’encouragement à son Président, à l’occasion de cet attentat abject, l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) voudrait, une fois encore, reconnaitre et saluer avec fierté le courage et la détermination des populations togolaises aguerries et averties. Elle les invite à rester vigilantes et à ne pas céder aux manœuvres du RPT/UNIR, visant à décourager la mobilisation populaire, à travers des actes d’intimidation et de menace que constituent la chasse à l’homme, les tirs à balles réelles sur les véhicules des dirigeants politiques et les brutalités perpétrées par les forces de défense et de sécurité dans les rues et dans les domiciles privées, sur de paisibles citoyens aux mains nues, sans armes et sans défense.

 

La lutte populaire est invincible !

 

La victoire de la démocratie est inéluctable !

 

Fait à Lomé, le 13 avril 2018

 

Pour le Bureau National

Le Vice-Président

 

Signé

 

Patrick LAWSON-BANKU



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd