Les Togolais veulent la démission du Ministre Yark Damehane

Il est incapable de maintenir la paix et la sécurité au Togo

SELON YARK DAMEHANE , LE MENTEUR, LE TUEUR, L'INCAPABLE
"Des armes venues d'ailleurs découvertes aux mains des manifestants"

En radio comme en télé, la partie technique est indispensable. Même s’il y une nuance entre les techniciens de radiodiffusion et ceux de la télé, ils font pratiquement la même chose. Ils se révèlent comme les métronomes du média mais c’est une qualité que peinent à leur reconnaitre bon nombre de gens. Selon le président de l’Association des Techniciens radiodiffusion du Togo (ATRT), il est temps de considérer les techniciens comme c’est le cas pour les journalistes présentateurs, animateurs ou reporters.

Jean-Jacques Snoby, Bonjour

Bonjour

ATRT, c’est quoi ?

C’est l’association des techniciens radiodiffusion du Togo. Son objectif c’est d’amener les techniciens à s’épanouir de leur fonction dans l’ordre de se professionnaliser. Quand on est technicien professionnel on a un épanouissement total et épanoui de sa profession. Elle est créée le 26 août 2015 et couvre actuellement toute l’étendue du territoire national avec un effectif de 60 membres.

Dans un média, quelle est la place du technicien dans la radio diffusion ?

Il est le métronome d’une radio, je pèse bien mes mots ; parce que sans ses apports, la qualité sonore ne serait pas ; les éléments à émettre ne seront pas ce que les auditeurs veulent. Il est l’homme qui doit tout connaitre, un maintenancier, un musicien fin, il faut quelqu’un qui maitrise la haute fréquence.

Technicien radio par-ci, régisseur ou réalisateur par-là en télé, y-a-t-il une différence ?

Si nous prenons la radio, le technicien fait tout, il est la régie, à la réalisation, à la programmation, il est à l’écoute de tout. Mais au niveau de la télévision, il y a une différence. La régie est à part pour les transmissions, et la réalisation aussi est part pour réaliser les émissions. Don il y a deux entités au niveau de la télé alors que ces deux entités se retrouvent chez une seule personne au niveau de la radio. Bref, le technicien, ’est l’homme qui connait tout, qui maitrise tout et corrige les voix pour les animateurs, c’est le métronome de la radio.

Quelles les difficultés auxquelles vous êtes confrontés ?

Tout d’abord, nous sommes mal vus au niveau des radios, autrement dit c’est quelqu’un qu’on appelle « pousseur de curseur » ; un jargon que moi personnellement je n’aime pas. Mais si vous continuez par résumer le technicien en un pousseur de curseur, il va juste pousser le curseur pour vous et vous aurez la saturation du son à l’antenne. Nous ne sommes pas vus comme des journalistes. Or, dans un média, c’est l’affaire des journalistes et il y en a différentes catégories : journalistes reporters, animateurs ou présentateurs, et journalistes-techniciens.

Si nous prenons les organes de régulation des médias, beaucoup de formations se font mais les techniciens sont rarement inclus. Donc, il faut que nos employeurs ou nos autorités nous octroient des stages ou des bourses de formation pour que nous nous formions pour être de plus en plus professionnels.

Il y a beaucoup de difficultés, dont les difficultés financières. La paye des techniciens, ce n’est pas. Des fois je me dis qu’ils sont payés au rang de l’agent de sécurité au niveau des radios. Quand le technicien pose ses doléances et qu’un journaliste présentateur aussi pose les siennes, on résous vite les doléances du journaliste parce qu’on craint sa bouche. Mais nous les techniciens, on ne craint pas nos mains et la mentalité. Ceci étant, nous souhaitons un traitement équitable pour que tout puisse aller bien.

Interview réalisée par Jacques GAGNON
T228



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd