Togo: Entités togolaises identifiées comme « alignée sur Faure Gnassingbé »et/ou considérée comme un agent satellite d’UNIR



LES FAUX OPPOSANTS AU TOGO
A LIRE
FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise

 

La situation était difficilement vivable hier à Aného et à Messan Condji. Des affrontements entre forces de l’ordre et des jeunes gens ont occasionné un décès par balle et cinq blessés. Tout est parti d’une opération de saisie de carburants frelatés, dans le cadre d’une descente de l’opération entonnoir à Messan Condji.

 Mécontents de ce que leurs marchandises soient saisies, les jeunes n’ont pas hésité à s’opposer aux forces de l’ordre qui, selon des informations reçues dans les premières heures de cette opération, au téléphone près de certains habitants de Messan Condji et confirmées par la suite par un autre habitant de la ville d’Aného, ont fait usage de gaz lacrymogènes puis par la suite de balles réelles. Ceci face à des jeunes qui ont bloqué la circulation à certains endroits de Messan Condji et par la suite dans la ville d’Aného.


Dans un communiqué rendu public dans la soirée d’hier, et signé par le ministre de la sécurité le Colonel Yark Damehame, ce dernier, fait savoir qu’« au cours de cette opération, ils ont été violemment pris à partie par la population qui s’y opposait. Débordés, les éléments de l’opération entonnoir ont fait appel au renfort au premier régiment d’infanterie /premier RI basé à Zowla. Ceux-ci en arrivant sur les lieux, ont été également pris à partie par la population ». Toujours d’après ce communiqué de Yark Damehame, c’est « face à l’extrême violence dirigée contre leur personne » qu’un « élément a ouvert le feu dans des circonstances non encore élucidées. Cet incident grave et regrettable a occasionné un mort et trois blessés du côté des civils, ainsi que deux blessés graves du côté des forces de défense et de sécurité ».
Tout en invitant au calme et à la retenue, le ministre de la sécurité a annoncé l’ouverture d’une enquête pour « situer les responsabilités et faire appliquer la loi dans toute sa rigueur ».

Ces affrontements viennent allonger la liste de ces incidents qui ont souvent occasionnés des blessures et parfois des pertes en vie humaines, depuis le démarrage de cette opération dite Entonnoir il y a quelques années. Malgré cette opération, le commerce du carburant frelaté continue de s’exerce au Togo, parfois même avec la complicité de certains agents des forces de l’ordre, selon certains témoignages des trafiquants.
G.K, Lomé (Telegramme228)



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
Our website is protected by DMC Firewall!