Togo : Manifestations de l'opposition les 13, 14 et 16 décembre 2017



FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


« Dialogue politique en vue : Enjeux, risques encourus, agenda caché du pouvoir… », titre LIBERTE.

La parution quotidienne explique que bien que beaucoup « placent un grand espoir » dans les discussions en préparation, « Les indiscrétions évoquent un agenda caché de « l’homme simple » et des manœuvres pour gruger l’opposition et le peuple ».

L’enjeu, explique l’auteur de l’article, en plus de régler le problème politique enlisé depuis bien trois mois, « il s’agira de trouver une sortie honorable (ou plutôt moins déshonorante) pour Faure Gnassingbé et à la dictature cinquantenaire à la tête du Togo depuis 1967, tracer les sillons de l’alternance au pouvoir, faire prendre au Togo le train de la démocratie au sein de l’espace CEDEAO, le faire entrer dans le cercle des Nations normales… ».

Mais le journal avertit surtout la classe politique de l’opposition de ce qu’une source bien informée alerte que « le dialogue annoncé par Faure Gnassingbé, en complicité (sic) avec la France, Gilchrist Olympio et le président ghanéen, n’est qu’un bluff pour calmer le peuple togolais afin que le sommet UE-UA prévu fin novembre (à Abidjan en Côte d’Ivoire, NDLR) ne soit pas perturbé par la crise de Lomé. Faure ne quittera jamais le pouvoir par négociation, ni aujourd’hui, ni en 2020, encore moins en 2025. Le RPT est en train d’endormir nos leaders. Si par erreur nous le laissons, il ne cédera le pouvoir vers 2030 », rapporte le quotidien.

Sur le même sujet Le CORRECTEUR estime que le pouvoir ne veut pas du dialogue. Selon ce bihebdomadaire, le chef de l’Etat « continue de jouer au chrono. Il réfute toute idée de médiateur et est disposé à accueillir les missions de bons offices pour aider son pays à sortir de l’impasse. Pour Faure Gnassingbé, s’il y a dialogue, ce serait sans condition ».

Et de conclure que « visiblement, le dialogue annoncé est un enfumage pour donner l’impression qu’on est préoccupé par la crise en cours. Il appartient aux forces démocratiques de savoir démêler l’écheveau ».

A NOUVELLE OPINION, on ne voit pas les choses de la même manière. Cet hebdomadaire titre : « La communauté internationale appelle à un dialogue inclusif et sincère/Le pouvoir s’aligne, l’opposition cafouille ».

Dans cet hebdomadaire, le pouvoir n’a pas encore fixé la date du fameux dialogue. "De toutes façons, l’opposition choisit pour l’instant de rester dans la rue pour, dit-on, faire pression avant le dialogue, ce qui suppose que la tension reste entretenue. Et le commun des mortels est en droit de se demander si cette situation telle qu’elle se présente jusqu’à quand va-t-on continuer cette démonstration de force".

En conclusion, la parution espère que « les jours qui viennent pourront situer les Togolais sur ce que nous réserve la classe politique togolaise ».


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd