FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


« Mobilisation pour le départ de Faure Gnassingbé : Lomé et plusieurs villes grondent ; Sokodé, Bafilo, des cités interdites », titre L’Alternative.

« Ainsi pendant ces trois jours de manifestation, Aneho, Afagnan, Vogan, Kévé, Anié, Atakpamé, Kpalimé, Tchamba et bien d’autres localités ont bougé et connu de fortes mobilisations. Les manifestants au-delà des revendications traditionnelles posées par la coalition des 14 partis de l’opposition exigent purement et simplement le départ de Faure Gnassingbé », rapporte ce bihebdomadaire.

Et de souligner que « lorsque le régime ne relâche pas sa soldatesque aux trousses des paisibles populations, tout se passe calmement. Les manifestations des 7, 8 et 9 novembre sont la preuve que l’opposition a toujours organisé ces marches de façon pacifique ».

Sur le même sujet, Liberté titre : « Le nombre de localités où se tiennent les manifestations augmente. Dans ces villes, les Togolais ont envahi les rues pour exiger le retour à la Constitution de 1992 et le départ de Faure Gnassingbé. Des incidents ont été enregistrés. A Lomé, le convoi des artistes engagés a été attaqué à Agoè par des militaires. Les tirs de grenades lacrymogènes et de balles « agressives » ont fait deux blessés, un enfant et l’artiste Ras Sankara. Une marche est annoncée samedi dans la vie de Dapaong ».

« Crise togolaise aigue : Faure lâche du lest, les manifestation ne faiblissent pas », titre La Dépêche.

Le dialogue en vue

« Quel dialogue encore ? », s’interroge L’Alternative. Qui ajoute que « pour l’opposition, si dialogue il doit y avoir, c’est pour discuter des conditions de départ du prince du pouvoir ». L’auteur de cet article précise que « face à la colère de la rue, Faure Gnassingbé fait le dos rond et ne compte pas bouger. Comme quoi, « soit c’est lui, soit c’est le chaos » et de conclure qu’ « une chose est sûre, les aspirations d’un peuple ne se négocient pas ».

Liberté, de son côté écrit que « la coalition prend acte de l’annonce par le gouvernement de l’ouverture de discussions entre les acteurs pour une sortie de crise. Elle marque sa disponibilité sur la base des revendications légitimes du peuple. Elle exige la libération de tous les autres détenus politiques ».

Si La Dépêche se réjouit de ce qu’un nouveau dialogue est annoncé, cette parution privée fait quand même remarquer que « si le gouvernement adopte une position claire sur ces trois articles « 52, 60 et 158, il n’est pas de raison que l’opposition n’assouplisse ses positions ».

Toutefois, avertit le journal, « La balle est dans le camp de Faure, et de Faure seul ».


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd