Le mot d'ordre de l'opposition togolaise

"MANIFESTATION DE L'OPPOSITION AU TOGO CHAQUE JOUR JUSQU'AU DEPART DE FAURE GNASSINGBE DU POUVOIR"

Faure pour ne pas mettre le Togo en feu et en sang il faut liberer l'iman

50 ANS C'EST TROP !!! FAURE MUST GO !!!

TOGOLAIS, PRENONS NOTRE DESTIN EN MAIN POUR NOTRE LIBERATION DES GNASSINGBE QUE DIEU SOIT AVEC LE PEUPLE TOGOLAIS
LA LUTTE CONTINUE ET NOUS VAINCRONS



«Peuple togolais, Il ne faut pas céder à l'intimidation»


« Désignation unilatérale des membres de la CENI : Le pouvoir opte pour un passage en force vers le référendum », titre LIBERTE.

« Le régime poursuit les préparatifs pour l’organisation du référendum qui, quelle que soit l’issue, ne permettra pas de résoudre la crise actuelle. Hier, les députés UNIR ont procédé à l’élection des membres de la Commission électorale nationale indépendante (Céni). 12 des 17 membres ont été désignés alors que le peuple togolais exige le retour à la Constitution originelle du 14 octobre 1992 et la révision du cadre électoral », lit-on dans la parution quotidienne.

L’auteur de cet article ajoute que « cette désignation des membres de la Céni n’entame pas la détermination de l’opposition dont plusieurs responsables ont réaffirmé dans des interventions sur les radios leur volonté de faire bloc contre le référendum ».

L’EVEIL de la NATION, lui, titre sobrement : « Les députés ont élu les membres de la CENI ».

Sur le même sujet, Libération se demande : « Ainsi après la désignation des membres de la CENI, il est loisible de se poser la question si l’on va inévitablement vers le référendum quand on sait que les députés de la majorité avaient déjà voté le projet de référendum et la communauté internationale demande au gouvernement de fixer la date de ce référendum ? ».

Comment sortir la situation actuelle ? La question a inspiré certains articles. Notamment Le CANARD INDEPENDANT qui titre : « Quelle médiation pour une sortie de crise pacifique ? ».

Dans son analyse, cet hebdomadaire écrit qu’« entre un dialogue intertogolais et une médiation sous-régionale pour une sortie de crise, aucune de ces solutions n’a été encore retenue par les acteurs politiques, en premier le chef de l’Etat togolais ».

Et de conclure : « De toute évidence, le dialogue demeure la seule voie pour sortir le Togo de cette crise. Mais en attendant que le gouvernement togolais se décide à ouvrir les discussions, trouver une personne acceptée par tous les acteurs pour conduire la médiation reste un casse-tête pour la communauté internationale qui se révèle incontournable pour une sortie de crie pacifique au Togo ».

L’ALTERNATIVE, lui, met à la manchette : « Pourquoi Faure Gnassingbé et son beau-frère Marcel de Souza cherchent à impliquer Alpha Condé dans la crise togolaise… ».

L’auteur de ce papier montre que « le voyage en Guinée Conakry était encore plus intriguant, lorsqu’on sait que le locataire du palais de la Marina avait à bord de son avion un passager clandestin, en la personne de son beau-frère Marcel de Souza, président de la Commission de la CEDEAO, de moins en moins prolixe depuis un certain temps ».

Le bihebdomadaire rappelle que « La CEDEAO est devenue pratiquement un établissement « Gnassingbé et allié », sinon comment peut-on comprendre que le Président de la CEDEAO contesté dans son pays par les populations, embarque dans son avion le Président de la Commission de la même institution, qui se trouve être son beau-frère, pour aller discuter des menaces qui planent sur son régime avec le président de l’UA ? ».

De toute façon, ce journal met en garde l’opposition « d’éviter de tomber dans le jeu de Faure Gnassingbé et son allié Alpha Condé dont le seul but est d’affaiblir la contestation et reprendre en main la situation ».



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is a Joomla Security extension!