Le mot d'ordre de l'opposition togolaise

"MANIFESTATION DE L'OPPOSITION AU TOGO CHAQUE JOUR JUSQU'AU DEPART DE FAURE GNASSINGBE DU POUVOIR"

Faure pour ne pas mettre le Togo en feu et en sang il faut liberer l'iman

50 ANS C'EST TROP !!! FAURE MUST GO !!!

TOGOLAIS, PRENONS NOTRE DESTIN EN MAIN POUR NOTRE LIBERATION DES GNASSINGBE QUE DIEU SOIT AVEC LE PEUPLE TOGOLAIS
LA LUTTE CONTINUE ET NOUS VAINCRONS



«Peuple togolais, Il ne faut pas céder à l'intimidation»

A ce propos, Le CANARD INDEPENDANT titre : « Révision constitutionnelle : L’examen du projet de loi prévu pour aujourd’hui sur fond de polémique ».

« L’opposition parlementaire n’en démord pas. Elle est décidée à avoir sur sa table le projet de loi portant révision constitutionnelle que le gouvernement dit avoir introduit à l’Assemblée nationale », écrit-il.

Dans son analyse, l’auteur de l’article souligne que d’aucuns se demandent si le gouvernement serait en train de fignoler une autre stratégie de vue de démobiliser l’opposition. Selon les dernières informations de sources souvent bien informées, les députés auront sur leurs tables ce vendredi 15 septembre le projet de loi ». Avant de se demander s’il aura consensus d’autant plus, ajoute-t-il, « les positions restent inchangées du côté de l’opposition comme celui de la majorité ».

« Question de réformes politiques : Ni cynisme, ni égo politique… mais force au Réalisme ! », titre de son côté FRATERNITE.

Pour ce journal, « s’il y a aujourd’hui une certitude dont devront se réjouir les Togolais, c’est qu’au sortir de cette ultime étape dans le processus des réformes politiques, le Togo s’en sortira avec une Constitution dont le mandat présidentiel sera limité à deux, avec uns scrutin uninominal à deux tours. Ce qui résume, en substance, l’essentiel de la lutte de l’opposition togolaise ces dernières années. Mais cette lutte, à deux pas de son aboutissement, risque d’être sabordée par les considérations plus intéressées et passionnelles que loyales ».

Et ce journal de tancer les opposants : « Les députés de l’opposition devront donc savoir qu’on ne peut vouloir une chose ici et son contraire ailleurs. Les lois et principes de la démocratie s’imposent donc à tous, sans exception ! Oui à la limitation du mandat présidentiel. Oui également à celui des députés. Rien d’anormal ! C’est plutôt la démocratie togolaise qui avance ainsi à grands pas ».

Sur le sujet, le quotidien LIBERTE titre : « Révision constitutionnelle : du mépris pour le peuple !/ Le Gouvernement omet le point fondamental dans le projet de loi ».

Dans cet article, il est souligné : « Si on peut se réjouir que le pouvoir ait enfin accepté limiter le mandat présidentiel, et aussi opté pour le traditionnel quinquennat, contre les dessins obscurs de septennat nourris entre-temps par le Prince et qu’il voulait imposer, en plus d’une remise des compteurs à zéro en 2020, il y a quand même une nuance fondamentale de cet article (59, NDLR) dans la Constitution originelle du 14 octobre 1992 qui est absente, mieux, a été étêtée : « En aucun cas, nul ne peut faire plus de deux mandats ».

L’auteur de ce papier prévient que « la tension monte dangereusement, mais le chef reste muet, laissant pourrir la situation. Ce sont ses conseillers qu’il a envoyés se produire mercredi dernier. On est tenté au finish de se demander s’il y a vraiment un président au Togo… ».


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd