FAURE GNASSINGBE REFUSE D'ACCEPTER LE RETOUR DE LA CONSTITUTION DE 1992 ET NE VEUT PAS LAISSER LE POUVOIR - PEUPLE TOGOLAIS, IL FAUT PRENDRE VOTRE DESTIN EN MAIN - FAURE DOIT PARTIR

Grandes manifestations nationales des mercredi 20 et jeudi 21 Septembre 2017:
Ça suffit, rendez nous notre constitution.



Olusegun Obasanjo ; "FAURE QUITTE LE POUVOIR OU LE POUVOIR TE QUITTERA"



l'ancien president Nigerian Olusegun Obasanjo demande à Faure de quitter le pouvoir
Obasanjo à Faure : « Tu n’as rien de nouveau à offrir après 12 ans ou 15 ans au pouvoir. Suis Dos Santos ! »

Le peuple togolais n'a pas besoin de referendum pour réintégrer la constitution de 1992
RPT/UNIR EST LE SEUL QUI GAGNE LES ELECTIONS TRUQUEES AU TOGO


le Peuple peut chasser le régime de Faure n'importe quel moment....

FAURE DOIT PARTIR MAINTENANT - FAURE MUST GO NOW

50 ans de pouvoir ça suffit!


« Togo, Etats-Unis, Canada, Hollande, Belgique, France… L’inébranlable détermination des Togolais à arracher leur liberté », titre LIBERTE. Selon ce quotidien, « A l’intérieur du pays comme à l’étranger, les Togolais sont fatigués des Gnassingbé, fatigués de cette famille qui dirige le pays comme une épicerie depuis 50 ans. Ils expriment leur indignation dans les rues à travers le monde entier ».

Il rappelle qu’« Obassanjo demande à Faure Gnassingbé de quitter le pouvoir » et Togbé Afede du Ghana de renchérir : « La perpétuation du règne d’une même famille est rétrograde ». L’ancien président ghanéen de son côté appelle « au respect du droit de manifestation pacifique ».

Le CORRECTEUR met à la manchette : « Principal défi : Maintenir le Cap». Ce bihebdomadaire écrit « Dans la foulée, la coalition de l’opposition invite la population à un grand meeting vendredi 15 septembre pour des « informations importantes » et de souligner que « Bien évidemment le grand défi de l’heure est de maintenir le cap ». Il ajoute par ailleurs qu’« Au lieu de continuer à jouer le dilatoire et compter la répression sauvage des manifestations, il importe que le pouvoir de Faure Gnassingbé prenne conscience du risque que court le pays ».

COURRIER de la REPUBLIQUE partage la même analyse. « Semaine décisive au Togo : La bonne foi du pouvoir se joue au parlement/ Décrispation ou montée de la tension ? » est son titre. Dans son papier, L’auteur explique que « le Président de la République est sous pression… il n’a donc pas besoin du zèle d’aucun membre de son clan. Comme en octobre 1992 où feu général Eyadéma avait enjoint sa voix à celles des autres leaders pour demander un vote massif de la Constitution, le président Faure devrait instruire les siens dans ce sens pour éviter tout acte qui mettrait la bonne foi de UNIR à l’épreuve ».

L’hebdomadaire l’EVEIL de la NATION, lui, pointe du doigt une erreur des leaders de l’opposition, celle d’avoir demandé le départ du rejeton d’Eyadema. « Résultat, Faure n’est pas parti, les réformes n’ont pas été faites également », estime-t-il. Cet hebdomadaire ajoute : « Voilà pourquoi nous pensons que l’opposition ayant déjà réussi à galvaniser les foules doit pouvoir s’en tenir aux revendications liées aux réformes, s’organiser pour gagner dans les urnes Faure Gnassingbé, au lieu d’imaginer des scenarii pour l’évincer du pouvoir ».

« Le contrepied politique de Faure Gnassingbé a poussé l’opposition à la faute », titre Le COMBAT du PEUPLE. Cet organe écrit que « le drame pour cette opposition c’est que dès qu’ils constatent l’effet de foule, ils sont grisés et perdent la tête. FABRE doit apprendre à respecter la parole donnée. La défiance et la méfiance ne sont pas des éléments susceptibles de lui permettre de conquérir le pouvoir au Togo ».

Et d’assener : « FABRE, à la fin, s’amuse parce qu’il ne sait que faire face à un adversaire plus organisé et plus futé ».


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
Our website is protected by DMC Firewall!