FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


« Entretien Exclusif avec le président des FDR, Me Dodji Apévon : La grande effervescence du peuple risque de dépasser celle de 90 », affiche LE CORRECTEUR à sa une.

Dans cette interview, Me Dodji Apévon est revenu sur le mot d’ordre des manifestations des 6 et 7 septembre prochains. Dans la foulée, le président des FDR a donné sa lecture de la marche de soutien à Faure Gnassingbé organisée le 29 août dernier par le parti au pouvoir.

« Le mot d’ordre des manifestations des 6 et 7 septembre reste le même : D’une part exiger le retour à la Constitution du 14 octobre 1992, la révision du cadre électoral et l’instauration du droit de vote des Togolais de l’étranger, et d’autre part, dénoncer la répression sauvage des manifestations pacifiques du 19 et 20 août 2017 (…), exiger qu’une enquête indépendante soit diligentée pour situer les responsabilité et traduire en justice les auteurs et commanditaire de ces violences, exiger la libération des personnes arrêtées, exiger l’arrêt immédiat des persécutions à l’encontre des militants et dirigeants du PNP, exiger l’arrêt immédiat des entraves à l’exercice du droit constitutionnel de manifestation », lit-on dans le journal.

« Togo : Un Etat hors-la-loi ? De l’urgence d’un sommet extraordinaire de la CEDEAO », titre le bihebdomadaire privé dans ses colonnes.

Selon l’auteur de l’article, « aujourd’hui après la chute de de Jammeh, il est inconcevable que le Togo qui est à l’origine de la CEDEAO, continue de faire cavalier seul en servant de mauvais exemple dans la sous-région. (…) En tout de cas, la CEDEAO doit prendre ses responsabilités et amener le plus tôt possible Faure Gnassingbé et ses amis à retourner au bon sens, la chose la mieux partagée au monde. Faure ne doit pas s’arc-bouter à ce que lui a dit son père et refuser de faire les réformes. Le Togo n’est pas la propriété d’une famille ».

Le quotidien privé LIBERTE consacre sa une aux prochaines manifestations de l’opposition togolaise et titre : « Manifestations des 6 et 7 septembre/ Semaine décisive pour la démocratie et l’alternance au Togo ». Appels tous azimuts à la mobilisation et pression de la diaspora.

« Le réveil de l’opposition et du peuple, débuté depuis le 19 août dernier, poursuit son bonhomme de chemin. Après la large adhésion suscitée par ce combat légitime au sein de la classe politique et de l’opinion, les choses sérieuses débutent cette semaine. Il s’agit en somme d’une semaine décisive pour l’atteinte des aspirations légitimes dû à l’effectivité du vote de la diaspora, à la libération des partisans de l’alternance arrêtés et détenus … ou défaut, au départ du pouvoir de Faure Gnassingbé », écrit l’auteur de l’article.

« Rencontre des généraux des FAT à la présidence : Faure Gnassingbé et ses sécurocrates voient Séyi Mèmène derrière l’ascension de Tikpi Atchadam », affiche Liberté dans ses colonnes.

Selon le quotidien privé, « la mobilisation du PNP le 19 août dernier a créé une psychose sans précédent au sein du régime de Faure Gnassingbé. En réalité, le pouvoir a été surpris, puisque les services de renseignements ne servaient à leur patron que ce qu’il voulait entendre. Alors qui sont ceux qui soutiennent Tikpi Atchadam ? La question était sur toutes les lèvres au sein du sérail. Mais comme depuis un certain temps, Faure Gnassingbé et ses suppôts, en occurrence certains sécurocrates, trouvent derrière ce parti et son leader, la main du Gal Seyi Mèmène. Pour faire son procès, une rencontre entre tous les généraux a récemment eu lieu avec Faure Gnassingbé. Seulement à la fin, les participants se sont séparés dans l’incompréhension totale, reportant sine die le verdict ».

« Les marches du 06 et 07 : La République ? », se demande le confrère COURRIER de la République à sa une.

Selon l’auteur de l’article, « certaines choses de l’organisation des deux jours de marche, ce sera plus qu’une république à la manifestation organisée par l’Union pour la République (UNIR). Il faudrait d’après les mêmes sources administrer un cinglant camouflet à UNIR en étouffant toutes les velléités de créer une quelconque diversion dans les esprits ».

Le journal dans sa parution N° 484 est revenu sur l’épineuse question des réformes et titre : « Accord Politique Global (APG), 11 après : Le pouvoir rattrapé par l’histoire ».

« Onze ans après, l’espoir a fait place à l’incertitude. Le Togo s’affiche comme une curiosité dans la sous-région, un peu fermé au changement et l’alternance. L’après APG, c’est une succession d’occasions manquées rendues telles par le pouvoir », indique l'auteur de l'article.

« Les manifestations de rues et les réactions : Unir a démontré que son champion n’est pas seul », affiche Le COMBAT du Peuple à sa une.

« Le 29 août 2017, les partisans et sympathisants du parti UNIR ont déferlé dans les rues de Lomé pour démontrer que le Président Faure Gnassingbé n’est pas seul et qu’il peut compter sur eux. Cette manifestation pacifique gigantesque, organisée dans la discipline, a impressionné tous les observateurs. C’est ce qu’on appelle la force tranquille de la majorité silencieuse. (…) On ne fait pas les réformes contre celui qui est au pouvoir, il n’y a qu’au Togo où on observe ce paradoxe », estime l’auteur de l’article.


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is a Joomla Security extension!