Le mot d'ordre de l'opposition togolaise

"MANIFESTATION DE L'OPPOSITION AU TOGO 7, 8 et le 9 NOVEMBRE 2017 POUR LE DEPART DE FAURE GNASSINGBE"

Faure pour ne pas mettre le Togo en feu et en sang il faut liberer l'iman

50 ANS C'EST TROP !!! FAURE MUST GO !!!

TOGOLAIS, PRENONS NOTRE DESTIN EN MAIN POUR NOTRE LIBERATION DES GNASSINGBE QUE DIEU SOIT AVEC LE PEUPLE TOGOLAIS
LA LUTTE CONTINUE ET NOUS VAINCRONS



«Peuple togolais, Il ne faut pas céder à l'intimidation»


« Le film de la tragi-comédie au Parlement », titre Le CORRECTEUR. Ce journal est revenu sur comment les travaux se sont déroulés à l’Assemblée nationale le vendredi 23 juin dernier. Malgré la protestation et la justification des députés de l’opposition, le texte à polémique est passé comme une lettre à la poste.

« Le fait marquant est l’attitude des députés UNIR qui se comportent comme des avocats du pouvoir en violation du règlement intérieur. Ils ne font que contre-attaquer leurs collègues de l’opposition dans des termes parfois choquants et indécents », lit-on dans cette parution.

Le Correcteur rapporte ensuite les explications d’Isabelle Améganvi, présidente du groupe parlementaire ANC. Ce parti « refuse le règne de la division et du tribalisme que le gouvernement s’évertue à imposer au Togo ».

Selon l’avocate, « il apparaît donc que le gouvernement s’est contenté, à des fins purement électoralistes, de multiplier les communes dans les régions qu’il considère comme lui étant favorables au détriment des autres régions où il ne craint pas de maintenir voire d’aggraver la sous-représentativité des populations, notamment dans la perspective des élections municipales et sénatoriales, en comptant susciter davantage, encourager et tirer profit du vote ethnique ».

LIBERTE va plus loin en titrant : « Faure Gnassingbé et les députés UNIR portent l’estocade finale ». Selon quotidien, « la menace vient depuis que le pouvoir a introduit le projet de loi à l’Assemblée nationale pour adoption ».

Selon lui, « L’opposition a beau crier et alerter l’opinion, cela n’a pas empêché Faure Gnassingbé et le régime d’aller au bout de leur logique. Vendredi passé, le texte de communalisation scélérate du pays dénoncé a été adoubé par les députés de l’Union pour la République (UNIR), au cours d’une séance plénière assez mouvementée, aussi bien de l’intérieur du Palais des congrès que tout autour. Faure Gnassingbé et son parti s’ouvrent simplement les portes d’une confiscation du pouvoir local aussi… ».

L’auteur de l’article, dans son analyse, fait les calculs qui débouchent sur 83 communes lors des prochaines locales. « D’ailleurs, c’est pour être sûr de l’emporter que le pouvoir a autant traîné les pas dans ce processus de décentralisation et l’organisation des locales », ajoute-t-il.

GOLFE INFO, une autre parution, consacre un article sur le secteur de l’assurance et titre : « En attendant la révolution, la concurrence s’aiguise ».

Un article dans lequel le lecteur comprend que bien qu’il ait plusieurs sociétés d’assurance au Togo, la croissance issue de cette nouvelle donne « ne traduit pas forcément une forte adhésion de la population, encore méfiante vis-à-vis de l’activité ».

A titre d'exemple, souligne son auteur, « le taux de pénétration des assurances reste encore faible et dépasse difficilement 1% du PIB, ce qui est très marginal ».



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd