50 ANS C'EST TROP !!! FAURE MUST GO !!!
« Il ne faut pas céder à l'intimidation»

FAURE GNASSINGBE REFUSE D'ACCEPTER LE RETOUR DE LA CONSTITUTION DE 1992 ET NE VEUT PAS LAISSER LE POUVOIR - PEUPLE TOGOLAIS, IL FAUT PRENDRE VOTRE DESTIN EN MAIN - FAURE DOIT PARTIR

FAURE DOIT PARTIR MAINTENANT - FAURE MUST GO NOW

50 ans de pouvoir ça suffit!

Mango: des manifestants blessés par balles admis à l’hôpital
21 Septembre 2017: Des affrontements à Mango entre les corps habillés,,miliciens du pouvoir et les populations se sont poursuivies toute la journée d'aujourd'hui.Des biens des dignitaires du régime ont été saccagés. Les domiciles des corps habillés ont recu la visite des manifestants qui à leur ont causé des dégâts.
Des jeunes manifestants chassés à coup de gaz lacrymogène à Dékon
21 septembre 2017: Des jeunes manifestants mécontents de la situation de leurs frères à l'intérieur du pays, ont barricadé la voix au carrefour Dékon en début de soirée après la manifestation de la Coalition de l'opposition. Ils ont été chassés à coup de gaz lacrymogènes et s'en est suivi des courses poursuites dans les quartiers.
Un Zémidjan exprime sa détermination à lutte pour le changement du régime..
20 Septembre 2017: Les Zémidjans, conducteurs de taxi-moto ne comptent pas abandonner la lutte politique pour l’avènement de la démocratie au Togo.Conscients de l'avenir de leurs enfants, ils ne comptent pas se flouer par des billets de banques pour marcher dans le rang du parti au pouvoir UNIR aujourd'hui.
Une revendeuse du grand marché de Lomé remontée contre le régime de Faure Gnassingbé.
19 Septembre 2017: Unanimement, les revendeuses et commerçantes du grand marché de Lomé sont contre la façon dont le Togo est gouverne.Chacune dans ses commentaires pense que seul le changement au sommet de l'Etat peut changer beaucoup de choses dans ce pays.
Parole de citoyenne: |dq|Seule une alternance politique peut changer le vécu des Togolais|dq|
19 Septembre 2017: Contrairement à ce que certains pouvaient penser sur la démobilisation des Togolaises et les Togolais sur la situation de leur pays, le contact est tout autre dans les marché du pays.Tous veulent le changement à la tête du pays.
Une revendeuse Bassar exprime son ras-le-bol et souhaite l'alternance politique
19 Septembre 2017: La crise socio-politique que traverse le Togo ne laisse aucun secteur d'activité.Les revendeuses, les commerçantes et commerçants rencontrés dans le marché d'Adwlato (Grand marché) de Lomé ce jour par notre équipe de reportage ont exprimé leur ras-le-bol et manifestent leur attachement au changement de ce régime cinquantenaire de dictature d'une autre époque.
Togo : Les dames de l'ANC en mobilisation pour le retour à la Constitution de 1992
Les militantes de l'Alliance Nationale pour le Changement(ANC) regroupées aux sein de la session féminine de ce parti de l'opposition ont emboîté le pas à leurs leader Jean-Pierre FABRE qui aussi était dans les rues et marchés ce jour avec les autres responsables de partis de la Coalition pour sensibiliser les populations à descendre dans les rues demain et jeudi pour exiger le retour à la Constitution de 1992. Elles aussi appellent leurs sœurs commerçantes et revendeuses à répondre massivement aux manifestations que la Coalition des partis organisent sur l’ensemble du territoire national. Ces dames de la ont sillonné les marchés périphériques Attikpodji, Abattoir et le grand marché de Lomé pour passer le même message. Selon elles, c'est l'occasion de montrer que le Togo est en crise et il n' y a pas de raison que le pouvoir joue avec le destin de tout un peuple.Elles lancent aussi un appel au marché mort demain mercredi 20 Septembre et le lendemain jeudi 21 Septembre 2017. Une manière selon elles de manifester leur désaccord au pouvoir de dictature cinquantenaire du père au fils.
togodebout La diaspora devant l'ambassade du Togo à Bruxelles
togodebout La diaspora devant l'ambassade du Togo à Bruxelles
Alphonse Kpogo: le président de l'assemblée ne veut pas prendre la mesure de la situation
14 septembre 2017 - Troisième jour consécutif de l'ouverture de la session extraordinaire à l'Assemblée nationale: Face au refus du Président de cette institution à fermer le session et ouvrir les débats sur les réformes constitutionnelle dans l'immédiat: Les députés de l'Opposition y compris ceux de l'UFC boudent la séance plénière.
Nicolas AGBO, député du CAR explique le mobile de leur boycott de la plénière.
14-09-2017: Les députés et l'opposition à l'Assemblée nationale y compris ceux de l'Union des Forces de Changement(UFC) n'attendent plus cautionner les manœuvres dilatoire du régime cinquantenaire du clan GNASSINGBE. Le député Nicolas AGBO du CAR exlipque leur position
La colère de la présidente de CAP 2015 Brigitte Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON
Les députés togolais étaient en une cession extraordinaire ce mardi 12 septembre 2017 pour examiner le projet de budget de l’Assemblée nationale gestion 2018. Suite à une pression des députés de l’opposition avec à leurs côtés les responsables des 14 partis politiques réunis en coalition, et aussi le peuple très déterminé, le président de l’Assemblée nationale Dama DRAMANI a du suspendre les travaux et convoqué les travaux et la conférence des présidents ce mercredi 13 septembre 2017.
Pour le Vice-président de l’ANC Patrick LAWSON, le projet de révision constitutionnelle importe
Les députés togolais étaient en une cession extraordinaire ce mardi 12 septembre 2017 pour examiner le projet de budget de l’Assemblée nationale gestion 2018. Suite à une pression des députés de l’opposition avec à leurs côtés les responsables des 14 partis politiques réunis en coalition, et aussi le peuple très déterminé, le président de l’Assemblée nationale Dama DRAMANI a du suspendre les travaux et convoqué les travaux et la conférence des présidents ce mercredi 13 septembre 2017.
Ambiance aujourd’hui (12/08/2017) au parlement du Togo
Les députés togolais étaient en une cession extraordinaire ce mardi 12 septembre 2017 pour examiner le projet de budget de l’Assemblée nationale gestion 2018. Suite à une pression des députés de l’opposition avec à leurs côtés les responsables des 14 partis politiques réunis en coalition, et aussi le peuple très déterminé, le président de l’Assemblée nationale Dama DRAMANI a du suspendre les travaux et convoqué les travaux et la conférence des présidents ce mercredi 13 septembre 2017.
TogoDebout: Un ministre de Faure (Agadazi) chassé et hué par la population de Sokodé
Rien en sera plus comme avant. Le peuple est désormais debout
Antoine Randolph: Le Togo est devenu un point stratégique de la mafia du monde
La diaspora togolaise était devant le siège du parlement européen à Strasbourg. Antoine Randolph, président du RNDP, réagit au micro de Sylvain Amos
Les Togolais sont debout, ils ne vont plus s'asseoir jusqu'à ce que la dictature parte
09 septembre 2017 - La diaspora togolaise était devant le siège du parlement européen à Strasbourg. M. Agoro un membre du PNP, Parti National Panafricain, réagit au micro de Sylvain Amos
La grande mobilisation des Togolais à Lomé pour exiger le départ de Faure GNASSINGBE
Des centaines de Togolais sortis lors de la deuxième journée des manifestations à Lomé et à l'intérieur du pays à l'appel des forces démocratiques pour exiger le départ de Faure Gnassingbé au pouvoir il y a 12 ans après que son défunt père a passé plus de 38 ans à la tête du Togo. Le peuple togolais déterminé à aller au bout de sa victoire.'Plus de cinquante ans
Togo : Un manifestant exprime son ras-le-bol.
08-09-2017: Des échauffourées entre manifestants et corps habillés à Bè à Lomé en signe de protestation contre la répression sauvage d'hier nuit ont conduit à l'escalade de la violence policière.un manifestants exprime son ras-le-bol.
Togo : Des manifestants exigent le départ de Faure GNASSINGBE
08-09-2017: Des centaines de jeunes en mouvement contre la dictature cinquantenaire des GNASSINGBE ont pris d'assaut les principales artères dans la zone de Bè ce matin à Lomé. Des heurts ont duré des heures.Ils exigent le départ de Faure GNASSINGBE.
Paris / Faure doit partir
TOGO- Paris: Les togolais devant les Portes De PACOME..CONSEILER DE FAURE
Journal 8 sept la situation tendue au Togo
TV5
Togo; grande marche de l'opposition Acte 2
Les leaders de l'opposition togolaise continuent leur mobilisation et font un siting à Déckon et exigent la démission de Faure Gnassingbé.
Togo-TV5 monde...Tous Appel aux changement..50 ans
Togo-TV5 monde...Tous Appel aux changement..50 ans
La nuit sera longue mais le jour viendra! Tous dans la rue jusqu'au départ de Faure Gnassingbé
7 Septembre 2017 - au second jour de la manifestation les loméens ont décidé de rester dans la rue jusqu'au départ de Faure Gnassingbé
La déclaration du chef de file de l'opposition Jean-Pierre FABRE à Deckon
A Deckon, le chef de file de l’opposition Jean-Pierre FABRE a fait une déclaration pour situer l’opinion publique de la position de l’opposition togolaise.
La population était décidée à passer la nuit à Deckon
A Deckon, la population était décidée à passer la nuit à Deckon. Les mets étaient servis aux manifestants par les femmes.
Togo: Deuxième jour de manifestation massive à Lomé contre la dictature Gnassingbé
deuxième jour de manifestation massive à Lomé à l'appel des partis de l'opposition pour le retour à la constitution de 1992 ou le Depart de Faure Gnassingbe
Enorme mobilisation à Lomé contre la dictature cinquantenaire Gnassingbé
6 Septembre 2017 - les Loméens ont répondu massivement à l'appel des partis de l'opposition pour le retour à la constitution de 1992
Me Yawovi Agboyibo
"S’il y a un début de respect de la volonté du peuple, il nous revient de faire en sorte qu’on aille jusqu’au bout afin que ce que le peuple veut soit respecté"
Gerry Taama, NET
|dq
dq|On s’attend à ce que les choses changent dès demain de façon importante|dq
Jean Pierre Fabre
"nous savons comment faire pour le faire quitter"
Tikpi Atchadam
"c’est au peuple de décider, nous sommes seulement des intermédiaires"
Nathaniel Olympio
" ce que dit le peuple, et ce qu’il demande c’est de se libérer de ce régime définitivement !"

Homme politique et Militaire (Burkinais)
Né le 21 décembre 1949
Décédé le 15 octobre 1987 (à l'âge de 37 ans)

{youtube}XHp-hz8Xn2Q{/youtube}

Thomas Isidore Noël Sankara (21 décembre 1949 à Yako - 15 octobre 1987 à Ouagadougou), militaire et homme politique panafricaniste et tiers-mondiste burkinabè, il incarna et dirigea la révolution burkinabè du 4 août 1983 jusqu'à son assassinat lors du coup d'État de son successeur Blaise Compaoré.



L'héritage politique et « identitaire » de Thomas Sankara — tout comme ceux de Patrice Lumumba, Amílcar Cabral ou Kwame Nkrumah — est considérable en Afrique et en particulier dans la jeunesse africaine en mal de modèle réflétant un réel espoir.

Son gouvernement entreprit des réformes majeures pour combattre la corruption et améliorer l'éducation, l'agriculture et le statut des femmes. Son programme révolutionnaire se heurta à une forte opposition du pouvoir traditionnel qu'il marginalisait ainsi que d'une classe moyenne peu nombreuse mais relativement puissante. Ajoutés aux tensions entre radicaux et modérés, ces facteurs provoquèrent son assassinat lors du coup d'État sanglant du 15 octobre 1987.

Issu d'une famille catholique, Thomas Sankara était un « Peul-Mossi ». Son père était un ancien combattant et prisonnier de guerre de la Seconde Guerre mondiale. Il a fait ses études secondaires à Bobo-Dioulasso, deuxième ville du pays. Il a suivi une formation d'officier à Madagascar et devint en 1976 commandant du centre de commando de Pô. La même année, il fait la connaissance de Blaise Compaoré avec lequel il formera le Regroupement des officiers communistes (ROC) dont les autres membres les plus connus sont Henri Zongo et Jean-Baptiste Boukary Lingani.

En septembre 1981, il devient secrétaire d'État à l'information dans le gouvernement du colonel Saye Zerbo. Il démissionnera le 21 avril 1982, déclarant « Malheur à ceux qui baillonnent le peuple ! »

Le 7 novembre 1982, un nouveau coup d'État portait au pouvoir le médecin militaire Jean-Baptiste Ouédraogo. Sankara devint premier ministre en janvier 1983, mais fut limogé et mis aux arrêts le 17 mai, après une visite de Guy Penne, conseiller de François Mitterrand.

Un nouveau coup d'État, le 4 aout 1983 place Thomas Sankara à la présidence. Il définit son programme comme anti-impérialiste, en particulier dans son «Discours d'orientation politique», écrit par Valère Somé. Son gouvernement retira aux chefs traditionnels les pouvoirs féodaux qu'ils continuaient d'exercer. Il créa les CDR (Comités de défense de la révolution), qui eurent toutefois tendance à se comporter en milice révolutionnaire faisant parfois régner une terreur peu conforme aux objectifs de lutte contre la corruption.

Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara fut assassiné lors d'un coup d'État organisé par celui qui était considéré comme son frère, Blaise Compaoré. Plusieurs jours plus tard, il fut déclaré «décédé de mort naturelle» par un médecin militaire. L'absence de tout procès ou de toute enquête de la part du gouvernement burkinabè a été condamnée en 2006 par le Comité des droits de l’homme des Nations unies.



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
Our website is protected by DMC Firewall!