50 ANS C'EST TROP !!! FAURE MUST GO !!!
« Il ne faut pas céder à l'intimidation»

FAURE GNASSINGBE REFUSE D'ACCEPTER LE RETOUR DE LA CONSTITUTION DE 1992 ET NE VEUT PAS LAISSER LE POUVOIR - PEUPLE TOGOLAIS, IL FAUT PRENDRE VOTRE DESTIN EN MAIN - FAURE DOIT PARTIR

FAURE DOIT PARTIR MAINTENANT - FAURE MUST GO NOW

50 ans de pouvoir ça suffit!

Mango: des manifestants blessés par balles admis à l’hôpital
21 Septembre 2017: Des affrontements à Mango entre les corps habillés,,miliciens du pouvoir et les populations se sont poursuivies toute la journée d'aujourd'hui.Des biens des dignitaires du régime ont été saccagés. Les domiciles des corps habillés ont recu la visite des manifestants qui à leur ont causé des dégâts.
Des jeunes manifestants chassés à coup de gaz lacrymogène à Dékon
21 septembre 2017: Des jeunes manifestants mécontents de la situation de leurs frères à l'intérieur du pays, ont barricadé la voix au carrefour Dékon en début de soirée après la manifestation de la Coalition de l'opposition. Ils ont été chassés à coup de gaz lacrymogènes et s'en est suivi des courses poursuites dans les quartiers.
Un Zémidjan exprime sa détermination à lutte pour le changement du régime..
20 Septembre 2017: Les Zémidjans, conducteurs de taxi-moto ne comptent pas abandonner la lutte politique pour l’avènement de la démocratie au Togo.Conscients de l'avenir de leurs enfants, ils ne comptent pas se flouer par des billets de banques pour marcher dans le rang du parti au pouvoir UNIR aujourd'hui.
Une revendeuse du grand marché de Lomé remontée contre le régime de Faure Gnassingbé.
19 Septembre 2017: Unanimement, les revendeuses et commerçantes du grand marché de Lomé sont contre la façon dont le Togo est gouverne.Chacune dans ses commentaires pense que seul le changement au sommet de l'Etat peut changer beaucoup de choses dans ce pays.
Parole de citoyenne: |dq|Seule une alternance politique peut changer le vécu des Togolais|dq|
19 Septembre 2017: Contrairement à ce que certains pouvaient penser sur la démobilisation des Togolaises et les Togolais sur la situation de leur pays, le contact est tout autre dans les marché du pays.Tous veulent le changement à la tête du pays.
Une revendeuse Bassar exprime son ras-le-bol et souhaite l'alternance politique
19 Septembre 2017: La crise socio-politique que traverse le Togo ne laisse aucun secteur d'activité.Les revendeuses, les commerçantes et commerçants rencontrés dans le marché d'Adwlato (Grand marché) de Lomé ce jour par notre équipe de reportage ont exprimé leur ras-le-bol et manifestent leur attachement au changement de ce régime cinquantenaire de dictature d'une autre époque.
Togo : Les dames de l'ANC en mobilisation pour le retour à la Constitution de 1992
Les militantes de l'Alliance Nationale pour le Changement(ANC) regroupées aux sein de la session féminine de ce parti de l'opposition ont emboîté le pas à leurs leader Jean-Pierre FABRE qui aussi était dans les rues et marchés ce jour avec les autres responsables de partis de la Coalition pour sensibiliser les populations à descendre dans les rues demain et jeudi pour exiger le retour à la Constitution de 1992. Elles aussi appellent leurs sœurs commerçantes et revendeuses à répondre massivement aux manifestations que la Coalition des partis organisent sur l’ensemble du territoire national. Ces dames de la ont sillonné les marchés périphériques Attikpodji, Abattoir et le grand marché de Lomé pour passer le même message. Selon elles, c'est l'occasion de montrer que le Togo est en crise et il n' y a pas de raison que le pouvoir joue avec le destin de tout un peuple.Elles lancent aussi un appel au marché mort demain mercredi 20 Septembre et le lendemain jeudi 21 Septembre 2017. Une manière selon elles de manifester leur désaccord au pouvoir de dictature cinquantenaire du père au fils.
togodebout La diaspora devant l'ambassade du Togo à Bruxelles
togodebout La diaspora devant l'ambassade du Togo à Bruxelles
Alphonse Kpogo: le président de l'assemblée ne veut pas prendre la mesure de la situation
14 septembre 2017 - Troisième jour consécutif de l'ouverture de la session extraordinaire à l'Assemblée nationale: Face au refus du Président de cette institution à fermer le session et ouvrir les débats sur les réformes constitutionnelle dans l'immédiat: Les députés de l'Opposition y compris ceux de l'UFC boudent la séance plénière.
Nicolas AGBO, député du CAR explique le mobile de leur boycott de la plénière.
14-09-2017: Les députés et l'opposition à l'Assemblée nationale y compris ceux de l'Union des Forces de Changement(UFC) n'attendent plus cautionner les manœuvres dilatoire du régime cinquantenaire du clan GNASSINGBE. Le député Nicolas AGBO du CAR exlipque leur position
La colère de la présidente de CAP 2015 Brigitte Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON
Les députés togolais étaient en une cession extraordinaire ce mardi 12 septembre 2017 pour examiner le projet de budget de l’Assemblée nationale gestion 2018. Suite à une pression des députés de l’opposition avec à leurs côtés les responsables des 14 partis politiques réunis en coalition, et aussi le peuple très déterminé, le président de l’Assemblée nationale Dama DRAMANI a du suspendre les travaux et convoqué les travaux et la conférence des présidents ce mercredi 13 septembre 2017.
Pour le Vice-président de l’ANC Patrick LAWSON, le projet de révision constitutionnelle importe
Les députés togolais étaient en une cession extraordinaire ce mardi 12 septembre 2017 pour examiner le projet de budget de l’Assemblée nationale gestion 2018. Suite à une pression des députés de l’opposition avec à leurs côtés les responsables des 14 partis politiques réunis en coalition, et aussi le peuple très déterminé, le président de l’Assemblée nationale Dama DRAMANI a du suspendre les travaux et convoqué les travaux et la conférence des présidents ce mercredi 13 septembre 2017.
Ambiance aujourd’hui (12/08/2017) au parlement du Togo
Les députés togolais étaient en une cession extraordinaire ce mardi 12 septembre 2017 pour examiner le projet de budget de l’Assemblée nationale gestion 2018. Suite à une pression des députés de l’opposition avec à leurs côtés les responsables des 14 partis politiques réunis en coalition, et aussi le peuple très déterminé, le président de l’Assemblée nationale Dama DRAMANI a du suspendre les travaux et convoqué les travaux et la conférence des présidents ce mercredi 13 septembre 2017.
TogoDebout: Un ministre de Faure (Agadazi) chassé et hué par la population de Sokodé
Rien en sera plus comme avant. Le peuple est désormais debout
Antoine Randolph: Le Togo est devenu un point stratégique de la mafia du monde
La diaspora togolaise était devant le siège du parlement européen à Strasbourg. Antoine Randolph, président du RNDP, réagit au micro de Sylvain Amos
Les Togolais sont debout, ils ne vont plus s'asseoir jusqu'à ce que la dictature parte
09 septembre 2017 - La diaspora togolaise était devant le siège du parlement européen à Strasbourg. M. Agoro un membre du PNP, Parti National Panafricain, réagit au micro de Sylvain Amos
La grande mobilisation des Togolais à Lomé pour exiger le départ de Faure GNASSINGBE
Des centaines de Togolais sortis lors de la deuxième journée des manifestations à Lomé et à l'intérieur du pays à l'appel des forces démocratiques pour exiger le départ de Faure Gnassingbé au pouvoir il y a 12 ans après que son défunt père a passé plus de 38 ans à la tête du Togo. Le peuple togolais déterminé à aller au bout de sa victoire.'Plus de cinquante ans
Togo : Un manifestant exprime son ras-le-bol.
08-09-2017: Des échauffourées entre manifestants et corps habillés à Bè à Lomé en signe de protestation contre la répression sauvage d'hier nuit ont conduit à l'escalade de la violence policière.un manifestants exprime son ras-le-bol.
Togo : Des manifestants exigent le départ de Faure GNASSINGBE
08-09-2017: Des centaines de jeunes en mouvement contre la dictature cinquantenaire des GNASSINGBE ont pris d'assaut les principales artères dans la zone de Bè ce matin à Lomé. Des heurts ont duré des heures.Ils exigent le départ de Faure GNASSINGBE.
Paris / Faure doit partir
TOGO- Paris: Les togolais devant les Portes De PACOME..CONSEILER DE FAURE
Journal 8 sept la situation tendue au Togo
TV5
Togo; grande marche de l'opposition Acte 2
Les leaders de l'opposition togolaise continuent leur mobilisation et font un siting à Déckon et exigent la démission de Faure Gnassingbé.
Togo-TV5 monde...Tous Appel aux changement..50 ans
Togo-TV5 monde...Tous Appel aux changement..50 ans
La nuit sera longue mais le jour viendra! Tous dans la rue jusqu'au départ de Faure Gnassingbé
7 Septembre 2017 - au second jour de la manifestation les loméens ont décidé de rester dans la rue jusqu'au départ de Faure Gnassingbé
La déclaration du chef de file de l'opposition Jean-Pierre FABRE à Deckon
A Deckon, le chef de file de l’opposition Jean-Pierre FABRE a fait une déclaration pour situer l’opinion publique de la position de l’opposition togolaise.
La population était décidée à passer la nuit à Deckon
A Deckon, la population était décidée à passer la nuit à Deckon. Les mets étaient servis aux manifestants par les femmes.
Togo: Deuxième jour de manifestation massive à Lomé contre la dictature Gnassingbé
deuxième jour de manifestation massive à Lomé à l'appel des partis de l'opposition pour le retour à la constitution de 1992 ou le Depart de Faure Gnassingbe
Enorme mobilisation à Lomé contre la dictature cinquantenaire Gnassingbé
6 Septembre 2017 - les Loméens ont répondu massivement à l'appel des partis de l'opposition pour le retour à la constitution de 1992
Me Yawovi Agboyibo
"S’il y a un début de respect de la volonté du peuple, il nous revient de faire en sorte qu’on aille jusqu’au bout afin que ce que le peuple veut soit respecté"
Gerry Taama, NET
|dq
dq|On s’attend à ce que les choses changent dès demain de façon importante|dq
Jean Pierre Fabre
"nous savons comment faire pour le faire quitter"
Tikpi Atchadam
"c’est au peuple de décider, nous sommes seulement des intermédiaires"
Nathaniel Olympio
" ce que dit le peuple, et ce qu’il demande c’est de se libérer de ce régime définitivement !"

Charles Debbasch

Le constitutionnaliste assiste le Togo depuis le début des années 1990; il a d'ailleurs acquis la citoyenneté togolaise. Après avoir été le conseil juridique du
président togolais Eyadema, il est aujourd'hui ministre, conseiller spécial du chef de l'État togolais, Faure Gnassingbé. Interrogé par le quotidien La Croix en 2007 quant à l'opportunité de conserver dans son cercle de conseillers un homme condamné par la justice française, ‪‎Faure_Gnassingbé‬ s'en explique en répondant que « ce n'est pas dans les conceptions africaines de se débarrasser de quelqu'un qui vous a été fidèle depuis longtemps ».


Ses détracteurs l'accusent d'être l'« inspirateur – sinon
l'auteur » de la Constitution togolaise, ce qu'il ne dément pas tout en insistant pour relativiser son rôle. Il aurait joué un rôle crucial dans le coup d’État constitutionnel grâce auquel le fils du général ‪#‎Eyadéma‬, l'homme fort du Togo pendant trente-huit ans, a succédé à son père en février 2005.
Il a été qualifié dans les médias de « ‪#‎mercenaire‬ en col blanc »
L'affaire de la Fondation Vasarely Doyen de la Faculté de droit d'Aix-en-Provence et président de l'Université d'Aix-Marseille III, le professeur Debbasch a été choisi par l'Université d'Aix pour assumer la présidence de la ‪#‎Fondation_Vasarely‬. Avec le concours du conseil d’administration, il en a assumé la responsabilité pendant dix ans.
Après la mort de ‪#‎Claire_Vasarely‬, épouse du peintre, les héritiers Vasarely reprennent le contrôle de la Fondation et mettent en cause le doyen Debbasch qui l'avait gérée de 1981 à 1992 au nom de l'Université, obtenant en 1993 à l'issue d'une procédure judiciaire l'annulation du
mandat d'administrateur de Charles Debbasch. Ils
déposent par ailleurs des plaintes pénales contre celui-ci.
En novembre 1994, alors qu'il s'apprête a donner une conférence de presse à l'Université d'Aix-en-Provence sur l'affaire Vasarely, la gendarmerie arrive et tente d'interpeller le Doyen en se prévalant d'une commission rogatoire. Alléguant que les gendarmes ont tenté de le faire pénétrer par la force dans leur véhicule sans mandat, il se retranche dans son bureau de la faculté sous la garde d'un groupe d'étudiants soutenant sa cause.Le juge Le Gallo délivre alors un mandat d'amener le 27 novembre 199425. Il est interpellé et placé en détention le 28 novembre 1994 à la prison des Baumettes, où il demeure incarcéré en détention provisoire jusqu'au 15 février suivant.
Renvoyé devant le Tribunal correctionnel sous les préventions de faux, d'usage de faux et d'abus de confiance, Charles Debbasch est condamné le 20 février 2002, condamnation confirmée pour l'essentiel par un
arrêt de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence du 7 janvier 2003, qui le relaxe de l'accusation de faux mais le condamne pour usage de faux et abus de confiance. Cet arrêt sera cassé l'année suivante, mais en ses seules dispositions concernant l'usage de faux, et est donc définitif en ce qui concerne la condamnation de M.
Debbasch pour abus de confiance ainsi que pour les réparations civiles dont il est redevable (405 000 euros à sa seule charge, et 214 028 euros solidairement avec ‪#‎Pierre_Lucas‬, condamné à ses côtés). Suite à cette
cassation partielle, la procédure est rouverte devant la Cour d'appel d'Aix-en-Provence qui condamne Charles Debbasch le 11 mai 2005 pour le seul délit d'abus de confiance à 2 ans de prison dont 1 an avec sursis sous le régime de mise à l'épreuve pendant trois ans, peine assortie d'une amende de 150 000 euros et d'une privation de certains droits civiques, civils et de famille pendant 5 ans. Vincent Hugeux signale que ce ne sont pas là les premiers démêlés de Charles Debbasch avec la justice : selon lui, il aurait déjà été condamné en 1980, par la Cour d'appel de Paris, pour contrefaçon —il aurait publié le même traité juridique dans deux maisons d'édition différentes. Enfin Le Monde fait état d'une enquête concernant l'encaissement suspect de 1,2 million d'euros en espèces sur un compte ouvert au Luxembourg, puis leur transfert en direction de trois sociétés domiciliées à Niue, enquête qui aboutit à une mise en examen pour « blanchiment et organisation
frauduleuse d’insolvabilité ». Le doyen Debbasch dénie
tout caractère frauduleux à ces transactions, assurant
qu'il ne s'agit pas de fonds liés à l'affaire Vasarely mais
d'honoraires versés au titre de ses activités de conseil auprès de la République du Togo et de l'ambassade du
Togo au Benelux, dûment déclarés au fisc togolais.
Depuis 2005 les médias ont évoqué à quelques reprises quelques faits divers le concernant.
En premier lieu dans la presse marseillaise : Marseille l'Hebdo rapporte en 2006 que Charles Debbasch continue
depuis 2003 à percevoir son traitement de professeur d'Université tout en résidant au Togo, puisqu'il est chargé depuis cette date par l'Université d'Aix-Marseille dont il relève d'une mission de coopération avec les universités de Lomé et Kara. Selon l'auteur de l'article, des sources proches du président de l'Université ont admis que « tout le monde savait que sa mission était totalement fictive » et qu'il s'agissait d'« une décision politique qui a été prise au plus haut niveau ».
On peut aussi relever l'interpellation le 16 mai 2007 de Charles Debbasch à l'aéroport de Bruxelles où il s'apprêtait à décoller à destination de Lomé, et son placement sous contrôle judiciaire avec interdiction de
quitter la Belgique, affaire qui se règlera bien vite puisque Charles Debbasch peut une semaine plus tard
environ regagner Lomé.
Enfin les organes d'information togolais relaient la défense de Charles Debbasch, qui s'affirme toujours totalement innocent des délits pour lesquels il a été condamné, ainsi que sa contre-offensive judiciaire. Le site de pripagande d'informations de la République togolaise sous sa direction,
republicoftogo, rapporte que Charles Debbasch a lancé une contre-attaque, d'une part en portant plainte pour escroquerie au jugement (selon lui les plaintes déposées par Victor Vasarely étaient des faux)38 et d'autre part —concernant l'incident de Bruxelles—,
contre Michel de Bonnecorse, ancien conseiller pour les
affaires africaines de Jacques Chirac.
Le Canard enchaîné dans son édition du 10 mai 2006, sous la plume d'Alain Guédé (L'université française finance l'exil doré d'un condamné), évoque en plus de « l'affaire » de la Fondation Vasarely, le salaire versé par
l'Éducation nationale (5 000 € mensuel de 2003 à 2006) suite à une convention entre l'Université d'Aix-Marseille (Jacques Bourdon) et le Togo.



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd