50 ANS C'EST TROP !!! FAURE MUST GO !!!
« Il ne faut pas céder à l'intimidation»

FAURE GNASSINGBE REFUSE D'ACCEPTER LE RETOUR DE LA CONSTITUTION DE 1992 ET NE VEUT PAS LAISSER LE POUVOIR - PEUPLE TOGOLAIS, IL FAUT PRENDRE VOTRE DESTIN EN MAIN - FAURE DOIT PARTIR

FAURE DOIT PARTIR MAINTENANT - FAURE MUST GO NOW

50 ans de pouvoir ça suffit!

Mango: des manifestants blessés par balles admis à l’hôpital
21 Septembre 2017: Des affrontements à Mango entre les corps habillés,,miliciens du pouvoir et les populations se sont poursuivies toute la journée d'aujourd'hui.Des biens des dignitaires du régime ont été saccagés. Les domiciles des corps habillés ont recu la visite des manifestants qui à leur ont causé des dégâts.
Des jeunes manifestants chassés à coup de gaz lacrymogène à Dékon
21 septembre 2017: Des jeunes manifestants mécontents de la situation de leurs frères à l'intérieur du pays, ont barricadé la voix au carrefour Dékon en début de soirée après la manifestation de la Coalition de l'opposition. Ils ont été chassés à coup de gaz lacrymogènes et s'en est suivi des courses poursuites dans les quartiers.
Un Zémidjan exprime sa détermination à lutte pour le changement du régime..
20 Septembre 2017: Les Zémidjans, conducteurs de taxi-moto ne comptent pas abandonner la lutte politique pour l’avènement de la démocratie au Togo.Conscients de l'avenir de leurs enfants, ils ne comptent pas se flouer par des billets de banques pour marcher dans le rang du parti au pouvoir UNIR aujourd'hui.
Une revendeuse du grand marché de Lomé remontée contre le régime de Faure Gnassingbé.
19 Septembre 2017: Unanimement, les revendeuses et commerçantes du grand marché de Lomé sont contre la façon dont le Togo est gouverne.Chacune dans ses commentaires pense que seul le changement au sommet de l'Etat peut changer beaucoup de choses dans ce pays.
Parole de citoyenne: |dq|Seule une alternance politique peut changer le vécu des Togolais|dq|
19 Septembre 2017: Contrairement à ce que certains pouvaient penser sur la démobilisation des Togolaises et les Togolais sur la situation de leur pays, le contact est tout autre dans les marché du pays.Tous veulent le changement à la tête du pays.
Une revendeuse Bassar exprime son ras-le-bol et souhaite l'alternance politique
19 Septembre 2017: La crise socio-politique que traverse le Togo ne laisse aucun secteur d'activité.Les revendeuses, les commerçantes et commerçants rencontrés dans le marché d'Adwlato (Grand marché) de Lomé ce jour par notre équipe de reportage ont exprimé leur ras-le-bol et manifestent leur attachement au changement de ce régime cinquantenaire de dictature d'une autre époque.
Togo : Les dames de l'ANC en mobilisation pour le retour à la Constitution de 1992
Les militantes de l'Alliance Nationale pour le Changement(ANC) regroupées aux sein de la session féminine de ce parti de l'opposition ont emboîté le pas à leurs leader Jean-Pierre FABRE qui aussi était dans les rues et marchés ce jour avec les autres responsables de partis de la Coalition pour sensibiliser les populations à descendre dans les rues demain et jeudi pour exiger le retour à la Constitution de 1992. Elles aussi appellent leurs sœurs commerçantes et revendeuses à répondre massivement aux manifestations que la Coalition des partis organisent sur l’ensemble du territoire national. Ces dames de la ont sillonné les marchés périphériques Attikpodji, Abattoir et le grand marché de Lomé pour passer le même message. Selon elles, c'est l'occasion de montrer que le Togo est en crise et il n' y a pas de raison que le pouvoir joue avec le destin de tout un peuple.Elles lancent aussi un appel au marché mort demain mercredi 20 Septembre et le lendemain jeudi 21 Septembre 2017. Une manière selon elles de manifester leur désaccord au pouvoir de dictature cinquantenaire du père au fils.
togodebout La diaspora devant l'ambassade du Togo à Bruxelles
togodebout La diaspora devant l'ambassade du Togo à Bruxelles
Alphonse Kpogo: le président de l'assemblée ne veut pas prendre la mesure de la situation
14 septembre 2017 - Troisième jour consécutif de l'ouverture de la session extraordinaire à l'Assemblée nationale: Face au refus du Président de cette institution à fermer le session et ouvrir les débats sur les réformes constitutionnelle dans l'immédiat: Les députés de l'Opposition y compris ceux de l'UFC boudent la séance plénière.
Nicolas AGBO, député du CAR explique le mobile de leur boycott de la plénière.
14-09-2017: Les députés et l'opposition à l'Assemblée nationale y compris ceux de l'Union des Forces de Changement(UFC) n'attendent plus cautionner les manœuvres dilatoire du régime cinquantenaire du clan GNASSINGBE. Le député Nicolas AGBO du CAR exlipque leur position
La colère de la présidente de CAP 2015 Brigitte Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON
Les députés togolais étaient en une cession extraordinaire ce mardi 12 septembre 2017 pour examiner le projet de budget de l’Assemblée nationale gestion 2018. Suite à une pression des députés de l’opposition avec à leurs côtés les responsables des 14 partis politiques réunis en coalition, et aussi le peuple très déterminé, le président de l’Assemblée nationale Dama DRAMANI a du suspendre les travaux et convoqué les travaux et la conférence des présidents ce mercredi 13 septembre 2017.
Pour le Vice-président de l’ANC Patrick LAWSON, le projet de révision constitutionnelle importe
Les députés togolais étaient en une cession extraordinaire ce mardi 12 septembre 2017 pour examiner le projet de budget de l’Assemblée nationale gestion 2018. Suite à une pression des députés de l’opposition avec à leurs côtés les responsables des 14 partis politiques réunis en coalition, et aussi le peuple très déterminé, le président de l’Assemblée nationale Dama DRAMANI a du suspendre les travaux et convoqué les travaux et la conférence des présidents ce mercredi 13 septembre 2017.
Ambiance aujourd’hui (12/08/2017) au parlement du Togo
Les députés togolais étaient en une cession extraordinaire ce mardi 12 septembre 2017 pour examiner le projet de budget de l’Assemblée nationale gestion 2018. Suite à une pression des députés de l’opposition avec à leurs côtés les responsables des 14 partis politiques réunis en coalition, et aussi le peuple très déterminé, le président de l’Assemblée nationale Dama DRAMANI a du suspendre les travaux et convoqué les travaux et la conférence des présidents ce mercredi 13 septembre 2017.
TogoDebout: Un ministre de Faure (Agadazi) chassé et hué par la population de Sokodé
Rien en sera plus comme avant. Le peuple est désormais debout
Antoine Randolph: Le Togo est devenu un point stratégique de la mafia du monde
La diaspora togolaise était devant le siège du parlement européen à Strasbourg. Antoine Randolph, président du RNDP, réagit au micro de Sylvain Amos
Les Togolais sont debout, ils ne vont plus s'asseoir jusqu'à ce que la dictature parte
09 septembre 2017 - La diaspora togolaise était devant le siège du parlement européen à Strasbourg. M. Agoro un membre du PNP, Parti National Panafricain, réagit au micro de Sylvain Amos
La grande mobilisation des Togolais à Lomé pour exiger le départ de Faure GNASSINGBE
Des centaines de Togolais sortis lors de la deuxième journée des manifestations à Lomé et à l'intérieur du pays à l'appel des forces démocratiques pour exiger le départ de Faure Gnassingbé au pouvoir il y a 12 ans après que son défunt père a passé plus de 38 ans à la tête du Togo. Le peuple togolais déterminé à aller au bout de sa victoire.'Plus de cinquante ans
Togo : Un manifestant exprime son ras-le-bol.
08-09-2017: Des échauffourées entre manifestants et corps habillés à Bè à Lomé en signe de protestation contre la répression sauvage d'hier nuit ont conduit à l'escalade de la violence policière.un manifestants exprime son ras-le-bol.
Togo : Des manifestants exigent le départ de Faure GNASSINGBE
08-09-2017: Des centaines de jeunes en mouvement contre la dictature cinquantenaire des GNASSINGBE ont pris d'assaut les principales artères dans la zone de Bè ce matin à Lomé. Des heurts ont duré des heures.Ils exigent le départ de Faure GNASSINGBE.
Paris / Faure doit partir
TOGO- Paris: Les togolais devant les Portes De PACOME..CONSEILER DE FAURE
Journal 8 sept la situation tendue au Togo
TV5
Togo; grande marche de l'opposition Acte 2
Les leaders de l'opposition togolaise continuent leur mobilisation et font un siting à Déckon et exigent la démission de Faure Gnassingbé.
Togo-TV5 monde...Tous Appel aux changement..50 ans
Togo-TV5 monde...Tous Appel aux changement..50 ans
La nuit sera longue mais le jour viendra! Tous dans la rue jusqu'au départ de Faure Gnassingbé
7 Septembre 2017 - au second jour de la manifestation les loméens ont décidé de rester dans la rue jusqu'au départ de Faure Gnassingbé
La déclaration du chef de file de l'opposition Jean-Pierre FABRE à Deckon
A Deckon, le chef de file de l’opposition Jean-Pierre FABRE a fait une déclaration pour situer l’opinion publique de la position de l’opposition togolaise.
La population était décidée à passer la nuit à Deckon
A Deckon, la population était décidée à passer la nuit à Deckon. Les mets étaient servis aux manifestants par les femmes.
Togo: Deuxième jour de manifestation massive à Lomé contre la dictature Gnassingbé
deuxième jour de manifestation massive à Lomé à l'appel des partis de l'opposition pour le retour à la constitution de 1992 ou le Depart de Faure Gnassingbe
Enorme mobilisation à Lomé contre la dictature cinquantenaire Gnassingbé
6 Septembre 2017 - les Loméens ont répondu massivement à l'appel des partis de l'opposition pour le retour à la constitution de 1992
Me Yawovi Agboyibo
"S’il y a un début de respect de la volonté du peuple, il nous revient de faire en sorte qu’on aille jusqu’au bout afin que ce que le peuple veut soit respecté"
Gerry Taama, NET
|dq
dq|On s’attend à ce que les choses changent dès demain de façon importante|dq
Jean Pierre Fabre
"nous savons comment faire pour le faire quitter"
Tikpi Atchadam
"c’est au peuple de décider, nous sommes seulement des intermédiaires"
Nathaniel Olympio
" ce que dit le peuple, et ce qu’il demande c’est de se libérer de ce régime définitivement !"

Quel est le rôle exact que Charles Debbasch joue dans l’entourage de Faure Gnassingbé ? Il faut bien chercher à le savoir et davantage à savoir si un tel personnage peut apporter une valeur ajoutée à au pouvoir de Gnassingbé et par ricochet à la nation togolaise si tant est que tout autorise à dire et à croire que M. Debbasch est loin d’être un exemple de probité et de bons coups.



Un personnage controversé

Beaucoup de gens n’omettent jamais de souligner le savoir professionnel de M. Debbasch. Ses connaissances de la matière juridique sont reconnues à juste titre ici et là. On peut même dire que c’est sur la base de celles-ci que feu Gnassingbé Eyadèma a accepté de le prendre et de le mettre à son service. Cependant, c’est une évidence que le savoir reconnu de l’homme a de la peine à couvrir et à faire oublier les frasques, les écarts et les coups fourrés dont M. Debbasch se rend coupable, au Togo et dans son pays la France. Tous les Togolais qui ont la chance de lire et d’éprouver leur curiosité ont sans doute appris des histoires et des histoires sur le conseiller spécial de Faure Gnassingbé. Des conditions de son « débarquement » au palais de feu Gnassingbé Eyadèma. Ses conseils « tendancieux » ont donné de lui l’image d’un mercenaire malfaisant, l’actualité renforce les accusations : une plainte en instance devant le barreau de Paris pour « fraudes et extorsion de fonds ».
A en croire la plainte déposée contre M. Debbasch par M. Dupuydauby (cf Le Correcteur n° 455 du 21 août 2013), le ministre-conseiller juridique de Faure Gnassingbé est accsué d’avoir fait chanter le plaignant, de lui avoir soutiré de l’argent contre des services de protection et de garantie de ses investissements. La plainte indique que feu Eyadèma ayant fait de M. Debbasch l’«interlocuteur privilégié dans le cadre des négociations relatives à la mise en concession de la manutention des conteneurs au Port Autonome de Lomé » et que par la suite, Faure Gnassingbé succédant à son père le nomme ministre et l’impose comme « le seul intermédiaire pour les affaires concernant les licences et concessions de SE2M Togo et SE3M Togo et généralement pour toutes les affaires relevant des licences ou concessions attribuées ou attribuables au Port de Lomé », Progosa, la société appartenant à M. Dupuydauby s’est retrouvée dans l’obligation de « recourir aux services de M. Charles Debbasch ».

De façon très simple, la plainte souligne que M. Debbasch a utilisé cette position pour lui extorquer de l’argent en échange de promesses de garantie de ses investissements à SE2M TOGO et SE3M TOGO. Des « versements d’importantes sommes d’argent en liquide » seraient faits par l’accusé avec pour conséquence que « les caisses des sociétés SE2M TOGO et SE3M TOGO ont subi des ponctions régulières de sommes en liquide versées à M. Charles Debbasch ». Ces sommes étaient versées sur un compte bancaire domicilié « à la Société générale Porte Maillot à Paris » pour certaines, d’autres l’ont été « par chèque au porteur au Togo », entre autres.

Pour l’essentiel, sous réserve que le juge établisse la culpabilité effective de M. Debbasch, on peut s’étonner de ce qu’un personnage sur qui pèsent des soupçons et des plaintes de ce genre soit celui à qui le Président de la République fasse autant confiance. Le risque évident que contient et suppose cette situation, c’est que la présence de M. Debbasch produise le malheureux effet de dissuader les éventuels investisseurs à venir au Togo. Le schéma est simple : quelle garantie peut-il y avoir pour un investisseur qui se rend compte que le conseiller juridique du Président de la République est lui-même au centre de pratiques de corruption bien viles ? Sur cette base, c’est absolu de soutenir que la présence de M. Debbasch dans le sérail présidentiel est maléfique et improductif pour le Togo.


Scandale juridique

L’opinion nationale togolaise n’ignore pas que beaucoup de voix s’élèvent régulièrement pour présenter M. Debbasch comme le « génie blanc au service des basses besognes au Togo ». On met à son tableau de chasse le tour de passe-passe constitutionnel par lequel Faure Gnassingbé est passé de ministre à député puis de président de l’Assemblée Nationale à la fonction de Président par intérim en remplacement de son père décédé, l’exclusion des députés dissidents du parti de Gilchrist Olympio ainsi que le sort réservé au rapport Kounté sur les cas de torture à l’Agence Nationale de Renseignements (ANR) pour ne citer que ces exemples.

A ce jour, le scandale juridico-constitutionnel de février 2005 est resté un cas exceptionnel que l’on propose aux étudiants en droit dans différentes universités. Par ces manœuvres et rafistolages de caniveau, M. Debbasch a donné du Togo l’image d’un pays où tout est possible, un pays dans lequel les lois n’ont de force que la résistivité du papier sur lequel on les rédige. Pour les bénéficiaires, le raccommodage constitutionnel ne pose pas problème mais pour le reste des Togolais, c’est un sujet de grande honte, d’interrogation aussi. Comment un juriste de si haut niveau peut-il mettre son savoir au service des besognes aussi basses ? On peut passer sous silence le bannissement des députés qui ont refusé de suivre M. Olympio dans sa logique de compromission et de collaboration infructueuse avec le pouvoir RPT/UNIR, mais insister sur le rapport Kounté.

Quel scandale qu’un gouvernement se retrouve avec deux rapports sur la table ? Pis, quel respect un tel gouvernement peut-il demander et mériter s’il ne peut pas assumer le contenu d’un rapport qu’il a lui-même demandé ? Cette honte, ce malaise, M. Debbasch n’y est pas étranger puisque « les révélations faites par Yves Hardy dans la Chronique de juin 2012 d’Amnesty International sur la base des confidences de l’ex-président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) » établissent clairement sa participation à l’inénarrable forfaiture. Ces révélations précisent que M. Debbasch a fait appeler M. Kounté pour lui dire que « À sa lecture, j’ai eu le sentiment que certains rédacteurs en voulaient au chef de l’État » avant de conclure : « Voici le rapport révisé ». La suite, tout le monde le sait. Un tollé général, une indignation sans bornes de l’opinion nationale et la fermeté du Président Kounté ont abouti au rétablissement de la version authentique du rapport. Celle-ci ne met pas de gants pour mettre en lumière la responsabilité des personnalités militaires de haut rang.

Dès lors, on se rend à l’évidence que, en plus de se mouiller dans des pratiques de corruption condamnables, en vertu de la plainte de M. Dupuydauby, M. Debbasch prend plaisir à couvrir les actes de violation des droits humains et à encourager les entraves les plus grossières à la légalité. Il en a tellement fait sous le ciel du Togo tant et si bien que la presse évoque avec amusement, dépit peut-être, les « debbascheries », terme créé pour désigner les « faits d’armes du ministre-conseiller juridique de Faure Gnassingbé.

Le moins qu’on puisse dire est que, dans la perspective stricte de l’intérêt exclusif du Togo, M. Debbasch est dans un rôle de trouble-fête et de caution de la misère politique qui est faite aux Togolais. Son savoir juridique est mis au service de la dictature et de la validation de desseins malveillants, malheureux et innommables. Le fait que Faure Gnassingbé garde un tel personnage dans son entourage immédiat en ayant même l’impertinence de le promouvoir en faisant un ministre conseiller suscite des interrogations justifiées. Le Président prend-il le plaisir de cautionner l’indélicatesse, le mal ? Peut-il ignorer que la plainte de M. Dupuydauby contre « son » ami est de nature à décourager les investisseurs ?

Il est temps que le pouvoir de Lomé réfléchisse au sujet de M. Debbasch. Si le barreau de Paris a radié M. Debbasch sur demande du Parquet Général, n’est-ce pas une peuve que l’homme ne mérite pas tout l’honneur et toute la considération qui lui sont donnés au Togo ?

Nima Zara
Le Correcteur

Sur web: 9/10/2013



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd