décembre 17, 2018
Ad Top Header
Super User

Super User

Face à la énième forfaiture du pouvoir que constitue la répression barbare des récentes manifestations légitimes des populations togolaises entrainant plusieurs blessés et des morts dont un enfant de dix (10) ans environ, tué à bout portant par balle par un commando circulant dans un véhicule pickup (4x4), la CEDEAO, le Groupe des 5 (Union Européenne, Allemagne, France, Système des Nations Unies, Etats-Unis d’Amérique) qui sont pour autant informés en temps réel de la situation explosive dans laquelle se trouve le Togo ne peuvent plus restés passifs.

Alors que l’on tend vers la fin de l’année et que le Togo en crise avance vers des élections législatives non sans contestation, de la part de l’opposition togolaise qui ne participe pas (du moins celle regroupée au sein de la C14, l’inquiétude monte au sein des enseignants surtout pour ce qui est de l’application de l’accord trouvé avec le gouvernement togolais et qui jusqu’alors a aidé à un retour de l’accalmie entretenue depuis une partie de l’année scolaire 2017-2018.

Il a habitué les Togolais à des méthodes d’investigation et de publications de statistiques propres à lui. Lui c’est « El Yarko », « Enquêteur Derrick », Yark Damehame, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile. A chaque tuerie de manifestants ou de mobilisation de l’opposition, il sort toujours de sa boîte, des données ou des informations à dormir debout. Comme c’était encore le cas à l’issue des évènements meurtriers du samedi dernier.

Est-ce par crainte de voir la situation se dégénérer et devenir incontrôlable, ou juste par souci de trouver une solution adéquate aux besoins des étudiants ? C’est la grande interrogation à laquelle seules les autorités universitaires de ce deuxième temple du savoir du Togo peuvent répondre.

Trois morts selon le gouvernement togolais, six morts selon l’opposition, le bilan de la répression des dernières manifestations de la C14 à travers le Togo varie selon les sources, même si toutes reconnaissent que ces morts sont des morts de trop. En tout cas, les nouveaux faits douloureux, survenus le Samedi 08 et le Lundi 10 Décembre 2018, dans l’histoire démocratique du Togo qui ne laissent pas indifférent le mouvement « En Aucun Cas », dont le premier porte-parole lui-même fait les frais de son rejet du régime de Faure Gnassingbé, puisque jeté en prison depuis déjà plusieurs mois. Dans cette adresse aux Togolais épris de l’idéal de justice, de liberté, d’équité et de démocratie, ce mouvement en appelle à « rester debout et audacieux pour mettre en déroute le régime cynique et sanguinaire de Faure Gnassingbé ». Lecture !

La Turquie est en discussions avec l'ONU pour une enquête internationale sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul.

« Six (6) morts et des dizaines de blessés ». C’est le bilan que dresse la coalition des 14 partis de l'opposition à la suite des manifestations de rue débutées depuis le 8 décembre dernier sur l’ensemble du territoire national. Des démonstrations dont le but est d'exiger la suspension du processus électoral en cours.

Pub

Latest Tweets

Togo : Rôle de facilitateur dans la crise électorale au Togo aurait-il été mal fait ? https://t.co/FIeJ00PIMp via @tripplesworld
Les femmes africaines en colère et demandent justice pour les crimes commis par Faure Gnassingbé https://t.co/TjNQqNvxFz via @tripplesworld
Le policiers français détruisent le matériel des manifestants togolais https://t.co/TLKXVdsnQm via @tripplesworld
Follow Togosite on Twitter
Togosite.com - All Rights Reserved