octobre 23, 2018
Ad Top Header

La société de droit marocain dénommée Ciment d’Afrique (CIMAF) envisage de s’installer au Togo, plus précisément à Tabligbo dans la préfecture de Yoto (80 km au sud-est de Lomé) et à Dagbati dans la préfecture de VO (70 km au sud-est de Lomé).

Dans notre parution numéro 841 du jeudi 11 octobre 2018, nous dénoncions la suspension sans commune mesure de la filière Ti/1 communément appelée chaudronnerie au Lycée Technique d’Adidogomé. Il est sorti comme raison de la fermeture « la formation pour le BAC II de la chaudronnerie revient très chère, la série ne connaît pas d’engouement, les apprenants réussissent à N+1. Le niveau BAC ne doit pas former pour le BAC et qu’ils pensent rehausser le niveau des formateurs de la spécialité » a révélé une source bien introduite dans le dossier qui ajoute « vu les raisons évoquées nous disons, les enseignants se sentent floués. Que nous ne voyions pas en quoi la formation est chère d’autant plus que le parc machine n’a jamais été renouvelé depuis la création de la série et même pour la formation, les matières d’œuvre en petite quantité nous parviennent à compte-goutte.

Il a voulu se faire passer pour celui qu’il n’est pas. Mais très rapidement, le masque est tombé et depuis le 17 octobre dernier, l’opinion publique s’est donné une idée réelle sur la personnalité de l’actuel président de l’Université de Lomé, Dodji Kokoroko puisque c’est de lui qu’il s’agit. Nommé par le Chef de l’Etat Faure GNASSINGBE, Dodji Kokoroko s‘est versé dans ce qu’on peut qualifier sans ambages aujourd’hui de « faux et usage de faux » au regard des textes qui régissent le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES). L’actuel Président de l’Université de Lomé, a été présenté comme un « professeur titulaire en droit public et sciences politiques » lors sa nomination par le chef de l’Etat Faure GNASSINGBE alors que «ce titre n’existe plus au CAMES depuis 2009, année où le concours d’agrégation de sciences politiques a été créé », apprend-t-on des sources du CAMES.

Le capitaine des Éperviers du Togo, Emmanuel Adebayor, au regard de l’état défectueux constaté de la pelouse du stade municipal de Lomé, a demandé que les matches à domicile du Togo soient désormais joués à Accra, capitale ghanéenne. Et ce, jusqu’à sa réfection selon les normes recommandées. Sa demande n’ayant pas eu gain de cause auprès des autorités, l’attaquant togolais n’a pu disputer le récent match opposant le Togo et la Gambie, à Lomé. La suite lui aura donné raison quand, après une pluie, les flaques d’eau ont rendu la pelouse impraticable. Donc contre performant pour les poulains de Claude Le Roy. Aujourd’hui, il se dégage une similitude entre la demande de Sheyi et la dernière déclaration du Gal Yark qui laissait entendre que le Togo n’est point une colonie du Ghana.

À Déckon, tous les coups inciviques sont permis. Tous les coups coquins, aussi. C’est le triste constat auquel on en est aujourd’hui arrivé. Bazar, foire, méli-mélo, embrouillamini, capharnaüm, les adjectifs affluent sous forme de chassés-croisés, lorsqu’on invoque l’état peu commode où sont réduits les trottoirs de cet axe économique de la capitale.

Page 1 sur 8
Pub

Latest Tweets

La Suisse auscultée par des journalistes d'ailleurs https://t.co/bVJhdcj08f via @tripplesworld
Togo: Qui est cet opposant de la C14 qui a reçu 800 millions de Faure pour fragiliser la lutte? https://t.co/HA0tb2XXIY via @tripplesworld
Togo: Nouvelles révélations accablantes de Ferdinand Ayité sur Gilchrist et ses déboires avec https://t.co/d3FpT5wJL8 via @tripplesworld
Follow Togosite on Twitter
Togosite.com - All Rights Reserved