Handicapé par des décennies de crise énergétique, le Ghana a réalisé ces dernières années de nombreux investissements dans le secteur de l’énergie, lui permettant de prétendre désormais à un rôle régional moteur dans la production d’électricité. Selon la Banque mondiale, ce pays pourrait même devenir exportateur d’électricité pour ses voisins africains à l’horizon 2020.

Le responsable de la Banque mondiale pour le Ghana, Henry Kerali, qui s’exprimait devant le presse vendredi 5 mai 2017, à la suite des discussions tenues entre le nouveau gouvernement du Ghana et la Banque mondiale lors des réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) à Washington DC, a exhorté le gouvernement ghanéen à ouvrir les négociations avec ses pays voisins afin de vendre son surplus de production d’électricité pour éviter les pertes, et répondre ainsi aux besoins énergétiques de la sous-région.

Selon lui, le Ghana serait en capacité d’exporter de l’électricité vers ses voisins africains que sont le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Togo, d’ici quatre ans. « Le gouvernement passé a pris trop de contrats d’achat d’électricité (PPA), ce qui est plus que nécessaire pour satisfaire les besoins dans le pays. Il y aura au moins 1,5 gigawatts de surplus de capacité de production d’électricité », a prévu M. Kerali. Conscient du rôle à jouer par son pays, le nouveau président Ghanéen Nana Akufo Addo était au Burkina Faso la semaine dernière pour signer de nombreux accords de partenariat dans le domaine de l’énergie. « Les deux parties se sont félicitées de l’expérience de leur coopération énergétique et ont convenu d’œuvrer à la réalisation du projet d’interconnexion Bolgatanga-Ouagadougou qui permettra d’importer au Burkina Faso quatre-vingt-cinq (85) MW et dont l’achèvement des travaux est prévu pour fin 2017″, a indiqué un communiqué commun des deux partenaires.

Avec un taux de couverture de seulement 19%, le Burkina Faso n’est pas vraiment en position de refuser le surplus d’énergie venu du Ghana. Idem pour le Togo qui malgré un taux en progression à 32% ces dernières années, manque encore cruellement de mégawatts. La Côté d’Ivoire enfin recevait elle aussi le président ghanéen samedi 6 mai pour parler coopération énergétique. Les deux pays devraient faciliter dans l’avenir les échanges d’énergie électrique dans le but de sécuriser mutuellement leur réseau.


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd