Le président du patronat béninois a rompu le silence ce dimanche et officialise son engagement politique. C’est sur sa chaîne de télévision « SIKKA TV » que le président de « la vague bleue » a passé au peigne fin la gestion de la première année du gouvernement dit de nouveau départ.

Se basant sur les dernières déclarations du président Talon sur les chaines locales dans l’émission « A Bâtons Rompus », le président du patronat affirme que les supposés 400.000 tonnes de coton produits pour la saison 2016-2017 et dont le président se vante le mérite est fait en situation de monopole et qu’il n’ y a pas de gloire à tirer dans une affaire en situation de monopole.

Le président Sébastien Ajavon récuse également la déclaration du président Talon qui fait état de ce que l’état n’aurait rien investi dans le coton pour obtenir ce résultat supra. Mais pour le président du patronat, la production du coton aurait bénéficié d’une subvention déguisée. « Les intrants importés par le biais des entreprises que gérait le Président Talon, rentrent au Bénin sans payer aucun droit ni aucune taxe. C’est donc de la subvention déguisée. » a laissé entendre le président Sébastien Ajavon.

A en croire son développement, les secteurs clés de l’économie dans lesquels évolue le chef de l’état, le président Patrice Talon sont en situation de monopole. « …Qu’on organise la compétition pour la fourniture des intrants et les producteurs auront des intrants moins chers et auront plus de bénéfice… » a martelé le roi du poulet congelé.

Sur la question relative au Programme de Vérification des Importations – Nouvelle Génération(PVI-NG), le président du patronat béninois estime que c’est un programme qui arrange plus le privé que l’état.

« Le PVI, c’est le scanning et le tracking. Cela profite à une entreprise privée au lieu de profiter à l’Etat. Elle vient se grever sur les importations et prélève des recettes sur chaque conteneur, contrôlé ou non. Scanning : environ 10 milliards sur 10 années pour l’acquisition. Mais la société privée pourra engranger 10 à 15 milliards par an… A l’aéroport, le scanning se fait avec nos douanes. Pourquoi ? Parce qu’on ne perçoit pas des droits sur les bagages des voyageurs. Mais au port, là le privé s’y intéresse parce qu’on prélève des droits sur chaque conteneur contrôlé ou non. » a indiqué le président Ajavon.

Il préconise des unités mixtes avec nos douanes et en renforcer le suivi si besoin au lieu de laisser le privé prélevé l’essentielle des ressources qui passent par ce programme.

BENIN WEB TV


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd