Togo : Les évenements de la répression barbare sur le Campus de Lomé

FAURE GNASSINGBE , IL FAUT LAISSER LES ETUDIANTS TOGOLAIS EN PAIX


Le séminaire du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) s'est achevé samedi à Bingerville, à la veille des célébrations du 71ème anniversaire de l'ancien parti unique. Au cœur des débats : la mise en ordre de bataille du parti, mais aussi l'alliance avec le RDR d'Alassane Ouattara en vue de la présidentielle de 2020.

Trois journées de débats auront-elles suffi à répondre aux interrogations des militants ? Convoqué de jeudi à samedi 8 avril à Bingerville, le séminaire du parti présidé par Henri Konan Bédié, d’abord réservé au secrétariat exécutif avant d’être finalement élargi à la direction de la formation politique, devait permettre à la base militante de faire entendre ses inquiétudes.

Au menu des discussions et des interrogations : l’alliance avec le Rassemblement des républicains (RDR) après l’échec des deux formations alliées à former un même groupe parlementaire, malgré leur candidature commune lors des dernières législatives sous la bannière du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

« Nous voulons avoir un Pdci-Rda fort dans une alliance de RHDP forte. Pour que nous ayons un RHDP fort, il nous faut des partis forts », avait indiqué le secrétaire exécutif du parti, Maurice Kakou Guikahué, dans un communiqué publié avant l’ouverture du séminaire, auquel ont participé plusieurs personnalités du PDCI: le vice-président Daniel Kablan Duncan, l’ex-ministre Émile Constant Bombet, ou encore Charles Koffi Diby, à la tête du Conseil économique et social.

« Le PDCI doit avoir son candidat en 2020 »

Des débats également consacrés à l’élection présidentielle de 2020. Plus de deux ans après l’appel de Daoukro, qui avait conduit le PDCI à ne pas présenter de candidat en 2015 face à Alassane Ouattara en échange d’une alternance en 2020 mais au prix d’une fronde interne, plusieurs cadres et militants du parti ont martelé leur volonté de concourir à la prochaine présidentielle.

« Les participants du séminaire ont estimé que le PDCI devait avoir son candidat en 2020 », a souligné Gaston Ouassenan Koné, vice-président du parti, avançant que le PDCI devrait attendre son congrès de 2018 pour s’accorder sur un candidat. « Personnellement, je pense que le RDR pourrait avoir un candidat. Le cas échéant, ce serait alors à la direction du RHDP de trancher. Nous souhaitons l’alliance avec le RDR, mais il faut qu’elle aille dans les deux sens », a-t-il poursuivi.

Les membres du séminaire, qui planchaient également sur l’organisation et la politique de communication du parti, ont par ailleurs demandé « la reprise du découpage électoral actuel « . Une demande formulée depuis plusieurs années par le parti, dont les cadres et militants estiment que l’actuel découpage dessert le PDCI.
JA



Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd