Femmes

Syndication

Syndiquer le contenu

Vos informations sur Togosite

 

BLOG TOGOFACE

Publicité

TOGO: FELIX KADANGA L'AUTRE COLONEL PSYCHOPATHE - COLONEL FELIX KADANGA de la FIR MEURTRIER DU SERGENT AKOUZOU!


Kadanga Abalo Felix âgé de 48 ans,lieu de résidence quartier Agoè Assiyéyé, colonel des FAT, Chef de corps de la FIR (force d'intervention rapide) unité d'élite de l'armée Togolaise.

AUJOURD'HUI NOUS REVELLONS AU PEUPLE UNE AFFAIRE D'ASSASSINAT DANS LEQUEL EST IMPLIQUE ENCORE KADANGA !

L'AFFAIRE DES 1 500 EUROS !

Les faits ce sont déroulés en 2007, au sein même de l'unité de la FIR, un élément du colonel KADANGA dénommé

SERGENT AKOUZOU en est la victime.

Celui ci fût accusé par KADANGA d'avoir volé la somme d'environ 1 500 euros (1 Million CFA environ).

Le colonel ordonna à ses éléments de "corriger" le sergent AKOUZOU !

LE DERNIER COUP FATAL FUT PORTE PAR LE COLONEL KADANGA A LA TETE DU MALHEUREUX SERGENT AKOUZOU. La victime décèdera quelques instants plus tard...

Ce jeune Sergent des FAT fût enterré dans son village à BOWOU situé à environ 4 km au nord de KARA.

Le Père de la victime décédée n'accepta cette injustice barbare au sein de la "grande muète" et voulu demander des comptes au colonel meurtrier "PSYCOPATHE" KADANGA...

Résultat: Le Père de l'assassiné AKOUZOU fût arrêté et enfermé jusqu'à ce jour à la PRISON CIVILE de DAPAONG à l'extrême nord du pays ! UNE DOUBLE INJUSTICE A CAUSE DE KADANGA !

Même la CVJR (organisme Togolais chargé de la Réconciliation dirigé par le curé "EUROS" BARRIGAH) n'a pu libérer le Père de la victime et lui même victime !!!? LE TOGO SOUS FRAUDE GNASSINGBE !!!!!...

Cela fait plus de 5ans que le Père de la victime AKOUZOU est enfermé en prison pour seulement vouloir connaitre la vérité sur l'assassinat au sein de la FIR par les propres mains du Chef de Corps FELIX ABALO KADANGA._
________________________________

Il y a quelques jours les éléments de la FIR du colonel KADANGA ont arrêté un jeune Togolais à Agoè et il fût torturé au camp de la FIR et à la gendarmerie de Lomé !
Son témoignage avait ému la foule de manifestants qui se lamentaient presque samedi dernier à la plage, lors du grand meeting qui a sanctionné la marche du CST. Koffi Amétépé, puisque c’est de lui qu’il s’agit, était arrêté à Agoè le jeudi 23 août dernier par les militaires, venus en renfort aux forces de l’ordre lors des échauffourées. Il a été sérieusement mollesté, embarqué sans aucune autre forme de procès dans leur voiture et conduit au camp FIR, ensuite au camp Gendarmerie, où il a subi des traitements inhumains et dégradants.

LES BOURREAUX DU MALHEUREUX KOFFI ONT UTILISE DES CORDELETTES POUR LE CRUCIFIE DEBOUT!

ILS L'ONT BATTU SAUVAGEMENT SANS ARRET JUSQU'A CE QU'IL TOMBE EVANOUIT!

DURANT SON EMOUVANT TEMOIGNAGE KOFFI NE PUT EMPECHER DE CRACHER DU SANG DE SA BOUCHE !

DES GLAIRES QUI LAISSENT PRESAGER SUREMENT D'UNE HEMORRAGIE INTERNE...

DE PLUS IL AVAIT DU MAL A SE TENIR DEBOUT TOUT LE LONG DE SON DISCOURS !

TOUT DE SUITE APRES AVOIR FINI DE PARLER DIFFICILEMENT,ON L'EMMENA RAPIDEMENT A L'HOPITAL!
_________________________________

Fusillade de Pâques 2009!

« Fusillade de Pâques » est le nom donné a posteriori à l'assaut du domicile de Kpatcha Gnassingbé, député et demi-frère du président Faure Gnassingbé par des militaires des forces spéciales togolaises sous les ordres du colonel Abalo Félix Kadangha dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 avril 2009, à Lomé au Togo, qui a donné lieu à de violents échanges de tirs entre les forces de l'ordre et la garde rapprochée du député.
Vers 22 heures, le son des fusils d'assaut et des armes lourdes a réveillé les habitants de la banlieue de Kegue à Lomé. Selon le procureur de la République, Robert Bakaï, la tentative d'interpellation a tourné au vinaigre quand les gardes du député ont déclenché les hostilités (version démentie par Kpatcha) qui affirma[ sur Radio France internationale que le vrai but de l'opération était son élimination physique). Le commando d’une cinquantaine d'hommes dirige par Kadangha n’a pas pu venir à bout des hommes de Kpatcha après 2 heures d’échanges de tirs.

Actuellement, plusieurs détenus sont toujours en prison ; certains sont des animateurs de groupes folkloriques. Officiellement l'opération a fait deux morts. Des sources sérieuses indiquent qu'avant son déroulement des dizaine de militaires avaient été exécutés pour avoir « préféré » ne pas y participer. Kpatcha et les autres accusés sont détenus dans un lieu tenu secret pour empêcher toute tentative des hommes qui lui sont restés loyaux pour le libérer.

ENFIN, NOUS POUVONS NOUS INTERROGER SUR LES MOTIVATIONS PERSONNELLES DU PSYCHOPATHE KADANGA A L'ENDROIT DE KPATCHA GNASSINGBE SACHANT QU'IL AVAIT EPOUSE SA SOEUR ET QUE CELLE CI L'A TROMPA AVEC UN SIMPLE SOLDAT DE SECOND RANG QUI LUI ARRACHA !!!... Peut être que ceci explique cela...

NOUS DEMANDONS IMMEDIATEMENT AUX ORGANISATIONS INTERNATIONALES DE DEFENSE DES DROITS HUMAINS, AUX CHANCELLERIES, AUX INSTITUTIONS INTERNATIONALES D'ARRETER LE COLONEL KADANGA._

MATHIEU CICHOCKI PEUPLES OBSERVATEURS http://peuples.observateurs2010.over-blog.com/

AddToAny

Share this

Pub

style="display:inline-block;width:728px;height:15px"
data-ad-client="ca-pub-7098819866645923"
data-ad-slot="9885453694">

PUBLICITE

Jean-Pierre Fabre, Président ANC TOGO


« La limitation du mandat présidentiel n’est plus une question juridique
mais une question politique et d’éthique. Je dis bien d’étique
puisqu’il faut respecter la parole donnée, les accords signés. Il faut
que cet accord soit aujourd’hui respecté puisqu’un accord politique est
au-dessus de la Constitution et des lois de la République»
Jean-Pierre Fabre

Evénements

  • No upcoming events available

Publicité

Horoscope

Live Score

Jeux en Ligne

Sylvanus Olympio (1902-1963) : premier président du Togo

suivez-nous sur Twitter

Togosite sur Facebook

PR Newswire